chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

16 - Dream Squasher

Chronique

16 Dream Squasher
Je n’ai jamais aimé l’or et ce qu’il représente. Honnêtement, ce que certains voient comme le summum du luxe, de la beauté, de la finesse, me semble grossier, kitsch, une opulence fière de s’afficher elle-même.

Alors quand 16 affuble son nouvel album de sa première pochette dorée – et d’une façon aussi ostentatoire –, je me méfie forcément. Qu’attendais-je de ce groupe cher à mon petit cœur de sludgeux, à part de nouveaux hymnes à la vie de taulard où le concassage des guitares devenait une fois de plus la métaphore de celui subi derrière les barreaux ? Honnêtement pas grand-chose, un disque comme Lifespan of a Moth m’ayant satisfait dans son classicisme.

Dès sa pochette, Dream Squasher avertit que les choses ne seront chez lui pas comme d’habitude. Car, après vingt-six années d’activité, quelques variations dans le discours mais grosso modo toujours ce même style entre sludge historique et noisecore des années 90, 16 décide de modifier son propos. Autant dire que cela passe au départ difficilement, et pas qu’un peu : short de sport mis pour l’occasion, les haltères à portée de main, la déconvenue est telle qu’elle oblige à arrêter rapidement les frais, cherchant dans ces quarante-deux minutes sa formation chérie comme on se demande, d’un coup, où on a bien pu mettre ses clés. Jusqu’à, agacé, appuyer sur le bouton stop, devant ce qui semble être alors un étalage de maladresse clinquante de la part des Ricains.

Il m’a fallu donc dépasser un écœurement, écouter l’avis d’autres, retenter sans espoir une musique qui « ose », et en premier lieu ose espérer. Qu’on range directement les pancartes ! 16 reste ce groupe à l’amertume particulière, seulement, son maître-chanteur parti à la retraite pendant l'enregistrement (ce qui ne s’entend pas immédiatement tant Bobby Ferry reprend le micro de façon similaire), il se laisse aller, pris d’une liberté nouvelle. Et, une fois acceptés les nouveautés et détours, me voilà bien obligé de constater que cela marche, et pas qu’un peu ! Les clés retrouvées, c’est l’ivresse de vivre, de se balader de décors en décors avec talent, qui se trouve dans nos pognes surprises. Cet incroyable tube réclamant de faire rugir son moteur intérieur qu’est « Me & the Dog Die Together » ; la grâce tranquille de « Sadlands » et ses relents grunge allant si bien à la bande ; « Screw Unto Others », sa rage au ventre, ses muscles taillés par les années, ses respirations soudaines et altières... Bobby Ferry ne fait pas qu’imiter son prédécesseur : il alimente, plus que ses autres complices attachés à suivre ses ordres, la musique de 16 d’un monde nouveau, entre souvenirs d’autrefois (« Candy in Spanish » ou encore « Summer of ’96 ») et explorations de nouveaux territoires en promeneur dominateur gardant ses pratiques de taulard, veillant à faire sien chaque carré de la cour de prison.

Ce qui fait de Dream Squasher non pas un disque de rupture, comme un chroniqueur en manque d’inspiration serait tenté de le définir, mais un album où 16 se prolonge et s’épanouit, rendant lisibles certaines parts d’ombre que l’on sentait chez lui. Clairement marqué par les nineties mais aussi hautement personnel et actuel, l’essai finit même par se rapprocher dans mon esprit d’un certain Hangman’s Chair, dont les dernières œuvres me transmettaient des flashs d’une version nocturne, française et romantique, de ce que ces Ricains au cœur gros comme le poing pouvaient donner à ressentir. 16 en devient ici, plus qu’ailleurs (et notamment l’ensoleillé Bridges to Burn), un frère d’âme, plus âgé, buriné par le temps, cherchant dans le jour ses euphories et du baume pour ses peines.

Ainsi, le regret de voir 16 évoluer sur Dream Squasher finit par tomber dans l’excès inverse : face à tant de réussites multiples, les instants où la bande colle de près aux attentes paraissent moins percutants et satisfaisants malgré un savoir-faire indéniable (« Acid Tongue » par exemple). Le reste est un déballage savoureux d’envies diverses se mariant parfaitement aux qualités connues et reconnues de la formation, envahissant l’espace comme un Roi en sa demeure. Une dernière idée laissant penser que l’or va finalement bien à cet album, tant les Ricains y assument et affichent avec un bonheur partagé une majesté retrouvée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

fedaykyn citer
fedaykyn
23/06/2020 11:41
On verra bien ce que le prochain donnera, mais je serai moyennement fan d'une orientation plus mélodique. Cela dit sur les 3 chansons sur lesquelles c'est Ferry qui chante, 2 sont quand même bien vénères.
lkea citer
lkea
22/06/2020 20:58
note: 8/10
Ok, merci d'avoir regardé ! Du coup, le prochain sera encore plus guetté, histoire de voir si l'évolution de leur son est éphémère et uniquement dû à ce contexte particulier.

edit : chronique légèrement modifiée en conséquence.
fedaykyn citer
fedaykyn
22/06/2020 15:19
Alors j'ai vérifié, Cris Jerue est crédité des paroles et du chant sur les pistes 1, 2, 4, 5, 6, 8 et 10. Bobby Ferry fait la même chose mais pour les pistes 3, 7 et 9 ainsi que les chœurs sur la 5 et la 10.
lkea citer
lkea
15/06/2020 21:20
note: 8/10
Alors, concernant Cris Jerue, de ce que j'ai lu en farfouillant : Il est simplement parti en retraite pendant la composition de l'album. Il est crédité dans le livret sur plusieurs morceaux ? ça expliquerait cette ressemblance frappante... Mais pas le fait qu'on a l'impression que c'est lui qui tient la barre tout le temps (à l'exception peut-être des passages clairs) !
fedaykyn citer
fedaykyn
15/06/2020 11:46
Bon album pour ma part même si le son manque un peu de ce côté "hardcore" par moment. Mais au moins ils évoluent. Alors je ne sais pas si c'est parce que Cris Jerue est parti ? D'ailleurs quelqu'un sait ce qui leur est arrivé ? En parlant du chant, ce dernier n'est plus dans le groupe mais apparait bien sur la majorité du disque. Il est crédité dans le livret de 7 chansons sur 10.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
16
Sludge / Noisecore / Stoner / Grunge
2020 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
16
16
Sludge / Noisecore / Stoner / Grunge - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Sadlands
Sadlands
16

Extrait de "Dream Squasher"
  

tracklist
01.   Candy in Spanish  (03:26)
02.   Me & the Dog Die Together  (03:05)
03.   Sadlands  (05:10)
04.   Harvester of Fabrication  (03:16)
05.   Acid Tongue  (06:21)
06.   Agora (Killed By a Mountain Lion)  (05:21)
07.   Ride the Waves  (02:46)
08.   Summer of ’96  (05:02)
09.   Screw Unto Others  (03:00)
10.   Kissing the Choir Boy  (05:01)

Durée : 42 minutes 28 secondes

line up
parution
5 Juin 2020

voir aussi
16
16
Curves That Kick

1993 - Bacteria Sour Records
  
16
16
Zoloft Smile

2002 - At A Loss Recordings
  
16
16
Drop Out

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  
16
16
Lifespan of a Moth

2016 - Relapse Records
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique