chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lantern - Dimensions

Chronique

Lantern Dimensions
Bon, tout le monde en conviendra, 2020 est une année quelque peu merdique. Et le pire dans cette histoire c’est que nous ne sommes encore qu’au mois d’août… Heureusement, dans ce contexte fait d’angoisses, de désillusions et autres frustrations en tout genre, on peut encore compter sur quelques sorties particulièrement réjouissantes pour tenter de nous faire oublier, au moins pour un instant, ces moments étranges que nous traversons actuellement.

Parmi toutes les sorties annoncées pour 2020, le troisième album des Finlandais de Lantern figurait en très bonne position sur ma liste d’attentes. Après un Below et un II: Morphosis dont la qualité allait effectivement crescendo, il était évident que le groupe serait particulièrement attendu parmi les amateurs de la formation de Kuopio. Faisant suite à un EP deux titres sorti l’année dernière et passé malheureusement ici sous silence, Dimensions renoue dans un premier temps avec ces teintes toujours aussi monochromes. Un artwork que l’on doit cette fois-ci à leur compatriote Timo Kokko. Toutefois, c’est bien là la seule chose qui change puisque outre le line-up qui n’a pas bougé d’un poil, on note que se sont une fois de plus les garçons de Lantern qui se sont chargés de la production alors que pour la quatrième fois consécutives, ces derniers ont fait appel aux talents de l’inévitable Dan Lowndes (Cruciamentum) pour les phases de mixage et de mastering.

Dans cette situation, personne ne sera surpris d’apprendre que Lantern poursuit ici son chemin tel qu’il l’a toujours tracé et cela sans jamais véritablement changer de direction. Si on saluera ainsi une certaine droiture dans l’exercice de ses fonctions, on peut légitimement faire remarquer que ceux qui n’accrochaient déjà pas à la formule proposée par les Finlandais ne risquent probablement pas de changer d’avis ici. Mais à vrai dire tant pis pour eux puisqu’à l’image de son prédécesseur qui montrait des signes d’évolutions plutôt évidents, Dimensions brille là encore par le travail de compositions de sa principale tête pensante, monsieur Cruciatus. En laissant ainsi entrer dans le groupe deux autres membres depuis la composition et l’enregistrement de II: Morphosis, le bonhomme a pu se recentrer sur son rôle de guitariste/compositeur sans avoir en parallèle à imaginer, jouer et enregistrer les parties de basse et de batterie. Aussi, dans un esprit typiquement finlandais, c’est à dire sombre et pesant, Cruciatus propose un riffing plutôt riche et nuancé (riffing qui s’est d’ailleurs largement affiné au gré des sorties les plus récentes) grâce notamment à un travail par couches. Lors des passages les plus soutenus sur lesquels les riffs se font alors relativement simples, il n’est pas rare de voir se superposer quelques leads sinistres capables d’apporter plus de profondeur et de substance à ces séquences. Des leads qui en dehors de ces accélérations sont également largement utilisés par Cruciatus pour nourrir ces ambiances délétères. De la même manière, les passages les moins tendus et plus atmosphériques révèlent bien souvent des enchevêtrements de riffs plus alambiqués et tortueux. Ce travail sur les guitares s’accompagne de changements de rythmes nombreux et parfois soudains qui participent là encore à cette dynamique d’ensemble qui assurément est l’un des atouts du Death Metal de Lantern.

Alors non, c’est vrai, le groupe finlandais n’est pas le plus brutal qui soit, ni même le plus rapide, le plus technique ou le plus original. Pourtant il possède, et cela depuis le début de sa carrière, un son et une approche qui n’appartiennent qu’à lui. Car au-delà du riffing de Cruciatus abordé un peu plus haut, Necrophilos a su également à sa manière apporter quelque chose de personnel au Death Metal de Lantern. Sa voix grave bien plus déclamée que growlée donne une certaine prestance à la musique des Finlandais qu’on ne trouve nul part ailleurs. On peut lui trouver un côté pataud mais personnellement j’y entend quelque chose de plus solennelle qui tend à rendre chaque moment plus grand et puissant. En tout cas une chose est sûre, celle-ci participe à la construction d’une personnalité particulièrement affirmée qui au moment de faire les comptes permet à Lantern de faire la différence.

Dans la continuité du très bon II: Morphosis, Dimensions ne paraît pas bien différent de son prédécesseur, le groupe ayant désormais trouvé son rythme, sa formule ayant atteint ici sa pleine maturité. On va en effet y retrouver tout ce qui faisait déjà le sel des deux premiers albums du groupe avec désormais ces petites choses en plus que les Finlandais ont su apporter dès 2017 sur leur deuxième album. Les amateurs de Lantern seront donc une fois de plus sous le charme de ce Death Metal tout en nuances et riche d’un véritable travail mélodique. Les autres continueront de passer leur chemin pour les mêmes raisons qu’auparavant. En tout cas une chose est certaine, si vous chercher un groupe de caractère, doté d’une forte personnalité, capable de ne ressembler à aucun autre tout en évoluant dans un registre pourtant extrêmement balisé et fidèle aux origines du genre, alors Lantern mérite toute votre attention.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lantern
Death Metal
2020 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  8.11/10

plus d'infos sur
Lantern
Lantern
Death Metal - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Strange Nebula  (07:11)
02.   Beings  (04:27)
03.   Portraits  (02:07)
04.   Cauldron Of Souls  (04:52)
05.   Shrine Of Revelation  (05:49)
06.   Monolithic Abyssal Dimensions  (14:17)

Durée : 38:43

line up
parution
10 Juillet 2020

voir aussi
Lantern
Lantern
Subterranean Effulgence (EP)

2011 - Internecion Productions
  
Lantern
Lantern
II: Morphosis

2017 - Dark Descent Records
  
Lantern
Lantern
Below

2013 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Superstition
Superstition
Surging Throng Of Evil's Might (Démo)

2018 - Autoproduction
  
Cosmic Putrefaction
Cosmic Putrefaction
The Horizons Towards Which Splendour Withers

2020 - I, Voidhanger Records
  
Sinister
Sinister
Afterburner

2006 - Nuclear Blast Records
  
Unleashed
Unleashed
Midvinterblot

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Fetid
Fetid
Steeping Corporeal Mess

2019 - 20 Buck Spin Records
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique