chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
145 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Funeral - Scourge of Lamashtu

Chronique

Black Funeral Scourge of Lamashtu
Il y a beaucoup de groupes qui jouent du black metal parce qu’ils sont inspirés par le style, et qui, une fois les compositions terminées, se collent aux paroles, se demandant même à ce moment-là quelle thématique prévise ils vont pouvoir aborder. Ils luttent parfois plus pour le concept que pour la musique en elle-même, ne sachant pas vraiment de quoi parler. Et puis il y a des formations comme celle d’Akhtya Nachttoter, l’Américain actif dans BLACK FUNERAL depuis 1993, qui fonctionnent à l’opposé ! Son véritable nom est Michael W. Ford et il s’agit dun passionné très investi dans l’occultisme. Parfaitement calé, il fait des rites depuis des dizaines d’années et a même écrit des livres sur le sujet.

Il est donc posséedé par ce concept avant même d’aêtre fan de black metal. Le black metal n’est que la manifestation naturelle de son quotidien. Sa musique coule tout simplement de sa sueur, de sa salive et de son sang. Il n’a qu’à se pencher pour la ramasser. Il joue donc ce que son corps, ce que son âme, ce qu ses expériences sombres lui dictent, et parfois ce sont des bizarreries malsaines comme l’avait été l’album Az-i-Dahak en 2004, celui qui m’avait donné envie d’en savoir plus sur ce groupe profondément noir et malsain. Et sa musique a ainsi longtemps été tourmentée, crue, dure d’accès, jusqu’à récemment et jusqu’à son envie de s’allier à une autre figure du black sans concession : l’Australien Azgorh, connu de tous pour être le monstre derrière DROWNING THE LIGHT. La sortie de 2016 : Ankou and the Death Fire était effectivement le fruit de leur travail commun, et on sentait beaucoup l’influence du nouveau partenaire.

Cette influence se perpétue sur ce nouvel album, qui a à nouveau et avant tout la qualité de tourner autour d’un thème particulier. En l’occurence Lamashtu ! Mais si, la démone de la mythologie mésopotamienne qui était considérée comme la cause des fausses couches, et à qui on attribuait l’enlèvement des nourrissons pendant que leur mère les allaitait. Une sacrée salope qui crée aussi les cauchemars et apporte la maladie...Tu comprends un peu mieux la pochette du coup, et tu as envie de la regarder de plus près, et de constater qu’effectivement la bestiole a des nibards ! « Le fléau de Lamashtu » ! 7 titres sans introduction séparées (elle est intégrée au premier titre) ou intermèdes qui totalisent presque 40 minutes. 7 titres qui ont bein entendu le bon goût des années 90, décennie dans laquelle le leader est resté bloqué, ne sachant ni faire évoluer la qualité de la production, ni intégrer d’inutiles artifices de notre époque.

Les compositions sont ainsi bien grasses, mais avec un élément toujours aussi accrocheur, et qui fait véritablement les ambiances de BLACK FUNERAL et son identité : un clavier au son d’orgue qui dépose des mélodies malsaines et maladives. Il y en a à chaque morceau, mais jamais utilisé de façon sympho ou atmosphérique. Ce sont des notes qui apportent une espèce de gêne. On distingue très bien un bossu édenté recroquevillé sur un orgue, jouant des notes de manières sûrement aléatoire, un sourire béat rendant son viage encore plus intrigant.

C’est bien ce qu’inspire Scourge of Lamashtu, et qui plaira à ceux qui aime ce qui est (volontairement) bancal, possédé par une force difforme !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Funeral
Black Metal Malsain
2020 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.75/10

plus d'infos sur
Black Funeral
Black Funeral
Black Metal Malsain - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Kassaptu Lemuttu
02.   The Vampyric Rabisu at the Threshold
03.   Nergal (Lord Who Prowls by Night)
04.   Seven Udug-Hul
05.   Scourge of Lamashtu (She Who Strangles the Lamb)
06.   Gidim Hul (Bloodthirst of the Demonic Dead)
07.   Pazuzu King of the Lilu-Demons

Durée : 38:14

parution
3 Juillet 2020

voir aussi
Black Funeral
Black Funeral
Ankou and the Death Fire

2016 - Dark Adversary Productions
  

Essayez aussi
Morguiliath
Morguiliath
Age of Misanthropia, Human Blood & Chaos

2020 - Vacuum Tehiru Productions
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique