chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evil Warriors - Schattenbringer

Chronique

Evil Warriors Schattenbringer (EP)
Deux ans et demi après la sortie du remarqué et réussi « Fall From Reality » revoilà de retour aux affaires le combo de Leipzig via cet Ep qui reprend les choses où elles en étaient restées auparavant, tout en osant s'aventurer un peu plus loin dans la façon d'exécuter sa musique. Evoluant désormais sous la forme d'un quatuor il va proposer ici trois nouvelles compositions (ainsi qu'une Outro à rallonge) dans la droite ligne des précédentes, mais qui vont se montrer à la fois plus longues et plus haineuses qu'auparavant, chose qui semblait franchement difficile à faire, et pourtant... ! Car ce qui avait marqué cet opus c'était cette folie et ce sentiment d'oppression qui ne lâchait pas l'auditeur du début à la fin, tant cette galette se montrait tortueuse, violente et sans compromis, confirmant que malgré un ralentissement qualitatif notable de la part de ses leaders historiques le Black/Thrash avait encore des choses à dire, et savait encore être radical à outrance.

Autant dire que dès le démarrage de « Fliege » on se rend compte que les gars n'ont rien perdu de leur force de frappe et de la rage qui les anime, car la brutalité y est poussée ici à son paroxysme vu que les blasts les plus divers y sont massivement présents de façon quasiment continue. Heureusement quelques courts moments plus lents et lourds sont placés de façon judicieuse afin d'éviter une linéarité regrettable, mais aussi de pouvoir reprendre son souffle et densifier ainsi l'ensemble qui y gagne en nettoyage de cages à miel. Proposant de longues plages instrumentales (ce qui sera également le cas par la suite) le chant se retrouve présent de façon certes discrète mais se révèle être toujours aussi possédé et glaçant, tant le cri surgit du néant de Beast se fait bestial et déchiré afin d'insuffler un sentiment de primalité plus fort. Après cette ouverture explosive place au tout aussi redoutable « Wahrheit » et ses neuf minutes au compteur, qui vont montrer une facette plus froide et hypnotique mais où la vitesse n'est pas absente, loin de là. En effet ici les mecs osent plus jouer sur l'alternance des tempos en laissant de la place aux passages médium et lents pour s'exprimer correctement, et de façon récurrente après des déferlantes de rythmiques jouées à fond la caisse. Là-encore peu de place à la voix du frontman qui préfère se concentrer avec son acolyte guitariste sur des longs riffs déchirants et gelés, comme sortis du fin fond de l'espace à une température proche du zéro absolu, afin de rajouter encore plus de schizophrénie et de perturbation mentale auprès du mélomane averti qui ne sait plus où s'accrocher tant les variations y sont nombreuses. Cela va encore se retrouver dans la foulée via « Schattenbringer » qui enchaîne dans la droite lignée du précédent titre (en y gardant la même construction globale), à la différence près qu'ici les solos vont prendre une part plus importante à la réussite de cette compo qui atteint des sommets. Jusqu'ici forts discrets les leads vont être prépondérants et éviter ainsi toute redondance réelle ou supposée, tant ici on remet à l'honneur l'ensemble des différents tempos des Allemands, qui mélangent ici toute leur palette de jeu pour un rendu toujours implacable, où l'on se surprend à headbanguer et taper du pied avec vigueur, afin de clôturer les hostilités de la plus belle des façons.

Car après ce bijou en bonne et due forme la conclusion instrumentale de presque vingt-deux minutes (« - ») ne va strictement rien apporter, vu qu'on est plus proche d'une ambiance de science-fiction et d'une bande originale de film entre « Alien » et « Blade Runner », où hormis quelques rares notes électriques l'on ne trouve nulle trace de vocalises et de batterie. Du coup il est indéniable que le pari osé est relevé haut la main, et confirme que ses géniteurs sont à l'heure actuelle parmi les groupes les plus intéressants de la scène extrême, qui arrivent toujours à écrire avec une facilité déconcertante (et sans lasser) des morceaux dépouillés qui ne tombent jamais dans la répétition. En attendant un prochain album que l'on espère entendre rapidement on se contentera sans problème de ce court-format particulièrement vindicatif et aguicheur, qui conserve sa forme bas du front et primitive tout en essayant (avec brio) d'aérer et varier son style au maximum, ce qu'il arrive à faire aisément. Bref du tout bon qui défoule et fait du bien, ce qui en cette période de chaleur estivale est toujours agréable et bienvenu, prouvant également que la scène brutale d'outre-Rhin est actuellement une des plus agréables à suivre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
01/08/2020 11:31
C'est cool le digital et le vinyle, mais le format CD c'est encore mieux. T'as eu vent d'une sortie sur ce support?

Sinon de ce que j'ai en entendu, ils ont changé de bassiste et ça m'a fait tiquer de suite. Je déteste quand un groupe supprime un des éléments qui faisait sa force…

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evil Warriors
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  4.13/5

plus d'infos sur
Evil Warriors
Evil Warriors
Black/Thrash - 2007 - Allemagne
  

tracklist
01.   Fliege
02.   Wahrheit
03.   Schattenbringer
04.   -

Durée : 45 minutes

line up
parution
20 Juillet 2020

voir aussi
Evil Warriors
Evil Warriors
Fall From Reality

2018 - War Anthem Records
  

Essayez aussi
Scumripper
Scumripper
All Veins Blazing

2019 - Hells Headbangers Records
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Deathlike Silence Productions
  
Sigh
Sigh
Hangman's Hymn
(Musikalische Exequien)

2007 - Osmose Productions
  
Sodom
Sodom
Expurse Of Sodomy (MCD)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
The Furor
The Furor
Cavalries Of The Occult

2017 - Transcending Obscurity
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique