chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stygian Crown - Stygian Crown

Chronique

Stygian Crown Stygian Crown
C’est un fait avec lequel l’on va désormais devoir composer le metal à consonance épique avec une chanteuse a actuellement le vent en poupe, après la grande vague du female fronted doom metal de la décennie précédente, avec l’émergence de formations telles que Smoulder, Chalice, Chevalier, Meurtrières, et même mon Solstice adoré s’y est mis en recrutant la chanteuse de Chalice pour succéder à Paul Kearns. L’autre hype du moment c’est de prendre un nom de groupe avec Stygian dedans, à tel point que l’on pourrait confondre les projets musicaux, et pour les étourdis il n’est pas question ici du projet avec les membres de Bell Witch. Pour le coup Stygian Crown nous provient de Los Angeles et comprend, parmi ses musiciens, trois membres de Gravehill (death metal, USA), dont le batteur Rhett A. Davis qui officiait auparavant dans Morgion et dans Keen of the Crow, autre projet centré sur le monde de Robert Edwin Howard, le père de Conan le Cimmérien. Pour information, la Stygie est l’un des royaumes du monde de l’âge Hyborien créé par Howard et où l’on trouvait beaucoup de sorcelleries et créatures démoniaques. Rien d’étonnant d’une certaine manière de retrouver ce groupe signé chez Cruz Del Sur tant il correspond bien à la charte musicale du label romain.

La fiche promotionnelle nous présente ce groupe avec le terme de Candlethrower pour décrire la musique de Stygian Crown, soit la rencontre entre l’epic doom metal de Candlemass et le death metal guerrier de Bolt Thrower. J’ai toujours autant de mal avec ce type de présentation, même s’il est vrai que d’une certaine manière, l’on retrouve l’influence du grand groupe suédois chez les Américains. Il est bien évidemment question d’epic doom metal ici, avec évidemment ce va et vient entre parties plus lentes et posées et d’autres plus énervées, où l’on sent le côté plus incisif hérité des anglais et du background musical des musiciens ici officiant. Attention, il ne faut tout de même pas s’attendre à des grosses accélérations avec des blast beats et des gros trémolos, il n’est pas question de ça ici, mais plus dans ce côté mid-tempo assez puissant que l’on pourrait rapprocher de Bolt Thrower, et surtout par l’utilisation d’un accordage assez bas et d’un son plus gras et pesant, et assez moderne dans le rendu. Cela nous donne tout de même parfois des passages plus sauvages, comme cette partie centrale de When Old Gods Die, donnant une plus grande intensité à tout ceci, ou sur Trampled Into the Earth. Voilà pour les petites particularités du groupe d’un point de vue musical qui fait cela de manière assez conventionnelle et très scolaire si je puis dire, et l’on n’est pas loin de penser à Crypt Sermon dans le sens où cela reprend pas mal de canons du genre, notamment dans ce côté volontiers plutôt old-school dans la démarche, bien que la production sonne assez moderne, mais sans les mélodies de Crypt Sermon, ni sa maturité.



En soit, l’on ne peut pas dire que cela manque de savoir faire, c’est même très bien exécuté et il y a de bonnes idées, évidemment. Pour autant, l’on pourrait toutefois reprocher à ce groupe de sonner clairement trop américain et donc d’avoir un côté un peu bas du front: une forme de profondeur et de lyrisme manquent cruellement ici. L’on joue plus sur l’efficacité de la chose et dans ce registre cela fonctionne assez bien, mais beaucoup trop de compositions sont aussi vites oubliées qu’elles ont été écoutées, et il est assez rare de relever la tête d’un certain ennui, c’est notamment le cas sur la seconde partie de l’album, qui n’aurait sans doute pas perdu de son effet avec deux compositions de moins. L’on peut dire aussi la même chose des soli qui émanent de chaque composition: ils sont assez rares ceux qui vont apporter quelque chose de probant à l’ensemble et, pour le coup, je trouve qu’ils sonnent bien trop death metal qu’autre chose. Le même écueil peut être appliqué à la chanteuse Melissa Pinion qui, si elle ne manque pas de puissance, donne malheureusement l’impression d’avoir été bridée sur cet enregistrement. Elle a un timbre de voix assez médian, il ne faut pas s’attendre à des vocalises haut perchées, et l’on pourrait la rapprocher à certains moments à Sharie Neyland de The Wounded Kings. C’est même comme si le groupe avait tout misé sur son chant pour ce qui est de ses aspérités mélodiques et l’on sent que quand elle se lâche et donne de l’intensité cela marche très bien, et même bien mieux, comme sur Two Coins for the Ferryman, à tel point que l’on ne peut que rester sur sa faim en entendant certaines de ses lignes de chant bien plus crispantes comme les nombreuses fois où elle fait de « ohohohohoh » comme simple gimmick.

Au final, je me pose la question si l’on n’a pas plus à faire à des musiciens un peu opportunistes prenant le train en marche et qui se réfugient derrière une chanteuse plus que tout autre chose. En tout cas si l’ensemble est bien exécuté et comprend de bonnes idées, il y a quelque chose qui n'œuvre pas du tout avec cet album éponyme, comme s’il manquait ce supplément d’âme qui fait la différence entre un disque lambda et un disque marquant. Et pourtant, c’est assez dommage, car lorsque Stygian Crown s’inspire plus de Solitude Aeturnus comme c’est le cas sur l’excellent titre Up from Depths, cela donne quelque chose d’excellent, avec notamment ces motifs un peu orientaux qui cadrent bien avec l’image que l’on se fait de la Stygie, sauf que malheureusement ce n’est qu’une fulgurance dans une cinquantaine de minutes que l’on oublie assez vite. Bref, ce qui pouvait être bien sur le papier retombe assez rapidement une fois écouté, et l’on va s’en retourner écouter la démo des Suédois de Dwoom qui avaient bien mieux réussi cette mixture d’epic doom metal avec le son death metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
13/08/2020 21:46
note: 4/10
uruk a écrit : Caïn Marchenoir a écrit :
Peut être, mais je ne retiens qu'un titre dans tout l'album au final et dans ce registre musical, j'ai de bien meilleurs albums à la maison.


Quels albums, si j'ose demander ? Je suis vraiment en mal de Epic Heavy/Doom...

Je viens juste de rentrer de vacances, mais le premier nom qui me vient à l'esprit c'est Dautha, le groupe du leader de feu Griftegård.
uruk citer
uruk
07/08/2020 15:25
Caïn Marchenoir a écrit :
Peut être, mais je ne retiens qu'un titre dans tout l'album au final et dans ce registre musical, j'ai de bien meilleurs albums à la maison.


Quels albums, si j'ose demander ? Je suis vraiment en mal de Epic Heavy/Doom...
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
04/08/2020 07:36
note: 4/10
Krokodil a écrit : Vrai qu'il y a pas de quoi se taper le fion par terre mais t'es un peu dur pour le coup !

Peut être, mais je ne retiens qu'un titre dans tout l'album au final et dans ce registre musical, j'ai de bien meilleurs albums à la maison.
Krokodil citer
Krokodil
03/08/2020 22:42
note: 7/10
Vrai qu'il y a pas de quoi se taper le fion par terre mais t'es un peu dur pour le coup !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stygian Crown
Epic Doom Metal
2020 - Cruz Del Sur Music
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (5)  8/10

plus d'infos sur
Stygian Crown
Stygian Crown
Epic Doom Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Hall of Two Truths  (00:33)
02.   Devour the Dead  (06:35)
03.   Up from the Depths  (06:55)
04.   Through Divine Rite  (08:33)
05.   Flametongue  (08:08)
06.   When Old Gods Die  (07:12)
07.   Trampled into the Earth  (06:15)
08.   Two Coins for the Ferryman  (07:11)

Durée : 51:22

line up
parution
26 Juin 2020

Essayez plutôt
Solstice
Solstice
White Horse Hill

2018 - Invictus Productions
  
Cardinal Wyrm
Cardinal Wyrm
Cast Away Souls

2016 - Svart Records
  
Crypt Sermon
Crypt Sermon
The Ruins of Fading Light

2019 - Dark Descent Records
  
Doomsword
Doomsword
The Eternal Battle

2011 - Dragonheart Records
  
Death the Leveller
Death the Leveller
II

2020 - Cruz Del Sur Music
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique