chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Masacre - Reqviem

Chronique

Masacre Reqviem
Non, non, rassurez-vous, il n’y a pas de faute de frappe, il s'agit bien ici du Masacre colombien. Je ne suis pas encore sénile (quoique, diraient certains...). Ceci étant dit, il convient d'apporter une précision au nom du groupe dont il va être question ici même : il ne s'agit pas non plus du groupe péruvien MASACRE (tout en majuscules, donc), qui en plus joue du thrash et dont tout le monde se fout à peu près. Non, il est bel et bien question du Masacre colombien (from Medellin siouplait, l'autre pays de la farine pas-faite-pour-les-gâteaux et des gens pas-du-tout-morts-au-fond-de-leur-lit-après-une-bonne-soirée), et de son culte premier album, "Reqviem". Vous noterez que le titre de celui-ci correspond tout à fait au caractère idoine de sa ville d'origine, la douce et touristique Medellin…

Créé en 1988, Masacre sortira coup sur coup deux démos. La première, en '89 ("Imperio Del Terror"), contient notamment trois titres qui nous intéresseront un peu plus loin : "Sepulcros En Ruinas", "Escoria", et "Tiempos De Guerra". La seconde, un an plus tard ("Cancer De Nuestros Dias"), renferme quant à elle "Justicia Ramera, "Brutales Masacres" ainsi que "Conflicto De Paz", qui feront également écho au fil de cette chro. D'entrée de jeu, on se doute que cette cadence peut annoncer un groupe prolifique, ce qui est relativement vrai. Depuis 1991, et la sortie de ce fameux "Requiem", Masacre aura sorti cinq albums, le dernier en 2005, deux démos (dont il est fait état plus haut - suivez un peu !!!), ainsi qu'un live (le mal nommé "Evil Death Live", titre déjà utilisé par the mighty Vital Remains), ainsi qu'un ou deux splits, trois compils (la première rassemblant les fameuses deux démos, une seconde regroupant des répés, et une troisième dont je ne sais absolument riiiiiiien). D'aucuns prétendent que leur disco est de qualité inégale, ce qui n’est pas totalement faux, et que les mouvements de line-up n'auront pas favorisé la progression du combo (par exemple trois guitaristes seront passés dans leurs rangs), mais tout le monde ne peut se targuer de sortir un aussi bon premier album, (avec ses forces mais aussi ses faiblesses - comme d’ailleurs tout bon premier skeud qui se respecte).

Après une intro à la guitare sèche arrive "Cortejo Funebre" qui porte lui bien son nom. Mid-tempo varié et menaçant, il donne tout de suite le ton : l'album sera noir et sinistre, et même s'il est osé d'entamer les hostilités par un titre lent, il faut avouer qu'il est judicieux d'installer d'emblée l'ambiance générale. Car sinistre, ce "Requiem" l'est assurément, à l'image je pense de leur vie quotidienne. La violence n'est jamais loin, et des morceaux tels que "Justicia Ramera" ou "Brutales Masacres" dont on a parlé précédemment sont-là pour nous le rappeler. À ces titres déjà évoqués, le groupe aura donc ajouté "Cortejo Funebre", et "Conflicto De Paz", afin d'obtenir une durée suffisante pour un premier full. La version que je possède propose itou "Cancer" et "Blasfemias", en tant que bonus qui ne déméritent absolument pas à coté des autres chansons.

Oui, ce groupe sait de quoi il parle quand il traite d'une vie dure, d'une ville violente, tiraillés entre le désir de survivre, la lutte quotidienne et l'envie de dénoncer ce qui n'existe que pour mieux les empoisonner (et je ne parle pas que des cartels et de la drogue), mais bel et bien aussi de la religion. Normal me direz-vous, dans un pays à majorité catholique. Seulement, les gars ont eu l’intelligence de ne pas capitaliser sur un discours anti-chrétien basique, mais de mêler en un même maelstrom nauséabond tous les poisons de leur pays, Djizeuss y compris, et ceci sans qu'un thème ne prenne le pas sur l'autre. Mais, si le fond est 100 % réussi, la forme elle, ne suit pas toujours. Je ne parle pas ici des petites et rares imperfections au niveau de l'interprétation, qui font tout le charme des albums old-school, mais bien de la façon dont ces thèmes morbides, ce chant possédé, et ces riffs à la fois barbares et glaçants sont traités. En effet, même pour du old-school, le son est à peine aussi bon que celui d'une démo, ce qui est parfois frustrant au vu des idées exploitées. Dans un autre registre, le son m'a souvent fait penser à l'américain Devastation (celui de "Total Fucking Ripping Death" entre '86 et '87, à l'époque de leurs...démos, justement.

Ne nous méprenons pas : même s'il s'agit d'un groupe sud-américain, on est loin de la fureur d'un Ravager ou de la brutalité d'un Krisiun. Le propos est plutôt à chercher du coté des Infamy, Demonized ou Embalmed, ou la froideur règne en maître, ou les Ténèbres viennent vous prendre par la main, ou la technique cède la place à l'ambiance.
Partant de ce postulat, et en faisant fi de ce souci de son – en effet ici pas de potards à 11 !!! -, on obtient un album qui, hurlé du début à la fin en espagnol, captive et passionne. En somme, le cocktail détonant du Soleil et des Ténèbres. Et sans alcool, pour une fois !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
07/08/2020 11:11
Tout d'abord merci ! Oui tu peux retrouver un coté black dans les vocaux ici ou là. Le coté raw vient beaucoup du son et des moyens de l'époque. Par contre, comme je le disais, ne t'attends pas à une tempête de décibels, mais bel et bien un univers très sombre et anxiogène (le chant y est d'ailleurs pour beaucoup).
Deathrash citer
Deathrash
06/08/2020 17:15
J'adore la scène Sud Américaine de cette époque. Et pourtant je n'ai jamais écouté Masacre. Même si c'est un nom qui revient souvent quand on s'intéresse à ce coin.

Ta très bonne chronique retranscrit bien le côté Raw et rageur inhérent de cette scène, ça remet le groupe en haut de la pile de trucs à écouter.
Sinon, y retrouve-t-on des éléments Black ? Un peu comme Vulcano par exemple.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Masacre
Death Metal
1991 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.33/10

plus d'infos sur
Masacre
Masacre
Death Metal - 1988 - Colombie
  

tracklist
01.   Intro / Reqviem  (02:12)
02.   Cortejo Fúnebre  (08:58)
03.   Justicia Ramera  (03:13)
04.   Brutales Masacres  (04:56)
05.   Sepulcros En Ruinas  (04:12)
06.   Escoria  (04:25)
07.   Ola De Violencia  (04:14)
08.   Tiempos De Guerra  (04:42)
09.   Conflicto De Paz  (05:28)
10.   Cáncer (Bonus Track)  (05:04)
11.   Blasfemias (Bonus Track)  (06:37)

Durée : 54:01

line up
parution
1 Octobre 1991

Essayez aussi
Deny The Urge
Deny The Urge
As Darkness Falls

2017 - G.U.C. (German Underground Crossection)
  
Cadaveric Fumes / Skelethal
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies (Split 7")

2018 - Hells Headbangers Records
  
Pissgrave
Pissgrave
Suicide Euphoria

2015 - Profound Lore Records
  
Tormented
Tormented
Rotten Death

2009 - Iron Fist Productions
  
Massacra
Massacra
Enjoy The Violence

1991 - Shark Records
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique