chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eirik - Omnis Erit Eductus

Chronique

Eirik Omnis Erit Eductus
Non, je ne suis pas « gentil ». Enfin... je ne le suis pas dans le sens de « clément » ou « tolérant » ou en tout cas pas au point de me perdre dans des décisions influencées par de la discrimination positive. De quoi je parle ? Je parle de ceux qui temporisent face à un album très moyen en trouvant du mérite à une formation pour des raisons qui ne sont pas valables. Car qui se permettrait de monter une note sous prétexte que « c’est une femme qui est au manettes », et que «donc il ne faut pas être trop sévère ! » ? Ça s’est dit il y a encore une dizaine d’années... Plus maintenant. Plus maintenant au sujet du sexe, alors pourquoi continuer au sujet d’une nationalité ? Dès qu’un album provient d’un pays peu commun, on y a droit... Et encore plus lorsqu’il s’agit d’un pays musulman : « les musiciens risquent leur vie là-bas ! », « ils font ça par pure passion, au mépris de ce qui pourrait leur arriver ». Oui, c’est vrai qu’ils ont du mérite et qu’il faut le souligner. Mais ne trouvons pas la musique meilleure que ce qu’elle est pour autant !

EIRIK vient donc d’un pays « improbable » : les Emirats Arabes Unis. Bien évidemment, côté black metal, très peu de groupes y ont émergé, et les seuls que je connais n’ont fait que des démos ou des splits : AZAROTH, TARTARUS, NEKROFOREST. EIRIK a donc véritablement ce mérite d’avoir pu percer, et c’est pour cela le label japonais Hidden Marly Production, branche de Zero Dimensional Records, qu’il faut féliciter pour avoir proposé ce deuxième album. Bravo ! Une perle rare de par son origine ! Et avant les Nippons, c’est la Bulgarie et Black War Eternal Records qui méritaient les applaudissements pour le premier album... On « félicite » mais on ne remercie pas non plus, hein ! Parce que ce one man’s band tenu par le mystérieux V.E. ne fait pas du tout une musique marquante, efficace ou intéressante.

EIRIK fait même un black metal basique qui ne fait jamais relever la tête. Attention, on peut faire classique mais efficace et dans ce cas-là l’originalité n’est pas obligatoire, mais ce n’est pas le cas du tout sur ces 11 morceaux. 64 minutes qui sont longues, et qui ont même tendance à perdre tout intérêt au fil des morceaux. Le premier titre, « Tranquility, The Great Facade », débute pourtant l’album en nous laissant croire que des émotions seront au rendez-vous et que l’on pourrait trouver un bon équilibre entre hargne et mélancolie sur l’ensemble des compositions. Ce premier titre, ce sont 9 minutes qui débutent au piano, qui enchainent par un bon rythme soutenu, qui laissent place à un break aéré, qui font découvrir une voix haineuse alternée avec une autre gémissante. Rien de transcendant, certes, mais ça s’écoute bien. Mais la suite est d’un ennui... Et le seul moment où l’on est légèrement bousculé, c’est lorsqu’on arrive à la 10ème piste et que subitement le son d’une production ronron et quelconque passe à un son plus raw, et à une composition plus rageuse. Ce sont des morceaux bonus, des titres enregistrés précédemment, et ils sont plus crasseux.

Je ne peux donc pas mettre une bonne note à cet album que je n’écouterai probablement plus jamais. Alors j’applaudis ces Arabes pour leur mérite, mais pas pour leurs idées musicales. Et comme le dit l’adage : « en France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ». Ce qui sous-entend bien évidemment qu’aux Emirats Arabes Unis on a du pétrole, mais pas d’idées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/09/2020 10:27
Tu as l'oreille, de mon côté, j'ai tellement été endormi par l'album que je n'ai pas eu envie de creuser.
Ils arrivent à rendre Candlemass mauvais en fait...
the gloth citer
the gloth
15/09/2020 13:55
Les titres 10 et 11, c'est une coïncidence ou ce sont des reprises de Candlemass ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eirik
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Eirik
Eirik
Black Metal - 2018 - Emirats Arabes Unis
  

tracklist
01.   Tranquility, The Great Facade
02.   Uncovering the Guise of Devotion
03.   None Above and Beyond
04.   As the Colours Drain
05.   Unleash Repressed Misantrophy
06.   Howls of the Scarred and Damned
07.   Forsaken by Eternity
08.   A Shattered Mirror Shows the Same Reflection
09.   Obsoletion
10.   Mirror, Mirror
11.   At the Gallows End

Durée : 64:28

parution
29 Juin 2020

Essayez plutôt
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  
Ungfell
Ungfell
Mythen, Mären, Pestilenz

2018 - Eisenwald Tonschmiede
  
Slaughtbbath
Slaughtbbath
Hail To Fire

2013 - Proselytism
  
13th Moon / Ritual Death
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")

2017 - Terratur Possessions / Triangulum Ignis
  
Corpus Christii
Corpus Christii
Rising

2007 - Nightmare Productions
  

Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique