chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Great Old Ones - Cosmicism

Chronique

The Great Old Ones Cosmicism
Je suis The Great Old Ones depuis ses débuts. Happé par leur conception du Mythe de Cthulhu , séduit par leur imagerie en premier chef, c’est véritablement leur musique qui, dans un second temps, m’a véritablement conquis. Si Al Azif offrait de belles promesses, c’est surtout, pour ma part, le formidable Tekeli-li qui vint les asseoir sur le trône des formations en pointe de la Métropole. EOD : A Tale of Dark Legacy n’a fait qu’accentuer cette impression de progression constante, de recherche de perfection permanente et d’aboutissement de leur concept.

Cosmicism déboule donc en 2019. Je me jette dessus. Et j’attends…longtemps…pour le chroniquer. La faute à un sentiment étrange qui m’a interdit de trancher, dans un sens ou dans l’autre, sur la qualité de cet album. Pour te dire la vérité, je le trouve en deçà – c’est mon impression dominante – du reste de la discographie du combo bordelais. Il m’a fallu du temps pour identifier l’origine de mon sentiment et je vais tenter de te l’expliquer au mieux.

L’immense force de The Great Old Ones, nonobstant son concept fouillé et sa musique pointue, tient dans la folie qui se dégage de ses titres, presque palpable, comme pour mieux coller au Mythe dont elle entend dépeindre les ressorts. Or, sur Cosmicism, la musique est sage, la folie a quasiment totalement disparu, les structures sont classiques comme les enchaînements, comme les arrangements… comme presque tout. Bien sûr, le talent de composition est toujours présent. Les structures étirées, quasi prog’, sont toujours au cœur du processus de séduction, comme en témoigne notamment The Omniscient. Mais la toile est peinte différemment. Il me semble qu’un changement s’est opéré dans la composition des éléments et dans leur agencement. Les aspects prog’ pétris d’élans mélodiques sont toujours au centre des débats mais ils n’emportent pas l’auditeur comme auparavant. Les structures sont toujours surchargées d’informations mais elles sont « diluées ». L’accroche ne se fait plus sur un riff central qui sort de l’ordinaire, qui happe l’auditeur ; tout au contraire, celui-ci a tout le temps de se perdre dans l’architecture du titre, de flâner sur tel arrangement, de noter tel détail (Lost Carcosa). En somme, le combo a gagné en clarté ce qu’il a perdu, selon moi et à mon regret, en immersion.

Puis, par ailleurs, on pourra regretter la perte d’intensité purement BM du combo au profit d’une accentuation – et désormais donc d’un déséquilibre – des passages strictement atmo. Si la puissance du combo a également longtemps résidé dans de longues pièces épiques et mystiques (toujours présentes, comme en attestent A Thousand Young et Of Dementia par exemple, plus frénétiques), celles-ci semblent plus « inoffensives », moins profondes, moins lourdes que ne l’étaient. Les parties agressives de The Omniscient ou Lost Carcosa sonnent plus thrash ; le pont central sur Of Dementia reste relativement « léger » bien que parcouru de grattes six-cordes, son rythme s’emballe plus qu’à son tour mais sans que l’on accroche vraiment, comme si les accélérations étaient en roue libre, roulant à pleine vitesse sur un chemin ultra balisé. Seul le très intense Dreams of The Nuclear Chaos sort du lot, tout entier fondé sur l’agression sonore.

Ne nous y trompons pas. Le parti pris de l’atmosphère n’a rien de négatif. Les aspects mystiques n’ont pas disparu, l’ambiance de fin du monde et d’engloutissement par les eaux non plus (Lost Carcosa ou Of Dementia par exemple, le départ de A Thousand Young, Nyarlathotep). L’étirement des structures plonge toujours l’auditeur dans son univers mythologique. Mais l’immersion est plus difficile, plus lente, plus rétive. En réalité, c’est peut-être le sentiment de répétition qui émerge le plus, comme si le combo girondin était arrivé au somment de son Art il y a un ou deux albums et qu’un second souffle s’imposait. Qu’une autre direction – peut-être plus doom (Nyarlathotep en donne un bon exemple)… – pourrait avoir du sens.

En attendant, j’avoue avoir été déçu par ce nouvel effort, que je trouve en deçà du reste de la discographie pour les raisons évoquées. Il reste que The Great Old Ones en mode « dégradé » conserve des atouts qui le placent loin devant une masse considérable de poursuivants. Même plus faible, à mon sens, Cosmicism demeure un album tout à fait recommandable aux amateurs de belles structures prog’ et aux amoureux du mythe de Cthulhu qui ne rechignent pas devant un peu de violence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Batu citer
Batu
25/09/2020 14:46
note: 9.5/10
C'est pour moi le sommet de leur discographie. Le seul premier titre surpasse tout ce qu'ils ont pu composer auparavant. Superbe.
Dantefever citer
Dantefever
14/09/2020 13:36
Vous êtes durs, je l'aime beaucoup.
AxGxB citer
AxGxB
13/09/2020 13:28
Je ne l'ai écouté qu'une fois je crois mais il ne m'a pas du tout donné envie d'y revenir alors que j'avais beaucoup apprécié les précédents...
Solarian citer
Solarian
13/09/2020 12:46
note: 8/10
Un très bon cru pour ma part.
Certes moins épique et poignant que Al Azif et son tranchant mélancolique (pas de mélodies irradiantes de la trempe d'un "My love for the stars" par exemple); moins flippant que Tekeli-LI, dont l'opacité et le souffle polaire clouaient littéralement la gueule dans le permafrost; moins frontal que Eod, mais négociant assez brillamment une parenthèse plus contemplative et ambiancée...

Ok le doublé Al Azif / Tekeli-LI reste au dessus, mais TGOO ne démérite vraiment pas ici. Et puis, rien que pour les envolées cosmiques de "Dreams of the nuclear chaos" ou du génial "Of dementia" jouissif de bout en bout (putain ce riff principal qui tourne en boucle...), je valide !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Great Old Ones
Black Metal
2019 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  8.2/10
Webzines : (6)  7.98/10

plus d'infos sur
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Black Metal - 2009 - France
  

tracklist
01.   Cosmic Depths  (01:47)
02.   The Omniscient  (09:26)
03.   Of Dementia  (06:16)
04.   Lost Carcosa  (08:56)
05.   A Thousand Young  (11:43)
06.   Dreams Of The Nuclear Chaos  (04:27)
07.   Nyarlathotep  (07:29)

Durée : 50:04

line up
parution
22 Octobre 2019

voir aussi
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Tekeli-Li

2014 - Les Acteurs de l'Ombre
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Al Azif

2012 - Les Acteurs de l'Ombre
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
EOD: A Tale Of Dark Legacy

2017 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Warpvomit
Warpvomit
Barbaric Triumph Of Evil (Compil.)

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Marduk
Marduk
Panzer Division Marduk

1999 - Osmose Productions
  
Endstille
Endstille
Endstilles Reich

2007 - Regain Records
  
Crurifragium
Crurifragium
Beasts Of The Temple Of Satan

2017 - Invictus Productions
  
Bathory
Bathory
Bathory

1984 - Black Mark Productions
  

Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique