chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Uada - Djinn

Chronique

Uada Djinn
Génie des réseaux sociaux et/ou melon gigantesque ? La coqueluche des sites de “potins metal” aura fait de nombreux “bad buzz” (je vous laisse chercher par vous-mêmes) depuis le tremplin prometteur Devoid Of Light, conspuée par ses propres fans à chacun de ses posts (le troll leitmotiv : “Mgla” cité dans un commentaire sur deux). Malgré ce bashing (tellement tentant il faut avouer) le groupe américain continue à gagner des vues et des auditeurs en un temps record. Deux ans et demi après la coquille vide Cult Of A Dying Sun, place à leur troisième album Djinn (Kris Verwimp toujours aux crayons) avec de nouveau un bassiste et batteur remplaçants (parti juste après l’enregistrement). Prêts à déverser toute sa salive mentholée et ses mots doux sur la bande à capuche ?

Ravalez cet imposant glaviot. Sourcil levé, non ce n’est pas une blague, Uada a fait ici un boulot remarquable. Oubliez le vide intersidéral des morceaux de Cult Of A Dying Sun, le groupe de Portland approfondit les rares titres encourageants et plus complexes qu’étaient “Mirrors” et “Sphere (Imprisonment)”. Jugez déjà par la tracklist, une heure pour six morceaux, certains atteignant jusqu’à 14 minutes. Pour une telle longueur il va falloir que les guitaristes métamorphosent leur jeu... Terminé les compositions binaires reposant principalement sur du tremolo/blast si facile, le reste n’étant que remplissage. Uada ne suit aucun schéma prédéfini et fera regorger sa musique d’arrangements. Les influences scandinaves 90’s restent le socle de leur black mélodique mais cette fois le post-black moderne viendra davantage s'immiscer (notable sur chaque titre), que ce soit les riffs lumineux (punk/rock mélodique raybans/bermuda) du morceau éponyme (introduction aux faux airs d’un Deafheaven/Ghost Bath) ou de “In The Absence Of Matter” ou plus automnales “Forestless” (tout droit sorti d’un album de Caspian). Forcément pour un groupe de black “hoodie”, on retrouvera aussi des passages “occultes “(“Between Two Worlds”) voire “orientaux” (“Forestless” à 4:58).

Uada n'affirmera toujours pas sa personnalité mais saura éviter le vilain “copier-coller” tout le long. Étonnamment malgré ce pot pourri de styles et une durée étendue, Djinn demeure particulièrement fluide. Une musique ultra calibrée dans ses riffs mais aussi dans sa production, ses vocaux déshumanisés (sous effets il est vrai) ou la rythmique marteau-pilon intense (ces blasts testostéronés !) qui n’a rien à envier à celui du fondateur Trevor Matthews (ex-Pillorian). Uada arrive même à créer un black accrocheur avec une certaine saveur : les mélodies glaciales transperçantes de “In The Absence Of Matter” (oscillant entre black/death suédois et black finlandais), break du morceau éponyme à 4:18 et “No Place Here” à 9:55 (notez l’extrait du film “The Masque Of The Red Death”) notamment. Le 8/10 était sur le point de tomber pour l’avis final, malheureusement les tares passé ne sont pas entièrement gommées, des passages en pilotage automatique radicalement inégaux avec le reste (“The Great Mirage” globalement moins inspiré). Le reste “ultra” calibré, trop même. Un black metal mélodique à l’atmosphère bien souvent aseptisée, encore trop dans la retenue. Un brin de folie et de “lâcher prise” suffiraient comme étincelle pour transcender l’ambiance.

Attendu comme l’album à dégommer de la rentrée (j’avais préparé une liste de synonymes au vitriol), ce nouvel opus de Uada contredira tous les rageux du net. Black mélodique “patchwork”, Djinn possède un travail de composition à des années lumières de son prédécesseur et qui se dévoilera à chaque nouvelle écoute. Certes la personnalité de Uada est toujours quasi inexistante mais le rendu final demeure accrocheur et de qualité supérieure, bien au-dessus de nombreuses formations du même genre. Avec un style affiné et une ambiance plus touchante caressant moins dans le sens du poil, Uada pourrait définitivement faire taire toutes les moqueries. Les miennes sont en tout cas balayées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

THUNDER citer
THUNDER
17/09/2020 10:55
J'ai bien apprécié les deux extraits, qui reflètent bien ta chronique: c'est sympa mais il manque un petit "brin de folie" pour faire décoller le tout.
C'est un peu frustrant d'ailleurs, on sent le truc sur le point de décoller régulièrement.... et puis non ça s'arrête là.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Uada
Black Metal mélodique
2020 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  8.18/10

plus d'infos sur
Uada
Uada
Black Metal mélodique - 2014 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 25 Septembre 2020

tracklist
01.   Djinn  (07:50)
02.   The Great Mirage  (06:50)
03.   No Place Here  (13:40)
04.   In the Absence of Matter  (09:49)
05.   Forestless  (07:55)
06.   Between Two Worlds  (13:55)

Durée : 59:59

line up
voir aussi
Uada
Uada
Cult Of A Dying Sun

2018 - Eisenwald Tonschmiede
  
Uada
Uada
Devoid Of Light

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez aussi
Unanimated
Unanimated
Ancient God Of Evil

1995 - No Fashion Records
  
The Moaning
The Moaning
Blood From Stone

1997 - No Fashion Records
  
Sühnopfer
Sühnopfer
Offertoire

2014 - Those Opposed Records
  
Sarcasm
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethereal Minds

2017 - Dark Descent Records
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  

Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique