chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Azath - Through a Warren of Shadow

Chronique

Azath Through a Warren of Shadow
Salut à toi jeune métalleux ! Alors si aujourd'hui je me permets de te contacter, c'est pour une raison très simple. Savais-tu que 95% de la population pense que Behemoth est le meilleur groupe de death metal de la planète ? Alors pose-toi les bonnes questions. Est-ce que tu préfères être un mouton ignorant et te voiler la face ou commencer très rapidement à faire des découvertes avec moi et peut-être avoir l'opportunité de détenir un savoir immense et devenir le métalleux le plus cultivé de ton entourage ? Moi je pense la question elle est vite répondue. Alors soit tu me suis, soit tu continues à écouter tes groupes de gamins en jouant avec ta quéquette dans le bac à sable. Bisous !

Eh ouais, chez Azath, on ne rigole pas ! Formé en 2018 et auteur d'une démo parue en cassette chez Caligari Records, le combo américain comprend dans ses rangs quelques figures plus ou moins connues de l'underground. Le guitariste Andrew Lee (Ripped to Shreds), le bassiste/chanteur canadien Derek Orthner (Begrime Exemious) et le batteur de session depuis officiellement incorporé, Pierce Williams (Torture Rack, Lord Gore, Skeletal Remains). Le line-up est complété par le guitariste Brandon Corsair entendu récemment dans Draghkar (Unspeakable Axe Records). Et voilà donc que débarque au printemps dernier sur Pulverised Records le premier long-format Through a Warren of Shadow. Si vous n'êtes pas encore alléchés par la présentation ou le nom du groupe rappelant à deux lettres près un excellent combo polonais, sachez que c'est Dan Lowndes (Cruciamentum) qui a masterisé la bête, que le stakhanoviste Charlie Koryn (Ascended Dead, Funebrarum, VoidCeremony, Chthonic Deity, Thanamagus ...) a produit la batterie, que le chanteur Daniel Butler (Vastum, Acephalix, Draghkar) fait une apparition sur le deuxième morceau "Draconian Impalement" et que c'est Mark Riddick qui a dessiné cette belle pochette ornée d'un imposant dragon horrifique qui a quand même une autre gueule que les trucs kitschouilles que l'on trouve dans le power metal. Dernière chose à savoir, le nom d'Azath, comme toutes les autres références du disque, vient de la saga épic fantasy Malazan Book of the Fallen du Canadien Steven Erikson.

J'ai désormais toute votre attention ? Alors c'est parti ! Azath joue un death metal old-school sombre et méchant qui évoque à la fois Drawn and Quartered et Dead Congregation première période (flagrant sur "Mortal Sword" entre autres quoique le très bon mais trop court interlude instrumental "Pale Light", dissonant, pesant et chargé d'une atmosphère angoissante et mystérieuse fait plutôt penser au morceau "Promulgation of the Fall"). Si ça fait pas encore plus envie ça !? Côté rythmique, Through a Warren of Shadow nous offre un peu tout entre le jamais ultra rapide et le jamais ultra lent. Beaucoup de blast-beats à des vitesses modérées (le batteur n'y va vraiment franchement que sur "Shifting Forms" où vous pourrez trouver les blasts les plus rapides), des semi-blasts plutôt "lents", du thrashy, quelques mid-tempos (dont celui à 4'40 sur "Shifting Forms" à la Cannibal Corpse), une poignée de ralentissements plus marqués et intelligemment placés (ceux de "Worm of Autumn", très Dead Congregation, l'excellent break de "Through a Warren of Shadow" à 2'52, etc.) ainsi que quelques séquences plus "punkies", entraînantes et très efficaces comme sur "Through a Warren of Shadow" et "Worm of Autumn". Bref, c'est plutôt varié, aucun risque d'ennui sur les trente-six minutes de la galette. De monotone, il n'y a que le chant de Derek Orthner qui gronde toujours sur le même ton si ce n'est quelques shrieks épars. Maléfique, menaçant, il se montre toutefois parfaitement adapté à la situation, un peu à la manière d'un Craig Pillard en moins profond et avec plus d'effet d'écho. On peut aussi penser au frontman de Dead Congregation.

La musique du quatuor dégage également un côté bestial renforcé par une production assez crue qui sied à merveille à l'ambiance du disque (grain de guitare rugueux au caractère acerbe, caisse claire "ploc-ploc" sur les semi-blasts ...). Comme quoi on peut faire du bestial avec de vrais riffs (n'est-ce pas le "war metal" ?!). C'est aussi ça la force d'Azath, un riffing de qualité comme d'habitude souvent du tremolo aux mélodies plus ou moins prononcées. Certains riffs font également appel à des influences black metal tout à fait convaincantes ("Draconian Impalement" à 1'30, "Through a Warren of Shadow" à 0'47 et 4'36, "Worm of Autumn" à 2'52, "Children of the Dead Seed" à 0'23, etc.). Des solos, il y en a, mais rien de particulièrement intéressant puisqu'ils sont tous très chaotiques, ce qui à nouveau colle à l'atmosphère de l'œuvre mais on n'en retiendra pas grand chose. Le groupe se rattrape sur quelques leads en tremolo ou posées sur les breaks, plus construites et mémorisables. J'ai évoqué plusieurs fois la fameuse ambiance, la fameuse atmosphère, inutile de dire qu'il s'agit là d'un des nombreux atouts d'Azath. Noire, malfaisante et primitive, l'aura de l'opus vous immerge à travers ses riffs pernicieux, ses leads sinistres et son growl terrifiant. Et celle-ci ne résonne pas que pendant les moments où les musiciens lèvent le pied, même si ceux-ci ont leur importance avec trois interludes dont l'intro "Into the Charnel" et l'outro "Dying Echoes" où larsens stridents, bruitages morbides et growls fantomatiques introduisent et closent l'œuvre de manière plus qu'appropriée.

Encore une fois aucune innovation ou surprise, on reste dans du classique qui ne réinvente pas la roue. Cependant les Américains (plus un Canadien) font très bien les choses sur ce premier essai longue-durée qui s'avère une franche réussite. Les influences Dead Congregation et Drawn and Quartered (pas étonnant que l'on retrouve son guitariste-fondateur Kelly Kuciemba dans Draghkar avec Brandon Corsair) ne pouvaient de toute façon que me séduire. L'aspect bestial tout en restant musical étant le petit bonus qui fait la différence. Pas grand chose à redire ici tant le groupe montre un savoir-faire et un feeling indéniables. Un "The Whirlwind" trop vite expédié à 1'38, peut-être. Éventuellement ce son de caisse claire "ploc-ploc" par moment qui pourraient ne pas plaire à toutes les oreilles. Non, franchement, difficile de pinailler, la qualité est au rendez-vous. Voilà une excellente découverte pour qui aime son death metal méchant, brut, ténébreux, âpre et cru. Allez hop, direct dans le top 2020 !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
25/09/2020 15:06
note: 8.5/10
X-Death a écrit : Keyser a écrit : Les frais de port sur Hells Headbangers sont pas du tout abusés, ils passent par DHL, t'as tout en 2 semaines max. Tu commandes 7-8 CDs, t'en as pour 12$.

Tu dis que t'as aussi commandé l'avant-dernier sur Amazon, tu parles de leur 1ère démo de 2018 ? Je la vois pas sur le site ...


Pardon pour la confusion, j'ai pris l'avant dernier exemplaire de l'album 2020 disponible en stock.

Ah ouai c'est correct comme tarif, je pense jamais à Hells Headbangers, quand c'est trop violent sur Bandcamp je me tourne vers Discogs en général.


Ah oui j'avais pas compris ça haha. Bon bah du coup j'ai chopé le dernier exemplaire, ça s'est fait.

Je commande souvent aux USA (HHR, Dark Descent, Sevared) pour les "grosses commandes", c'est assez rentable.
X-Death citer
X-Death
25/09/2020 14:43
note: 8.5/10
Keyser a écrit : Les frais de port sur Hells Headbangers sont pas du tout abusés, ils passent par DHL, t'as tout en 2 semaines max. Tu commandes 7-8 CDs, t'en as pour 12$.

Tu dis que t'as aussi commandé l'avant-dernier sur Amazon, tu parles de leur 1ère démo de 2018 ? Je la vois pas sur le site ...


Pardon pour la confusion, j'ai pris l'avant dernier exemplaire de l'album 2020 disponible en stock.

Ah ouai c'est correct comme tarif, je pense jamais à Hells Headbangers, quand c'est trop violent sur Bandcamp je me tourne vers Discogs en général.
Keyser citer
Keyser
25/09/2020 14:33
note: 8.5/10
Les frais de port sur Hells Headbangers sont pas du tout abusés, ils passent par DHL, t'as tout en 2 semaines max. Tu commandes 7-8 CDs, t'en as pour 12$.

Tu dis que t'as aussi commandé l'avant-dernier sur Amazon, tu parles de leur 1ère démo de 2018 ? Je la vois pas sur le site ...
X-Death citer
X-Death
25/09/2020 13:59
note: 8.5/10
Keyser a écrit : X-Death a écrit : Putin ça défonce ! Un peu obscure pour moi en première impression, mais l'ambiance m'a vite fait revenir ^^. Riffing de qualité, leads entêtants et influences Black distribuées avec parcimonie pour plus de varieté. Que du bon.

Tu as attendu depuis avril pour chroniquer l'album en gardant ça pour toi pendant qu'on se fesait chier comme des rats ? Sadique ! ( Pulverised Record n'est pas dans mon viseur je plaide coupable...)

Une idée pour se procurer le CD dans l'immédiat ou il vaut mieux attendre ? Les 13 euros de frais de port sur BandCamp me font saigner du nez....


Oui désolé mais c'est juste par manque de temps. Il y a beaucoup de trucs cools en death cette année, je ne sais pas si je pourrai tous les faire ...

L'album est à 12€ sur Amazon si ça te gêne pas de commander là-bas. Il est aussi sur Hells Headbangers.


Au top merci ^^ J'ai commandé dans la foulé (et pris l'avant dernier si jamais),j'aurai pas pensé à Amazon.... Je préfère commander en direct mais le groupe ne gagnera de toute façon pas plus de thune sur le CD. Les frais de port US c'est de pire en pire....

J'ai oublié de dire que la pochette est splendide, Riddick à fait du bon boulot.
Flesh29 citer
Flesh29
25/09/2020 13:24
Les extraits proposés m'ont bien botté !
Typiquement ma came et le format raccourci (36min) m'incite d'autant plus à l'achat.
Merci pour le tuyau.
Keyser citer
Keyser
25/09/2020 09:27
note: 8.5/10
X-Death a écrit : Putin ça défonce ! Un peu obscure pour moi en première impression, mais l'ambiance m'a vite fait revenir ^^. Riffing de qualité, leads entêtants et influences Black distribuées avec parcimonie pour plus de varieté. Que du bon.

Tu as attendu depuis avril pour chroniquer l'album en gardant ça pour toi pendant qu'on se fesait chier comme des rats ? Sadique ! ( Pulverised Record n'est pas dans mon viseur je plaide coupable...)

Une idée pour se procurer le CD dans l'immédiat ou il vaut mieux attendre ? Les 13 euros de frais de port sur BandCamp me font saigner du nez....


Oui désolé mais c'est juste par manque de temps. Il y a beaucoup de trucs cools en death cette année, je ne sais pas si je pourrai tous les faire ...

L'album est à 12€ sur Amazon si ça te gêne pas de commander là-bas. Il est aussi sur Hells Headbangers.
X-Death citer
X-Death
24/09/2020 19:17
note: 8.5/10
Putin ça défonce ! Un peu obscure pour moi en première impression, mais l'ambiance m'a vite fait revenir ^^. Riffing de qualité, leads entêtants et influences Black distribuées avec parcimonie pour plus de varieté. Que du bon.

Tu as attendu depuis avril pour chroniquer l'album en gardant ça pour toi pendant qu'on se fesait chier comme des rats ? Sadique ! ( Pulverised Record n'est pas dans mon viseur je plaide coupable...)

Une idée pour se procurer le CD dans l'immédiat ou il vaut mieux attendre ? Les 13 euros de frais de port sur BandCamp me font saigner du nez....
sijj citer
sijj
21/09/2020 16:26
Merci pour la chro et pour la découverte!
AxGxB citer
AxGxB
21/09/2020 14:38
note: 8/10
Bonne pioche en effet. Album à régulariser rapidos !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Azath
Death Metal
2020 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (3)  5.56/10

plus d'infos sur
Azath
Azath
Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Into the Charnel (instrumental)  (01:40)
02.   Draconian Impalement  (04:18)
03.   Mortal Sword  (03:08)
04.   Knight of Chains  (03:56)
05.   Through a Warren of Shadow  (05:58)
06.   Pale Light (instrumental)  (01:34)
07.   Worm of Autumn  (04:39)
08.   The Whirlwind  (01:38)
09.   Children of the Dead Seed  (02:13)
10.   Shifting Forms  (05:50)
11.   Dying Echoes (instrumental)  (01:50)

Durée : 36:44

line up
parution
17 Avril 2020

Essayez aussi
Mortiferum
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Vader
Vader
Solitude In Madness

2020 - Nuclear Blast Records
  
Kaamos
Kaamos
Lucifer Rising

2005 - Candlelight Records
  
Stass
Stass
The Darkside

2017 - Mighty Music
  
Autophagy
Autophagy
Demo (Démo)

2018 - Headsplit Records
  

Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique