chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Profane Order - Slave Morality

Chronique

Profane Order Slave Morality
Sorti il y a bientôt deux ans (toutes mes confuses pour ce retard inacceptable), Slave Morality est le premier album des Canadiens de Profane Order. Nous avions laissé le groupe ici même juste après la sortie en 2018 chez Krucyator Productions de leur premier EP intitulé Tightened Noose Of Sanctimony. Un disque particulièrement intense et sauvage qui n’avait pas manqué d’attirer l’attention de tous les amateurs de Black / Death bestial façon Conqueror, Revenge, Caveman Cult, Ullulatum Tollent, Proclamation, Antichrist Siege Machine et toute cette horde de déglingués qui comme Garth, aiment taper...

Paru chez Sentient Ruins Laboratories (vinyle), Les Fleurs Du Mal Productions (cassette) et Krucyator Productions (CD), ce premier album est illustré une fois de plus par Amanda Blodoks. Le moins que l’on puisse dire c’est que la dame ne s’est pas vraiment foulée dans la mesure où il n’y a que les personnages qui changent (et pas en mieux, malheureusement) puisque le reste s’avère en tout point identique à l’artwork du précédent EP (à quelques petits détails près), que ce soit dans sa construction ou bien dans sa mise en scène. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que je sois encore un petit peu moins emballé par son travail qui déjà ne constituait pas vraiment le point fort de Tightened Noose Of Sanctimony. Heureusement pour Profane Order, là ne réside pas l’essentiel.

Non, ce qu’il faut retenir de ce premier album c’est bien évidemment cette sauvagerie et cette violence avec laquelle les Canadiens nous agressent ici constamment. Alors naturellement la formule est connue (pour ne pas dire vue et revue) puisque quiconque ayant déjà usé ses Rangers au son des quelques groupes cités dans mon introduction ne sera pas dépaysé le moins du monde par ce premier album de Profane Order. Pour autant, difficile de cacher son enthousiasme face à un tel disque. Pour commencer, la production signée une fois encore Patrick McDowall (guitariste de Spectral Wound) s’avère impeccable pour le genre. Offrant puissance et lisibilité, elle rend chaque déflagration immédiate et permet à l’auditeur de ne pas avoir à tendre l’oreille pour aller comprendre de quoi il retourne exactement. Alors oui, ce type de production relativement soignée va forcément mettre un peu plus en lumière les quelques "faiblesses" de ce genre de Black / Death à commencer par la simplicité des riffs et le caractère quelque peu répétitif des structures même si c’est justement cet aspect primitif et animal qui fait la force des albums de ce genre et de celui de Profane Order en particulier.

Car si Slave Morality n’a rien de bien nouveau à proposer, le résultat à l’issu de ces trente-trois minutes n’en reste pas moins foutrement jouissif. Véritable exutoire, ce premier longue durée enchaîne les punitions avec une force et une conviction qui imposent le respect. Menées pour l’essentiel le couteau entre les dents, ces neuf nouvelles compositions ne font preuve d’aucune pitié. Alors bien entendu, on va trouver ici et là quelques séquences moins soutenues et virulentes comme sur "Righteous Spawn (Of The Plague Child)" à 0:16 ou 1:50, l’entame mesurée de "War (Upon The Modern World)" ou un peu plus loin à 1:56, "Ancient Blood" à 2:19 ou "Antichrist Abomination" à 2:23 mais même dans ces moments là c’est encore et toujours la guerre. Le reste du temps, Profane Order y va à coups de riffs à trois notes balancés à toute berzingue à la face de l’auditeur, de blasts quasi-ininterrompus, de remontées de manche et autres solos chaotiques à la sauce Revenge. Le tout bien évidemment bercé d’éructations sauvages et implacables positionnées légèrement en retrait par rapport aux autres instruments responsables de tout ce joyeux bordel procurant systématiquement l’irrépressible envie de tout détruire autour de soi.

Pour conclure cette chronique disons donc que ceux qui savent, savent et n’ont donc a priori pas attendu cette chronique tardive pour se pencher sur le cas de ces Canadiens qui décidément font honneur à leur pays à travers ce Black / Death de haute volée. Les autres, sachez que si vous éprouvez un minimum d’intérêt pour ces quelques groupes évoqués lors de mon premier paragraphe, la formule proposée par Profane Order devrait en toute logique vous séduire. Torché en un tout petit peu plus d’une demi-heure, Slave Morality ne brille ni par son originalité ni par ses prises de risques mais s’apparente plutôt à une véritable décharge d’énergie. Une punition en bonne et due forme qui compte bien n’épargner personne, en tout cas certainement pas ceux qui auront la bonne idée d’y jeter une oreille.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
20/07/2021 13:58
note: 8.5/10
Acheté à sa sortie, parfait dans son genre. Prod idéale, violent et haineux, bestial et fulgurant comme un sanglier sur une route des Landes... défouloir Nickel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Profane Order
Black / Death
2019 - Krucyator Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Profane Order
Profane Order
Black / Death - 2015 - Canada
  

formats
  • Vinyl / 2019 - Sentient Ruin Laboratories
  • K7 / 2019 - Les Fleurs Du Mal Productions
  • CD / 2019 - Krucyator Productions

tracklist
01.   A Barren And Everlasting Isolation  (02:26)
02.   Righteous Spawn (Of The Plague Child)  (04:07)
03.   Black Vomit Desecration  (03:31)
04.   War (Upon The Modern World)  (02:48)
05.   Perverse Demoniac  (03:44)
06.   Ancient Blood  (03:07)
07.   Antichrist Abomination  (04:50)
08.   Hexed (Defiling God's Child)  (03:55)
09.   Entranced (By The Morning Star)  (05:19)

Durée : 33:47

line up
parution
30 Septembre 2019

voir aussi
Profane Order
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimony (EP)

2018 - Krucyator Productions
  

Essayez aussi
Necrowretch
Necrowretch
With Serpents Scourge

2015 - Century Media Records
  
Stortregn
Stortregn
Impermanence

2021 - The Artisan Era
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Return Fire

1997 - No Fashion Records
  
The Crown
The Crown
Eternal Death

1997 - Black Sun Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Dawn Of A New Aeon

2005 - Agonia Records
  

Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique
Ancient Necromancy
Diabolical Forest Alchemy (...
Lire la chronique
Ancient Wisdom
A Celebration in Honor of D...
Lire la chronique