chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrophobic - Dawn Of The Damned

Chronique

Necrophobic Dawn Of The Damned
A deux semaines d’intervalle les nouveaux opus de Necrophobic puis de Mörk Gryning. Le retour quasi-acté de Lord Belial puis une annonce éventuelle pour l’arlésienne Dawn et je m’interroge sur l’existence des multivers. Qui aurait cru à l’exhumation de tous ces géniteurs du black/death suédois ? Pouce levé à Century Media qui aura recruté quasiment tous les maîtres du style en activité dans son écurie (Sacramentum, Unanimated, Dawn, Naglfar). Ici plus besoin d’allumer des cierges pour le groupe de Stockholm, ce dernier est bien lancé et revient deux ans et demi après un huitième album plébiscité de toutes parts. Les Suédois se sépareront de leur bassiste Alexander Friberg (Firespawn) pour le remplacer par Allan Lundholm (Interment, Moondark). Artwork de Necrolord dans des tons rouges, production de Fredrik Folkare et un Sebastian Ramstedt qui tient les manettes… Comme un air de Mark Of The Necrogram ?

Clairement, si vous avez écouté le précédent album et que vous connaissez le Necrophobic post-1997, vous devriez vite retrouver vos repères dès l’ouverture “Darkness Be My Guide”. La bande continue sur ce black/death incisif et mélodique typiquement “nineties” en montant en gamme dans le travail de composition. Hautement calibré donc, soli hallucinants inclus sur chaque titre, des leads qui vous replongent plus de 20 ans en arrière, les très mélodiques “Mirror Black” et “Tartarian Winds” (2:12), l’imparable “The Infernal Depths Of Eternity” (une efficience qui pourrait même rappeler un certain The Third Antichrist) ou encore “The Shadows”. Habitué à une musique relativement concise (Womb of Lilithu de côté), le groupe ira tenter des morceaux de plus de 7 minutes et étonnamment le résultat se pose bien là sur “The Infernal Depths Of Eternity” (meilleur morceau de la galette à mon sens). “The Return of a Long Lost Soul” sera quant à lui plus expérimental et peinera malheureusement à totalement capter notre attention et nous procurer quelconque émotion, la faute en partie à une atmosphère satanique “kitschouille” assez aseptisée. Une tare qui n’est malheureusement pas nouvelle pour les phobiques de la mort.

A l’instar de Mark Of The Necrogram un black/death classique, trop même par moment. L’ouverture “Darkness Be My Guide”, le morceau éponyme, “As The Fire Burns” et d’autres passages plus succincts qui restent dans une zone de confort, souvent rattrapés par un solo démentiel. Petite surprise, on notera le final thrashy (plus bonus que conclusion) rentre-dedans “Devil’s Spawn Attack” épaulé de Marcel Schirmer (Destruction) pour les vocaux. D’ailleurs le frontman Anders Strokirk fera un boulot remarquable encore dans ses modulations démoniaques, reprenant ce qu’avait laissé Tobias Sidegård avec ses divers effets vocaux. Comme pour chaque album, on n’évitera évidemment pas le fâcheux sujet “batterie”... Un jeu famélique et un son horripilant de son fondateur (et seul rescapé depuis 1989). Portez donc attention lors des passages plus “posés”, par exemple l’introduction de “Mirror Black”. Sérieusement pour un batteur ayant plus de trente ans d’expérience ? Mieux ne vaut pas se focaliser sinon nos oreilles pleureront et les dents grinceront… Je n’imagine pas le coup de pied au cul avec un “vrai” batteur. Beau gâchis.

Dawn Of The Damned continue sur les traces de son prédécesseur, c’est à dire un retour aux sources du genre à la précision chirurgicale tout en étoffant davantage ses compositions cette fois. Malgré tout cet ornement, cela ne suffira pas à combler une efficience déjà légèrement en deçà. La faute à des rallonges dispensables aux passages moins inspirés et bien trop classiques, contraste avec les soli et l’ancienneté des musiciens. Reste que Necrophobic délivre un black/death de qualité supérieure (je vous laisse comparer au nouvel album de Trident, on ne joue pas dans la même cour), les adeptes ne pourront qu’être ravis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
13/10/2020 10:51
note: 7.5/10
Un bon cru du groupe qui continue dans la foulée de son très bon prédécesseur. Comme d'habitude ça tourne parfois en roue libre (certains plans sont toujours les mêmes depuis des lustres) mais ça arrive toujours à faire via des excellents solos, et ce malgré quelques longueurs habituelles. Sans être aussi dense que "Mark Of The Necrogram" un bon album très agréable et classique, même si effectivement le jeu de Joakim Sterner est fatiguant au possible, tant il ne se foule pas (et même de moins en moins) !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrophobic
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (5)  8.41/10

plus d'infos sur
Necrophobic
Necrophobic
Black/Death - 1989 - Suède
  

nouveaute
A paraître le 9 Octobre 2020

vidéos
The Infernal Depths of Eternity
The Infernal Depths of Eternity
Necrophobic

Extrait de "Dawn Of The Damned"
  
Mirror Black
Mirror Black
Necrophobic

Extrait de "Dawn Of The Damned"
  
Devil's Spawn Attack
Devil's Spawn Attack
Necrophobic

Extrait de "Dawn Of The Damned"
  

tracklist
01.   Aphelion  (02:25)
02.   Darkness Be My Guide  (04:46)
03.   Mirror Black  (05:23)
04.   Tartarian Winds  (04:24)
05.   The Infernal Depths of Eternity  (07:33)
06.   Dawn of the Damned  (03:39)
07.   The Shadows  (04:55)
08.   As the Fire Burns  (04:01)
09.   The Return of a Long Lost Soul  (07:09)
10.   Devil's Spawn Attack  (03:42)

Durée : 47:57

line up
voir aussi
Necrophobic
Necrophobic
Darkside

1997 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Womb Of Lilithu

2013 - Season Of Mist
  
Necrophobic
Necrophobic
Mark Of The Necrogram

2018 - Century Media Records
  
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
The Nocturnal Silence

1993 - Hammerheart Records
  

Essayez aussi
Prezir
Prezir
Contempt (EP)

2017 - Autoproduction
  
Ruin Lust
Ruin Lust
Choir Of Babel

2020 - 20 Buck Spin Records
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Blasphemophagher
Blasphemophagher
The III Command Of The Absolute Chaos

2011 - Nuclear War Now! Productions
  

Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique