chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Orchid - Dance Tonight! Revolution Tomorrow! + Chaos Is Me

Chronique

Orchid Dance Tonight! Revolution Tomorrow! + Chaos Is Me (Compil.)
Intense.

C’est sans doute le mot, certes utilisé au point d’être un cliché, qui va le mieux à Orchid malgré les années. Honnêtement, quel autre terme employer à propos de la regrettée formation du Massachussetts, s’il faut en choisir un parmi le champ lexical de l’émotion brute ? Orchid est intense, et cette compilation de ses deux premières œuvres au format long (...qui n’est qu’une dénomination faute de mieux, tant la brièveté fait partie de la force de son style) en est bien la meilleure des preuves.

Mais peut-être ne connaissez-vous pas Orchid. Peut-être même vous êtes vous pris la tête dans les mains, dépité, en lisant le libellé « Emoviolence / Screamo » sur votre site préféré en ce qui concerne férocité et brutalité (tiens, et si on avait là notre slogan ?). Dans ce cas, écoutez les extraits collés à cette chronique. Nous vous laissons le temps de revenir les cheveux ébouriffés et le visage rouge, exténué.

C’est fait ? Bien. Vous venez de connaître Orchid, ce groupe actif durant quatre petites années mais qui, en ce minuscule laps de temps, à retourner tout un pan des musiques punk et extrême. Grindcore avec des sentiments (hé, ils ont même fait un split avec Pig Destroyer !) ? Powerviolence émotif ? Ou alors vrai black metal pour coreux, punk, enfiévré, poétique ? Rien de tout cela : de l’emoviolence qui jamais ne démérite, ni en ce qui concerne l’émotion, ni en ce qui concerne la violence. Simple. Intense.

Car c’est bien cela qui étonne encore aujourd’hui, malgré les formations s’étant inspirées d’elle, quitte à aller plus loin, parfois intelligemment, souvent avec fadeur : cette extraordinaire simplicité avec laquelle la bande conjugue ce son abrasif, ce jusqu’au-boutisme dans l’agressivité, titres courts, rage constante, avec une sentimentalité n’arrêtant jamais de couler, véritable hémophilie des sensations. Je n’imagine même pas ce que cette débauche devait donner en concert, tant Orchid est parvenu à trouver une recette magique, aussi brute, directe, que profonde dans ce qu’elle transmet !

Heureusement, cette compilation donne largement de quoi s’en faire une idée. Tout d’abord par l’objet, manifeste de l’esthétique qui court le long de cette scène underground, artistique et politique avec ces livrets aux dessins crayonnés et créatifs, comme des flyers collés sur des poteaux. Auparavant sortis séparément et uniquement en vinyle, les deux disques ainsi réunis trouvent dans l’édition CD de Ebullition Records de quoi montrer leur complémentarité, l’écoute se faisant aisément de l’un à l’autre. Une mise en commun fluide, les quelques ajouts noise de Chaos Is Me relançant parfaitement la machine après le gros quart d’heure raw de Dance Tonight! Revolution Tomorrow!, donnant à imaginer son concert à soi tant l’ensemble profite d’un son typique, grésillant et décapant.

Une compilation qui s’aborde comme un tout donc, où le mot « Pamphlet » s’invite dans le lexique parcourant nos pensées sur Orchid. Car, bien que le reste de sa discographie soit aussi à écouter (la formation n’a jamais démérité lors de sa courte vie), c’est ici que l’on retrouve les morceaux de la bande les plus marquants, où l’exécution tempétueuse devient l’expression d’une certaine poésie des sensations les plus âpres, des larmes les plus colériques, des explosions d’humeurs noires.

Il y aurait sans doute d’autres choses à explorer ici, à commencer par ces paroles surréalistes, philosophiques et politiques qui deviendront également un cahier des charges de la scène, et sur comment Orchid reste l’un des moins naïfs, l’un des plus esthétiques sur ces sujets-là. Raison pour laquelle on ne tombera pas dans ce texte dans la mauvaise poésie contestataire ou sentimentale, plutôt dans l’expression d’une admiration devant ce qui reste l’essence-même d’un genre et de sa force particulière – ainsi que de ses faiblesses, tant cela touche, et seulement touche, une grandiloquence qui n’est jamais frontalement exprimée. Dire les choses modestement, un peu comme lui, mais certainement pas avec le même talent.


Artworks des versions d'origine




DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
20/10/2020 07:04
note: 4.5/5
AxGxB a écrit : Seul truc qui manque finalement, les artworks originaux tout de même un poil plus cool que celui de cette compilation.

C'est fait ! Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
19/10/2020 09:29
note: 4.5/5
Un groupe à l'existence brève mais qui aura effectivement bien fait chavirer les amateurs de Powerviolence et de Screamo à l'époque ou tout ça est sorti. Le label Ebullition regorge de pépites de ce genre pour ceux qui seraient tenter de creuser. Chouette chronique en totu cas. Seul truc qui manque finalement, les artworks originaux tout de même un poil plus cool que celui de cette compilation.
RelapsoBananas citer
RelapsoBananas
17/10/2020 10:35
Quel plaisir de lire du Orchid par ici, merci pour la chro !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Orchid
Emoviolence / Screamo
2002 - Ebullition Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (1)  4.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Orchid
Orchid
Emoviolence / Screamo - 1998 † 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
Dance Tonight! Revolution Tomorrow!

01.   Destination: Blood!  (1:07)
02.   To Praise Prosthesis  (0:32)
03.   Lights Out  (2:12)
04.   Anna Karina  (0:14)
05.   I Am Nietzche  (2:38)
06.   Victory Is Ours  (0:56)
07.   Don't Rat Out Your Friends  (0:52)
08.   Black Hills  (0:44)
09.   Snow Delay at the Frankfurt School  (1:06)
10.   ...And the Cat Turned to Smoke  (5:16)

Chaos Is Me

11.   Le désordre, c'est moi  (2:05)
12.   Anesthetic Dialectic  (1:42)
13.   In G and E  (0:58)
14.   New Jersey vs. Valhalla  (2:13)
15.   Weekend at the Fire Academy  (0:56)
16.   Framecode  (1:36)
17.   The Action Index  (1:52)
18.   Death of a Modernist  (0:54)
19.   Boy With No Arms  (1:52)
20.   Invasion U.S.A.  (1:01)
21.   Epilogue of a Carcrash  (3:54)

Durée : 34 minutes 40 secondes

line up
parution
10 Septembre 2002

Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique