chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dead Can Dance - Within The Realm Of A Dying Sun

Chronique

Dead Can Dance Within The Realm Of A Dying Sun
De la même manière que mon obsession musicale principale Fields of the Nephilim, Dead Can Dance est partout. Il habite les recoins de nombre de groupes que nous aimons. Souvent les mêmes que leurs compatriotes signés sur le même label parent d’ailleurs. Paradise Lost, Agalloch, Watain, Burzum… tous les illuminés mystiques qui règnent sous nos voûtes y sont passés. Trois albums du duo australo-anglais, en particulier, ont retenu l’attention des blackeux et des doomeux. Et puisqu’il faut bien commencer quelque part, autant attaquer par le plus sombre et le plus gothique de ces trois monuments, à savoir Within the Realm of a Dying Sun.

Moi, le post-punk, de base, ce n’est pas trop mon truc. J’aime bien certaines choses, mais je suis loin d’être un fan absolu du genre. Ce que j’aime bien, en revanche, c’est toute cette frange de groupes assez inclassables qui sont allés fertiliser le genre dont ils sont issus avec des claviers éthérés, des apports de musique classique, des voix rêveuse. Dead Can Dance est sans doute celui qui représente le mieux cette démarche. Passés les deux premiers albums encore bien trempés dans le post-punk, c’est sur Within the Realm of a Dying Sun que le groupe prend une autre couleur. Moins cadrée peut-être, plus originale, plus exploratrice. Assez unique, en fait. Quelque chose de « médiévalisant » s’invite déjà à la fête. Des couleurs médiévales distordues, rêvées, romantiques, mais bien perceptibles. Revenez vingt ans plus tard, faites fleurir le tout, et vous trouverez Sopor Aeternus. Mais ici, en 1987, tout reste plus sobre. Pas minimaliste, mais austère tout de même. « Anywhere out of the World » fait tomber des notes de clavier tragiques, un tantinet théâtrales même, avant de partir se promener dans une ambiance de château hanté. Un château sinistre, mais sans que cela n’implique un ressenti lugubre ou glauque pour autant. On a plutôt l’impression d’une échappée, d’une traversée dans des lieux inquiétants, impalpables, diaphanes, peut-être un rien menaçants mais toujours plus évocateurs que ceux d’où l’on vient. On saute dans le terrier du lapin sans savoir ce que l’on y trouvera et sans réellement comprendre ce que l’on y voit, mais délesté de tout regret. Il faut aller voir.

« Windfall » prend la suite idéale de cette entrée en terres oniriques. Cette fois, c’est la nuit en personne qui cueille l’arpenteur de rêve. Comme Randolph Carter, nous nous enfonçons dans les contrées du rêve, bigarrées, pittoresques, mythiques, et ses paysages tissés au fil d’éther sur le cadre du fantasme et de l’indicible. Les lois changeantes de ces lieux sont faites de telle manière qu’il est impossible de deviner ce qui succédera aux visions déjà allongées sous nos yeux. Ainsi, « In the Wake of Adversity » donne un peu plus de fil à retordre L’adversité est effectivement présente, sous-jacente, dissimulée, ondulante. Les visions satinées de « Windfall » reposent déjà loin en arrière, et pourtant tout garde une unité exceptionnelle. Le son est si homogène, si cohérent d’une piste à l’autre que l‘on conserve l’impression indéfectible de randonner à travers des panoramas terriblement variés dans les émotions qu’ils suscitent, mais profondément liés par leur substance première.

En chemin, un monument est aperçu. Un cénotaphe, dressé à la mémoire d’un être cher parti vers l’Ailleurs. Un inconnu pour le voyageur égaré, qui sans même saisir pourquoi, est pourtant touché en profondeur par cet hommage rendu. Les chants lointains de Lisa résonnent à travers les collines sous un ciel gris laineux, lâchement tendu devant un soleil mourant. Puis, la voix de Brendan prend le relai, altière et douce, sobre. Sublime. Un point culminant dans ce périple, un recueillement au pied d’un sanctuaire que l’on ne soupçonnait pas.

La seconde moitié de la traversée de ces étranges landes est tout aussi forte. Le tragique total de « Dawn of the Iconoclast » fait peur à entendre, avec ses nappes telluriques, son chant de flaminique et ses plaintes de cordes délétères. « Cantara » fait redescendre la tension avec des sonorités plus apaisées, plus claires, mais jamais totalement dénuées de trouble et de mystère. Un vent venu d’Orient s’invite, et lèche les mailles du rêve en une caresse soufrée. Les tambours se font battants, les incantations plus fiévreuses. La danse, tribale, rapide, rythmée, est inévitable.

C’est dans la beauté et la solennité que s’achève l’errance. « Summoning of the Muse « est un miracle de pureté, de grâce et de clarté. Une cathédrale aérienne, légère, aux formes simples et amples, tendues vers le zénith. Les lanuginosités accrochées à chaque spire tournoient indéfiniment, dans une lumière venue d’autres cieux. Grandiose. Et naturellement, c’est « Persephone » qui clôt la marche, cueillant ses ultimes pensées avant d’être ravie à nouveau par le Seigneur d’en-dessous. Une dernière récolte, sous le soleil mort d’une saison achevée, laissant place à une ère désolée. Tel est le cycle qui régit les contrées du rêve.

Terminé, le voyage. Bien peu de temps s’est pourtant écoulé à l’échelle terrestre. Seulement, de la terre, nous ne venons plus complétement, désormais. Dead Can Dance a ravi une part de l’âme, et la tient enfermée dans des lieux envolées. Les contrées du rêve, lointaines, aperçues en songes, drapées dans les derniers rayons d’un astre éteint, se sont refermées. Ne demeurent que les échos de ce périple hanté, de ces paysages gravés dans l’esprit en une tapisserie fantomatique.

Crépusculaire. Cette fresque est crépusculaire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

ChuckSchuldiner citer
ChuckSchuldiner
22/10/2020 01:05
note: 10/10
Tellement dingue que je l'ai offert à ma mère..
Neuro citer
Neuro
21/10/2020 18:54
Ça fait plaisir de voir ce disque ici. La grâce faite musique sombre. Le metal parait parfois même bien petit en face.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/10/2020 18:12
Dantefever a écrit : Vous êtes tous des hommes de goût.

Surtout moi.


Ca va les chevilles ? Mr Green
Dantefever citer
Dantefever
21/10/2020 17:54
note: 9.5/10
Vous êtes tous des hommes de goût.

Surtout moi.
Mitch citer
Mitch
21/10/2020 14:54
note: 10/10
Album de chevet.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/10/2020 12:12
C'est drôle je réécoutais cet album il y'a quelques jours chez mon coiffeur/barbier, on avait eu une discussion sur l'oeuvre du groupe et il l'a foutu dans son salon (pour lui c'est leur chef d'oeuvre), la classe ! Il m'a donné envie de me repencher sur la disco du groupe en tout cas Sourire
Raziel citer
Raziel
20/10/2020 21:59
Existe-il un album de Dead Can Dance qui ne soit un chef d'oeuvre ?

Si les univers changent radicalement (le médiéval avec Aion, les percus africaines avec Spiritchaser, le goth avec Spleen and ideal et l'éponyme), le génie demeure, en toutes circonstances.

Je trouve que c'est là le plus épatant : passer d'un style à un autre sans que leur science de la composition ne s'en trouve altérée. Sans que l'accroche n'en subisse une quelconque entorse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Can Dance
Darkwave / Ambient /Goth / Néo-classique
1987 - 4AD
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (5)  10/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dead Can Dance
Dead Can Dance
Darkwave / Ambient /Goth / Néo-classique - 1981 - Australie / Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Anywhere Out Of The World  (05:08)
02.   Windfall  (03:30)
03.   In The Wake Of Adversity  (04:14)
04.   Xavier  (06:16)
05.   Dawn Of The Iconoclast  (02:06)
06.   Cantara  (05:58)
07.   Summoning Of The Muse  (04:55)
08.   Persephone (The Gathering Of Flowers)  (06:36)

Durée : 38 mn

line up
parution
27 Juillet 1987

Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique