chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sacramental Blood - Ternion Demonarchy

Chronique

Sacramental Blood Ternion Demonarchy
Des groupes originaires de Serbie, je n’ai pas le souvenir d’en avoir chroniqué des masses. À vrai dire, Sacramental Blood pourrait bien être le premier. D’ailleurs, vérification faite du côté de la base de données de Thrashocore, il s’agit effectivement de la première fois que je rédige un article sur un groupe originaire de ce pays situé dans le sud-est de la péninsule des Balkans. Plus surprenant, celui-ci n’est que le deuxième à y figurer aux côtés d’un certain Disdained dont la seule chronique remonte maintenant à plus de dix ans...

Formé en 2002 à Belgrade, Sacramental Blood compte dans ses rangs des membres et ex-membres de formations relativement confidentielles telles qu’Agonize, Blasphererion, Amon Din ou Sin Of God. Des groupes qui n’ont vraisemblablement jamais été en mesure de s’exporter tant il me semble qu’ils sont par chez nous (et même ailleurs) complètement inconnus de la plupart des amateurs de musiques extrêmes... En attendant, s’il y a aujourd’hui un groupe Serbe qui mérite qu’on lui prête un petit peu d’attention, c’est bien Sacramental Blood. Il était donc temps de rétablir un semblant de justice pour cette entité malheureusement sous-estimée et surtout honteusement passée sous silence ici ou ailleurs.

Sorti en 2016 sur Ghastly Music (Cyanic, Gutslit...), Ternion Demonarchy n’est que le premier album de Sacramental Blood. Celui-ci fait suite à une série de splits et de démos parus entre 2004 et 2013 mais aussi à une valse de musiciens (pas moins de douze allées et venues) ayant assurément ralentie la progression des Serbes qui auraient probablement préféré pouvoir s’affranchir de cette étape un petit peu plus tôt dans leur carrière. Enfin bon, comme il ne sert à rien de courir et qu’il semble plus judicieux d’arriver à point, on n’en tiendra pas rigueur à Sacramental Blood. D’autant plus que moi non plus, je ne suis pas spécialement dans les temps pour évoquer avec vous ce premier album superbement illustré par Juanjo Castellano Rosado dont on reconnait aisément le coup de pinceaux.

Loin de révolutionner quoi que ce soit, Ternion Demonarchy possède heureusement d’autres qualités à commencer par un sens de l’efficacité particulièrement affûté qui en fait un disque tout simplement redoutable. Largement influencé par des groupes tels que Deicide, Malevolent Creation ou Sinister pour rester de ce côté-ci de l’Atlantique, ce premier longue durée est marqué dans son ensemble par un rythme extrêmement soutenu qui en fait un disque intense et extrêmement jouissif. Pour autant, les séquences plus en retenues ne manquent pas et vont ainsi permettre d’apporter ici et là quelques courtes respirations pour le moins providentielles. C’est le cas notamment de ces trois titres instrumentaux que sont "Aeons", "The Relic" et "De Praestigiis Daemonum" disposés de manière plutôt judicieuse tout au long de ce premier album et qui vont permettre à l’auditeur de retrouver ses esprits entre deux soufflantes. De la même manière, un titre tel que "Sanctimonious" va jouer la carte du mid-tempo histoire de varier les plaisirs et de ne pas céder à une certaine facilité qui consiste à foncer dans le tas tête baissée sans jamais chercher à nuancer son propos.
Aussi utiles soient-ils, ces quelques moments ou passages ne pourront néanmoins faire oublier la franche correction administrée ici par les Serbes qui effectivement ne sont pas là pour plaisanter. Pied au plancher, Sacramental Blood s’impose par la force grâce à un riffing infernal et diabolique (sublimé par ces nombreux solos chaotico-mélodiques plutôt bien inspirés) qui derrière cette approche plus ou moins complexe et tarabiscotée révèle des atmosphères particulièrement sinistres et incandescentes. À ces riffs sombres et fuligineux va se mêler une section rythmique particulièrement généreuse en blasts, tapis de double et autres accélérations thrashisantes menées le couteau entre les dents. Une intensité particulièrement redoutable qui ne laisse que peu de place aux hésitations et à la demi-mesure. On soulignera également la capacité des Serbes à prendre l’auditeur à revers grâce à quelques transitions brise-nuques relativement inattendues qui en passant vont apporter un semblant de relief à des séquences exécutées avec la furieuse envie d’en découdre. Enfin côté chant, Srđan Todorović emprunte à John Tardy (un peu) et Chuck Schuldiner (davantage) de cette voix arrachée et agonisante même si le débit est évidemment ici bien plus soutenu que chez les Floridiens d’Obituary. Une prestation marquée effectivement de temps à autre par un certain mimétisme qui pourra probablement en agacer quelques-uns mais qui personnellement ne me gêne absolument pas dans la mesure ou en plus d’être terriblement efficace ces quelques moments sont loin d’être systématiques.

Largement sous-estimé par de nombreux hardos pourtant adeptes de ce genre de Death Metal intense et explosif, ce premier album de Sacramental Blood mérite qu’on lui prête une attention toute particulière, surtout si on est du genre à transpirer à grosses goûtes à l’écoute des premiers albums de Deicide, Malevolent Creation et Sinister. Certes, il n’y a rien de très original dans ce que proposent ici les Serbes mais le degré d’efficacité est tel qu’on en oublie très vite ce genre de petit détail sans importance. Bref, vous l'aurez compris, Ternion Demonarchy relève de la petite pépite cachée, celle que l'on va trouver dans les méandres de l'undeground au gré de pérégrinations nocturnes en quête de nouveautés à se caler sous la dent et qui une fois enfiler dans les oreilles nous fait nous demander pourquoi nous ne nous sommes pas rencontrés avant. Allez hop, ne perdez pas plus de temps et allez m'écouter tout ça !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
08/05/2021 08:32
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Ah ouf, ce n'est que ça Mr Green Nan mais écoute je ne sais pas, en cinq ans, je l'ai rarement vu passer que ce soit dans les topics d'écoutes, sur Facebook ou ailleurs donc bon... Ghastly Music n'a peut-être pas non plus l'aura des récents labels underground qui pourtant rayonnent pas mal ici ou là pour je ne sais trop quelles raisons. Bref, il me paraît bien plus passé sous silence que d'autres albums qui ne sont pas forcément meilleurs mais bon, c'est mon ressenti Sourire

C'est ma faute, j'aurais dû le chroniquer à sa sortie Mr Green
AxGxB citer
AxGxB
07/05/2021 14:45
note: 8/10
Flesh29 a écrit : AxGxB a écrit : Ah ouf, ce n'est que ça Mr Green Nan mais écoute je ne sais pas, en cinq ans, je l'ai rarement vu passer que ce soit dans les topics d'écoutes, sur Facebook ou ailleurs donc bon... Ghastly Music n'a peut-être pas non plus l'aura des récents labels underground qui pourtant rayonnent pas mal ici ou là pour je ne sais trop quelles raisons. Bref, il me paraît bien plus passé sous silence que d'autres albums qui ne sont pas forcément meilleurs mais bon, c'est mon ressenti Sourire

Ah oui ça fait pile 5 ans qu’il est sorti. Tu aimes bien les dates anniversaires Sourire

Merci pour ce retour et ce partage de ressenti que je comprends parfaitement.
Après comme tu le soulignes c’est aussi une question d’opportunités. Tu tombes sur une news, une chro (par exemple celles de SOM, Voices…ainsi que d’autres petits webzines), un bilan de fin d’année etc...

En tout cas on est d’accord, mieux vaut un éclairage tardif que pas d’éclairage du tout, surtout quand l’album vaut vraiment la peine qu’on s’y intéresse.
Le principal s’est d’en parler et cette nouvelle chronique est là pour en remettre une 2ème couche.
Ecoutez le, adoptez le !


Là encore c'est un pur hasard Clin d'oeil
Mais content de voir que le disque plaît et trouve au passage quelques nouveaux auditeurs !
Flesh29 citer
Flesh29
07/05/2021 13:15
note: 7.5/10
AxGxB a écrit : Ah ouf, ce n'est que ça Mr Green Nan mais écoute je ne sais pas, en cinq ans, je l'ai rarement vu passer que ce soit dans les topics d'écoutes, sur Facebook ou ailleurs donc bon... Ghastly Music n'a peut-être pas non plus l'aura des récents labels underground qui pourtant rayonnent pas mal ici ou là pour je ne sais trop quelles raisons. Bref, il me paraît bien plus passé sous silence que d'autres albums qui ne sont pas forcément meilleurs mais bon, c'est mon ressenti Sourire

Ah oui ça fait pile 5 ans qu’il est sorti. Tu aimes bien les dates anniversaires Sourire

Merci pour ce retour et ce partage de ressenti que je comprends parfaitement.
Après comme tu le soulignes c’est aussi une question d’opportunités. Tu tombes sur une news, une chro (par exemple celles de SOM, Voices…ainsi que d’autres petits webzines), un bilan de fin d’année etc...

En tout cas on est d’accord, mieux vaut un éclairage tardif que pas d’éclairage du tout, surtout quand l’album vaut vraiment la peine qu’on s’y intéresse.
Le principal s’est d’en parler et cette nouvelle chronique est là pour en remettre une 2ème couche.
Ecoutez le, adoptez le !
AxGxB citer
AxGxB
07/05/2021 12:22
note: 8/10
Ah ouf, ce n'est que ça Mr Green Nan mais écoute je ne sais pas, en cinq ans, je l'ai rarement vu passer que ce soit dans les topics d'écoutes, sur Facebook ou ailleurs donc bon... Ghastly Music n'a peut-être pas non plus l'aura des récents labels underground qui pourtant rayonnent pas mal ici ou là pour je ne sais trop quelles raisons. Bref, il me paraît bien plus passé sous silence que d'autres albums qui ne sont pas forcément meilleurs mais bon, c'est mon ressenti Sourire
Flesh29 citer
Flesh29
07/05/2021 11:13
note: 7.5/10
AxGxB a écrit : Flesh29 a écrit : Par contre un peu surpris par le dernier paragraphe.

Tu fais référence à quoi ? Je me suis relu trois fois, je n'y vois pas de conneries haha


Non, non, pas de conneries rassure toi Sourire

C’était juste par rapport à certaines phrases qui laissent penser que l’album est inconnu (ou n’a pas eu de chroniques et ne se trouve pas dans les distros).
Quand je vois le nombre de nouveautés plus UG et « cachées » que tu nous déniches (ou plutôt déterres, vu le style) et mets en lumière ça m’a surpris.
Rien de plus Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
07/05/2021 10:36
note: 8/10
Flesh29 a écrit : Par contre un peu surpris par le dernier paragraphe.

Tu fais référence à quoi ? Je me suis relu trois fois, je n'y vois pas de conneries haha
Flesh29 citer
Flesh29
07/05/2021 10:15
note: 7.5/10
Effectivement une des belles surprises et des bons albums de 2016 pour un death typé 90’s (Sinister meets floridian death metal). Petit bémol sur le chant perfectible (sans trop de personnalité), mais à part ça (qui relève plus du détail qu’autre chose) vraiment du bel ouvrage pour un 1er album qui annonce une suite très prometteuse (du moins on l’espère). Par contre un peu surpris par le dernier paragraphe.
KimDealUnited citer
KimDealUnited
06/05/2021 22:43
note: 8.5/10
Excellent album (que j'ai dans ma collec) ; beaucoup moins hypé qu'un Skeletal Remains, et pourtant tout aussi bon (si ce n'est meilleur) dans ce genre de death metal carré, riffé et sans concession, avec un chant limite copier/coller sur Pestilence/Death-Chuck (mais ce n'est pas pour me déplaire).
LeMoustre citer
LeMoustre
06/05/2021 19:40
Ah mais voilà un achat à faire de ce pas. Merci bcp
Jean-Clint citer
Jean-Clint
05/05/2021 15:06
Putain ça envoie comme il faut ! Tout ce que j'aime ! Merci pour la découverte, je sens que je vais me commander ça rapidement ! Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
05/05/2021 14:01
note: 8.5/10
Excellent album dont la magnifique pochette orne mes murs. Bien vu la chronique !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sacramental Blood
Death Metal
2016 - Ghastly Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sacramental Blood
Sacramental Blood
Death Metal - 2002 - Serbie
  

tracklist
01.   Demonized  (04:55)
02.   Buildings Of Burning Flesh  (04:42)
03.   Nearest To The God  (03:36)
04.   Destroyer Of Thought And Form  (04:01)
05.   Aeons  (00:51)
06.   Sanctimonious  (05:29)
07.   The Relic  (01:34)
08.   Livid Deaths Descend!  (05:11)
09.   Imposed Resurrection  (04:53)
10.   De Praestigiis Daemonum  (01:06)

Durée : 36:18

line up
parution
6 Mai 2016

Essayez aussi
Bastard Priest
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned (EP)

2020 - Electric Assault Records
  
Atheist
Atheist
Elements

1993 - Music For Nations
  
Ectovoid
Ectovoid
Fractured In The Timeless Abyss

2012 - Hellthrasher Productions
  
Leukemia
Leukemia
Love

2012 - Vic Records
  
Epitaph
Epitaph
Seeming Salvation

1993 - Thrash Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique