chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hanging Fortress - Darkness Devours

Chronique

Hanging Fortress Darkness Devours
En quelques années seulement, Redefining Darkness s’est imposé comme un label de choix sur lequel il fallait désormais compter en matière de musiques extrêmes. Alors c’est sur, celui-ci n’a ni la réputation ni le rayonnement d’autres structures indépendantes bien mieux implantées qu’elle mais une chose est sûre, les productions qui en sortent méritent bien souvent une attention toute particulière (Angel Morgue, Create A Kill, Detherous, Sentient Ruin, Schizophrenia et quelques autres encore...). C’est le cas d’Hanging Fortress, jeune formation de l’Ohio qui depuis 2018 trace son chemin à coup de EPs et autre single.

Cette fois-ci, le groupe revient à la charge avec sous le bras un premier album qui n’en a presque que le nom puisque du haut de ses sept titres celui-ci ne dépasse que de peu les vingt minutes… C’est un peu court pour un premier essai dit "longue durée" mais il faudra de toute façon s’en contenter. De la même manière et bien que je le trouve plutôt sympathique (ce grain, cette teinte verte, cette photo simple mais évocatrice), l’artwork proposé ici a quelque chose d'extrêmement quelconque qui ne pousse pas forcément à la découverte (combien de groupes (de Death/Doom) se sont déjà invités dans les cimetières de leurs quartiers pour prendre ce genre de photo?). Pourtant, il serait dommage de passer à côté d’Hanging Fortress, surtout si vous êtes client de ce genre de Death Metal lourdingue accordé bien bas et aux influences Hardcore on ne peut plus évidentes.

Alors attention, n’allez pas croire que les Américains soient du genre à traîner la patte où à se satisfaire de ces seules séquences plombées qui, soit dit en passant, ne manquent pas de groove. C’est même plutôt l’inverse dans la mesure où le groupe, sur des morceaux relativement courts (trois minutes en moyenne par titre), fait preuve systématiquement ou presque d’une certaine dualité rythmique opposant ainsi à ces passages écrasants quelques accélérations plus ou moins soutenues et plus ou moins brèves qui vont notamment permettre d’aérer l’ensemble et ainsi varier les plaisirs. Un détail qui a ici toute son importance puisque, en toute honnêteté, le Death Metal d’Hanging Fortress ne brille ni par son degré de créativité, ni par son niveau technique et encore moins par sa diversité. Aussi, lorsque le groupe de Toledo n’est pas occupé à caler des riffs bien chuggy qui feront probablement dodeliner plus d’un dur à cuire, il passe le reste de son temps à nous secouer gentiment à coup de blasts plutôt tranquilles exécutés à l’aide d’une caisse claire qui claque sec ("Stab Wounds" à 0:32, "Blood Mountain" à 0:27, "Drown" à 1:16, "Killing You" à 2:20) ou de passages rythmiquement plus appuyés ("Burned Alive" à 0:50, "Stab Wounds" à 1:11, l’entame de "Blood Mountain", "Drown" à 1:05, etc). Certes, l’auditeur n’ira pas jusqu’à perdre haleine mais dans cette lourdeur ambiante ces moments paraissent naturellement bienvenues.

Mais plus que ces "accélérations" et autres parties dites "rapides" (notez bien les guillemets), ce sont davantage ces passages lourdingues ou chaloupés, largement hérités de la scène Hardcore Beatdown, qui font le sel de ce premier album certainement pas très finaud mais alors diablement efficace dans son genre. En effet, c’est là où Hanging Fortress excelle, dans ces moments bas du front où ces riffs écrasants et patauds se mêlent à ce growl profond et monocorde et à ces coups de massue assénés sur les fûts le temps de séquences au groove particulièrement communicatif. Comme je l’ai déjà dit, tout ça ne respire pas la grande intelligence mais comme n’importe quel bon Blockbuster, on préfèrera ici laisser son cerveau de côté histoire d’aller fracasser tout ce qui pourrait nous tomber sous la main lors de passages bien viriles et bas du front comme ceux que l’on pourra trouver sur "Burned Alive" à 0:36, "Stab Wounds" à 1:32, "Hanging Fortress" à 1:13 ou "Blood Mountain" à 1:40.

Si Darkness Devours à de quoi frustrer par sa durée extrêmement contenue, on peut néanmoins féliciter les Américains de ne pas voir tenter d’appliquer la même formule sur plus de quarante minutes. Étant des plus rudimentaires et limitées, celle-ci aurait fini par montrer des signes de faiblesses conduisant l’auditeur à une certaine lassitude. Sur vingt minutes, il est clair qu’on n’a n’y le temps de s’ennuyer ni le temps de trouver la chose trop redondante. En attendant, si vous avez un tant soit peu d’affinités avec ce genre de Death Metal mid-tempo bien groovy, je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille à ce premier album d’Hanging Fortress. La musique du groupe ne fera sûrement pas date mais s’avérera un excellent compagnon pour toutes vos séances de musculation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hanging Fortress
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hanging Fortress
Hanging Fortress
Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 6 Novembre 2020

tracklist
01.   Burned Alive  (04:08)
02.   Stab Wounds  (03:18)
03.   Hanging Fortress  (02:13)
04.   Blood Mountain  (03:09)
05.   Darkness Devours  (02:21)
06.   Drown  (03:15)
07.   Killing You  (02:41)

Durée : 21:05

line up
Essayez aussi
Malignant Altar
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods (Démo)

2019 - Clandestine Productions
  
Ataraxy
Ataraxy
Where All Hope Fades

2018 - Dark Descent Records
  
Trenchrot
Trenchrot
Dragged Down To Hell (Démo)

2013 - Nihilistic Holocaust
  
Chaos Inception
Chaos Inception
The Abrogation

2012 - Lavadome Productions
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Blessed Are The Sick

1991 - Earache Records
  

Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
L'envers de l'hystérie
Lire l'interview
Hysteria
Flesh, Humiliation And Reli...
Lire la chronique
Bas Rotten
Surge
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Sulfuric Disintegration
Lire la chronique
Arsebreed
Butoh
Lire la chronique
Expander
Neuropunk Boostergang
Lire la chronique
Sxuperion
Omniscient Pulse
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
Dégénéréscence
Hélas ! Je n'étais pas fait...
Lire la chronique