chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyperdontia - Abhorrence Veil / Excreted From The Flesh

Chronique

Hyperdontia Abhorrence Veil / Excreted From The Flesh (Compil.)
Malgré tout un tas de sorties parues l’année dernières (cinq au total), je dois bien reconnaître que je me suis un petit peu endormi sur le cas des Danois d’Hyperdontia. Pourtant, celles-ci ne sont pas du tout passées inaperçues (en tout cas pas chez moi), mais il faut croire que j’avais d’autres chats à fouetter. Il était donc grand temps de réparer ces oublis...

Mais avant toute chose, que s’est-il passé du côté des natifs de Copenhague depuis la sortie de l’excellent Nexus Of Teeth en 2018 ? Et bien pas mal de choses en fait. Pour commencer, le groupe a vu le départ de son chanteur David Mikkelsen (Undergang, Ulcerot, Wormridden, Extremely Rotten Productions) remplacé au pied levé par le guitariste Mathias Friborg (Had, Ascendency, Sulphurous, Taphos...). La même année (2019), Hyperdontia a sorti sur Dark Descent une compilation (A Vessel Forlorn) sur laquelle on trouve notamment un titre inédit avant d’enchaîner en 2020 avec la sortie d’un EP (Excreted From The Flesh), deux singles, un split en compagnie des Américains de Mortiferum et une compilation, celle dont il va être question aujourd’hui.

Intitulée Abhorrence Veil / Excreted From The Flesh, celle-ci réunit comme son nom l’indique les deux seuls EPs qu’Hyperdontia a sorti à ce jour ainsi que trois inédits en guise de bonus. Tout d’abord une nouvelle version du titre "Internal Incineration" (présent initialement sur le EP Abhorrence Veil) ainsi que deux reprises. La première de Cannibal Corpse ("Disfigured") et la seconde de Darkthrone ("Cromlech"). Le tout nous est proposé sous forme de CD slipcase par deux labels brésiliens, My Dark Desire et Old Shadows Records. Une initiative particulièrement louable si ce n’est que cette compilation reste malgré tout compliquée à obtenir de ce côté-ci de l’Atlantique...

Quoi qu’il en soit, ne boudons pas notre plaisir, puisqu’on tient là une compilation particulièrement complète des quelques à-côtés proposés par Hyperdontia depuis sa formation en 2015 (ne manque finalement que le titre "A Vessel Forlorn"). Proposés de manière chronologique, on va retrouver dans un premier temps les trois morceaux du EP Abhorrence Veil (trois pour les différentes versions cassettes, deux seulement pour la version 7"). Parfait préambule à l’album Nexus Of Teeth, ces trois compositions proposaient déjà à l’époque ce même Death Metal impitoyable influencé autant par Incantation et Morbid Angel avec en sus le growl baveux et putride d’un David Mikkelsen en grande forme. En dépit de quelques passages moins soutenus (une bonne partie de "Stapled Down" mené essentiellement à coups de mid-tempos, "Internal Incineration" à 1:17, "Malicious Concept" à 1:32), ces trois titres n’ont rien à envier à ceux de Nexus Of Teeth. On y trouvait déjà le même riffing sombre et diabolique, la même batterie tentaculaire et peu avare en blasts et autres démonstrations de force ainsi que les mêmes atmosphères lourdes et fuligineuses. Une mise en bouche extrêmement convaincante à laquelle Hyperdontia donnera une suite largement remarquée.
Les deux titres suivants sont ceux du EP Excreted From The Flesh sorti en mars 2020 sur Me Saco Un Ojo (vinyle) et Extremely Rotten Productions (cassette). Sur ces deux nouveaux morceaux, David Mikkelsen a donc tiré sa révérence et laissé sa place à Mathias Friborg qui, loin de démériter, propose un growl peut-être moins épais et baveux mais peut-être plus malveillant. On remarque également que la production se fait ici plus dense comme pour mieux souligner le caractère étouffant de ces nouvelles compositions. Pour le reste, rien n’a changé du côté d’Hyperdontia et certainement pas l’aspect implacable qui caractérise son Death Metal. On va ainsi retrouver cette même force brute que la formation danoise se plaît à déployer à coups de riffs sombres et diaboliques, de leads infernaux, de tchouka-tchouka et autres blasts particulièrement soutenus et de ralentissements toujours aussi bien sentis. Hyperdontia a peut-être dû laisser partir un charismatique chanteur mais il n’a pas pour autant perdu au change. En tout cas une chose est sûre, il est toujours aussi remonté !
Même constat en ce qui concerne cette relecture du titre "Internal Incineration" avec Mathias Friborg derrière le micro. Les différences vont une fois de plus se situer au niveau de la production et du chant ainsi que dans cette conclusion que les Danois vont pour l’occasion faire ici trainer davantage grâce à ce lead qui n’en finit pas... Foncièrement, cette nouvelle version n’apporte pas grand chose mais qui irait s’en plaindre servie comme elle l’est au sein d’une compilation regroupant justement EPs, reprises et autres titres inédits ?
D’ailleurs, en parlant de reprises, c’est sur cet exercice que se conclut cette compilation. La première est celle de Cannibal Corpse avec le titre "Disfigured" tiré de l’album Vile. Proposé initialement sur un single limité à 200 exemplaires intitulé Excavations (avec sur la face B la même reprise de Darkthrone qui nous est proposée ici à la suite), cette relecture se veut extrêmement fidèle à la version originale et ceci jusque dans le growl finalement très proche de celui de Corpsegrinder. Il en va de même pour cette version de "Cromlech" bien que la production bien moins typée Swedish Death Metal et l’interprétation lui confèrent tout de même un caractère beaucoup plus brutal que la version originale. Dans les deux cas, on appréciera de voir les gars d’Hyperdontia se prêter à ce genre d’exercice toujours fort sympathique, notamment lorsqu’il est exécuté de la sorte.

Trente-quatre minutes plus tard, on laisse Hyperdontia avec le sentiment d’être parfaitement rassasié. C’est bien simple, il n’y a rien à jeter sur cette compilation presque complète qui retrace toute la carrière du groupe, de ses premiers balbutiements audio en 2017 jusqu’à ses plus récentes sorties dont les parutions remontent à quelques mois seulement. Bref, il n’y a là aucune raison valable pour faire l’impasse sur cette sortie si ce n’est peut-être encore une fois l’impossibilité de mettre la main dessus aujourd’hui en Europe... Allez, on se revoit pour la chronique du split avec Mortiferum d’ici quelques jours !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

X-Death citer
X-Death
20/01/2021 17:23
note: 4/5
AxGxB a écrit : X-Death a écrit : Très bonne compil' ! Le packaging est sympa avec les deux pochettes sur la slipcase aussi, mais effectivement l'addition est salée...... Au moins on a une version CD.....

Par contre tu as eu un digipack ???


J'ai rien eu car je ne l'ai pas encore commandé...
Mais oui, je me suis trompé, c'est bien un slipcase. Au temps pour moi, c'est corrigé Clin d'oeil


Ah ok, j'aurai fait une crise sinon ^^
AxGxB citer
AxGxB
20/01/2021 17:04
note: 4/5
X-Death a écrit : Très bonne compil' ! Le packaging est sympa avec les deux pochettes sur la slipcase aussi, mais effectivement l'addition est salée...... Au moins on a une version CD.....

Par contre tu as eu un digipack ???


J'ai rien eu car je ne l'ai pas encore commandé...
Mais oui, je me suis trompé, c'est bien un slipcase. Au temps pour moi, c'est corrigé Clin d'oeil
X-Death citer
X-Death
20/01/2021 16:57
note: 4/5
Très bonne compil' ! Le packaging est sympa avec les deux pochettes sur la slipcase aussi, mais effectivement l'addition est salée...... Au moins on a une version CD.....

Par contre tu as eu un digipack ???

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hyperdontia
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hyperdontia
Hyperdontia
Death Metal - 2015 - Danemark / Turquie
  

tracklist
01.   Stapled Down  (03:46)
02.   Internal Incineration  (04:17)
03.   Malicious Concept  (03:46)
04.   Warping Sacristy  (04:19)
05.   Excreted From The Flesh  (04:38)
06.   Internal Incineration (New Version)  (05:05)
07.   Disfigured (Cannibal Corpse Cover)  (03:39)
08.   Cromlech (Darkthrone Cover)  (04:17)

Durée : 33:47

line up
parution
3 Juillet 2020

voir aussi
Hyperdontia
Hyperdontia
Nexus Of Teeth

2018 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Bastard Grave
Bastard Grave
What Lies Beyond

2015 - Pulverised Records
  
Obituary
Obituary
The End Complete

1992 - Roadrunner Records
  
Necrovorous
Necrovorous
Funeral For The Sane

2011 - Pulverised Records
  
Gutless / Mortal Wound
Gutless / Mortal Wound
Gutless / Mortal Wound (Split 12")

2020 - Me Saco Un Ojo Records / Maggot Stomp Records
  
Tribulation
Tribulation
The Formulas Of Death

2013 - Invictus Productions
  

Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique