chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
190 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sainte Marie des Loups - Funérailles de Feu

Chronique

Sainte Marie des Loups Funérailles de Feu
Il y a déjà deux ans que Fallen Empire s'est éteint. Une écurie vouée à passer à la postérité, marquant définitivement la scène de son empreinte. Il faut bien dire que la qualité fut constante. Des Lluvia, des Skáphe, des Misþyrming, des Hwwauoch et autres Guðveiki, tant de noms imprononçables, des quatre coins du globe, mis en lumière (si je puis dire) huit ans durant par un label d'exception. Chacune réinterprétant, à sa manière, les codes d'un genre qui s'encroûte dans le routinier, le cliché. Jusqu'au bout fidèle à sa ligne de conduite, son dernier soupir, poussé à l'hiver 2018, fut également son ultime fournée : la meilleure pour la fin ? Pas loin. Et c'est dans cette dernière que se trouvait le tout premier long-format, éponyme, de Sainte Marie des Loups : après tout, un nom pareil se suffit à lui-même.

J'en avais d'ailleurs parlé dans ces pages. Un disque de qualité, austère, poussiéreux, servi à la perfection par un clavier qui rote la naphtaline et un chant braillard à souhait, sublimant le propos. Cuisiné dans le même chaudron rouillé que les grands Anciens du genre : certes, le disque se trimballe un arrière-goût tenace, très marqué par ses modèles, mais il reste diablement savoureux pour qui aime son Black Metal quand il est sans fioritures, ni conservateurs (dans tous les sens du terme, diront les taquins). Et c'est donc en guise de dessert, à cette année qui s'est avérée être un vrai buffet gastronomique en matière de musique énervée, que le projet parallèle de O. (Chambre Froide, Meurtrières) revient assiéger nos tympans, sous la coupe du très qualitatif Amor Fati, résumant ce nouveau méfait par trois adjectifs lapidaires : "Triomphant, misérable, vindicatif."

"Funérailles de Feu", le bien-nommé... J'y retrouve, avec délice, tout ce que je peux rechercher dans le style : quelque chose d'authentique, de sincère, et surtout, d'évocateur. Au-delà de cette production très crue, cette batterie qui claque sèchement en arrière-plan, cette basse discrète mais indispensable qui refuse le statut ingrat que lui réserve habituellement le style, c'est cet ensemble de riffs bouillonnants, ces plans tantôt galopants (l'ouverture de "Meurtrières"), tantôt beaucoup plus pesants (l'excellent "Dans les yeux de Meduse"), qui font mouche à chaque flèche décochée. "Funérailles de Feu" est drapé tout entier de ses atours médiévaux, présents sur cette somptueuse pochette et qui résument à la perfection ce qu'il faut attendre de cet opus. La tiare, pour le Seigneur au plectre, qui semble nous regarder de haut à chacune des saillies ultimes et tonitruantes qu'il arrache à ses cordes; L'épée, qui taille, tranche, reflet tout trouvé de cette section rythmique baveuse; et la cape, éternel motif du genre, qui pourraient aussi bien faire écho au mystère qui entoure la formation qu'aux paroles, qui nous réservent quelques instants de gloire : "Le chaos survivra !", "Je n'existe qu'à travers la parole tremblante !", "Dans les yeux de Méduse se termine le tête-à-tête de la jeunesse arrogante avec la mort...", "Ici je suis Seigneur ! Ici je suis Dieu ! Mes voies sont impénétrables !" sans oublier ces "Amen !" qui accompagnent les brutaux coup de boutoir concluant "Interdit et Oublié", probablement l'un des meilleurs titres de l'opus. Ce chant en français, toujours vociféré la bouche écumante, vient parachever l'aura menaçante de "Funérailles de Feu". D'aucuns le trouveront peut-être un peu simplet, peu m'importe, il colle au disque à merveille et ne fait qu'accentuer l'envie de lever le poing au ciel.

Quelle ambiance ! Quelle atmosphère ! Sainte Marie des Loups réussit à convoquer ce qui fait la force de ses influences, sans jamais sombrer dans la copie carbone. J'y retrouve cette impression d'arpenter les couloirs humides de Montségur, accompagné par Abigor ou Satyricon; ce côté ésotérique, quasi-mystique, qui s'incarne tant dans la plume que dans le chant de O., me rappellant à bien des égards l'inimitable verve d'Animal/Maldoror (Sa Meute), celle-là même qui a rendu l'album "50 Contre 1" légendaire. Du Black Metal joué par des chevaliers roublards qui ont renié Roi, honneur et foi pour goûter aux plaisirs interdits; Celui de la fange avinée des tavernes, de la fièvre des sabbats conduits nus dans les bois, du fanatisme dissimulé derrière les lourdes pierres des cathédrales. "Funérailles de Feu" est un bijou de l'underground, s'adressant à une assemblée d'apostats, de grouillots, bref, à la truandaille qui se rêve seigneur - et dont, pourtant, chaque note, chaque motif, chaque break confine au divin, au superbe, au grandiose. Bref, en un mot comme en cent, un cru exceptionnel, qui s'impose sans peine au milieu des nombreuses perles que l'année a pu nous offrir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Sangarn citer
Sangarn
06/12/2020 17:47
Merci pour cette découverte, j'apprécie fortement le coté old school et toute la nostalgie que cet album appel en moi, j'ai ressorti tout plein de vieux truc comme les premiers Satyricon et du SVEST
le rythme et l'ambiance sont très bien tenue ca s'écoute très bien sans temps mort
le black metal en francais ca marche tres bien, j'en veux plus !
Raziel citer
Raziel
01/12/2020 10:35
Caïn Marchenoir a écrit : Je ne comprends pas trop le concert de louanges à propos de ce disque. La production est certes abrasive, mais franchement, ce delay très mal réglé sur le chant, qui n'est pas terrible, gâte pas mal l'ensemble et mon coeur balance du côté de l'amateurisme. Les vieux Abigor c'était bien bien mieux que ça.

Surtout, dans un style proche, il y a beaucoup plus intéressant.
Déjà, une partie des prod' du label Tour de Garde.
Ensuite, pas mal des anciens Caverne par exemple.
J'y suis revenu une fois mais pas du tout renversé non plus, je dois l'avouer.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
01/12/2020 07:58
Je ne comprends pas trop le concert de louanges à propos de ce disque. La production est certes abrasive, mais franchement, ce delay très mal réglé sur le chant, qui n'est pas terrible, gâte pas mal l'ensemble et mon coeur balance du côté de l'amateurisme. Les vieux Abigor c'était bien bien mieux que ça.
Raziel citer
Raziel
30/11/2020 20:03
Perso, c'est surtout la prod' de la batterie qui m'a heurté. Elle sonne d'une faiblesse insigne, comme un pauvre clic perdu au fond de la salle.
Les paroles sont également un brin naïves mais ça encore, ça peut passer...
Il reste quelques trouvailles agréables, comme ce solo incroyable qui perfore le premier titre par exemple.
Mais pas non plus renversé.
Voay citer
Voay
30/11/2020 19:37
Suite aux nombreuses occurrences du groupe sur le forum et au lobbying assez sportif qu'en a fait Sagamore, je me suis passé l'album plusieurs fois.
Je dois être passé à côté de quelque-chose car je trouve ce disque finalement assez random, malgré quelques envolées assez intéressantes ("Interdit et oublié"). J'apprécie très modérément la voix et les riffs ne m'ont pas fait décoller autant que vous. Il faudra que je laisse mijoter tout ça.
Sulphur citer
Sulphur
30/11/2020 17:25
note: 8.5/10
Le parallèle avec Abigor est bien vu ; cet album m'a notamment fait ressortir l'OPUS IV, que je n'avais pas écouté depuis un bail (oh le malheureux). Merci Sainte Marie, pour ces envolées aussi bien lyriques que crasseuses à souhait. Ou, comme disait monsieur Ouille, "merci la gueuse, tu es un laideron mais tu es bien bonne".
AxGxB citer
AxGxB
30/11/2020 17:09
note: 8/10
On a quand même une sacrée scène Black Metal en France. La preuve ici. Chouette album en effet, avec une atmosphère assez saisissante. Les deux albums seront à régulariser rapidement de mon côté !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sainte Marie des Loups
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sainte Marie des Loups
Sainte Marie des Loups
Black Metal - France
  

tracklist
01.   Anciens serpents  (04:20)
02.   Meurtrières  (05:00)
03.   Funerailles de feu  (06:21)
04.   Dans les yeux de Meduse  (04:13)
05.   Interdit et oublié  (04:51)
06.   Des profondeurs le silence  (07:21)
07.   Visions  (06:23)

Durée : 38:29

line up
parution
25 Novembre 2020

voir aussi
Sainte Marie des Loups
Sainte Marie des Loups
Sainte Marie des Loups

2018 - Fallen Empire Records
  

Essayez aussi
Hegemon
Hegemon
By This, I Conquer

2003 - Adipocere Records
  
Ende / Sorcier Des Glaces
Ende / Sorcier Des Glaces
Le Puits des Morts (Split-CD)

2016 - Obscure Abhorrence Productions
  
Nawaharjan
Nawaharjan
Lokabrenna

2020 - Amor Fati Productions
  
Bathory
Bathory
Bathory

1984 - Black Mark Productions
  
Nirnaeth
Nirnaeth
Thrown Athwart The Darkness

2006 - Autoproduction
  

Album de l'année
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique