chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skáphe - Skáphe³

Chronique

Skáphe Skáphe³
Depuis la parution de son premier album éponyme en 2014, Skáphe n’a cessé de muer au fil des années et des réalisations. La créature innommable – née de l’esprit d’A.P. (Chaos Moon, Ringarë ou encore Martröð) – s’est forgée une solide réputation au sein de la scène black metal. Elle continue d’ailleurs de semer destruction et démence dans les règles de l’art avec, dernièrement, un EP sans titre (2017) des plus qualitatifs ainsi qu’un long format collaboratif (2019) aux côtés d’une autre entité de renom, Wormlust. À peine le temps de reprendre votre souffle que la formation revient à la charge en 2020, en délivrant son troisième longue durée. Entre le sublime artwork de Karmazid – sorte de version cosmique et hallucinée de « Saturne dévorant un de ses fils » – ou encore l’arrivée de J.B. (Chaos Moon, Guðveiki,…) derrière les fûts, c’est le sourire béat et des étoiles noires plein les yeux que j’ai accueilli cette offrande.

Comme le laissent deviner les titres, Skáphe³ poursuit donc l’histoire déjà débutée sur Skáphe² et le dernier court format. Un nouveau chapitre horrifique, dans la droite lignée de ses prédécesseurs, qui vous saisit dès l’introduction instrumentale « VIII - Beyond Earthly Understanding ». Atmosphère glaciale, bruits anxiogènes, le monstre d’outre-espace ouvre grand ses entrailles afin de vous aspirer dans son vortex implacable. Son souffle entendu sur la fin « VII » continue de se propager ici et gagne rapidement en intensité. Les riffs dissonants conjugués à la force de frappe de J.B. ainsi que les petites cassures de rythme vous malmènent comme sur le titre « XIII - The Shrill Cracks and Moan ». La voix inhumaine – et bardée d’effets – de D.G. (Misþyrming, Naðra,…) est toujours aussi impressionnante, faisant monter l’angoisse d’un bon cran. Le groupe joue sur vos peurs les plus profondes, s’infiltre insidieusement dans votre inconscient. La complexité des morceaux, avec de nombreux changements de tempo ou encore de tons, y est pour beaucoup dans cette perte de repères. Les lignes de basses aussi sentencieuses que tentaculaires, parfaitement intelligibles, renforcent cette sensation d’inconfort (cf. « XI - The Ocean of Fire »). Les sonorités tortueuses de Skáphe – le travail d’écriture y étant pour beaucoup, tirant davantage vers le free jazz ou le prog – vous maintiennent avec force dans un chaos cosmique.


Toutefois, ce nouvel album se montre moins carnassier que Skáphe². Un fait dû notamment à une production plus aérée et au remplacement de la boîte à rythme au profit d’un batteur. La durée relativement moyenne des compositions – seule « XVII - Rebirth Synthesis » en clôture, dépasse les 6 minutes – vous accroche davantage. Malgré la confusion ambiante, la progression de la bête informe ainsi que ses assauts démentiels paraissent s’effectuer naturellement. Les ambiances viscérales (renvoyant au EP sans titre) vous enveloppent sans forcer via les parties instrumentales et les diverses interludes (la funeste « X - Sing Lament to Thee », pour ne citer qu’elle). Des visions abstraites défilent sous vos yeux, à la fois cauchemardesques mais terriblement fascinantes – comme un long métrage sur l’univers de Lovecraft réalisé par Lynch. La formation étonne par ses coups d’éclat comme sur « XII - Buried in Dark Earth » avec ce chant clair sortant de nulle part et des mélodies plus subtiles (où l’on sent l’influence de Ved Buens Ende). Sous ses airs de monstres ataviques dévorant tout sur son passage avec des morceaux asphyxiants au possible (en particulier « XIV - A Spiritual Bypass »), Skáphe laisse entrevoir « autre chose ». Une petite lumière qui scintille dans cette immensité noire par des passages low et mid tempos fortement présents ici – souvent dans la continuité des fameuses interludes – ainsi que quelques riffs plus accessibles.


Au gré des écoutes, Skáphe³ semble être un long titre fleuve de 36,37 minutes (à l’image d’Oranssi Pazuzu et son dernier album). Pas de rupture lors des enchaînements, il se vit d’une traite comme une œuvre cinématographique. Impossible de décrocher une fois lancé tant la musique du groupe est addictive, vous entraînant dans les profondeurs abyssales avec le funeste « XVII - Rebirth Synthesis ». A. Poole et ses acolytes arrivent une nouvelle fois à vous surprendre avec son black metal inclassable, délivrant ici sa meilleure réalisation. Un longue durée qui aurait dû figurer dans le bilan de l’année 2020 mais « procrastination, j’écris ton nom ». C’est également une bonne entrée en matière pour les personnes ne connaissant pas encore l’univers de cette singulière entité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
02/05/2021 11:57
note: 8.5/10
Album complexe, torturé et bien suffocant. Et puis cet artwork en effet !
Dysthymie citer
Dysthymie
02/05/2021 11:55
note: 8.5/10
En écoute sur Bandcamp : https://skaphe.bandcamp.com/album/sk-phe-3

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skáphe
Black Metal
2020 - Mystískaos
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skáphe
Skáphe
Black Metal - 2014 - Etats-Unis / Islande
  

formats
  • Digital / 30/09/2020 - Mystískaos
  • CD / 30/09/2020 - Iron Bonehead Productions
  • K7 / 30/09/2020 - Vánagandr, Mystískaos
  • Vinyl / 31/10/2020 - Mystískaos

tracklist
VIII - Beyond Earthly Understanding
IX - The Lowest Abyss
X - Sing Lament to Thee
XI - The Ocean of Fire
XII - Buried in Dark Earth
XIII - The Shrill Cracks and Moan
XIV - A Spiritual Bypass
XV - Oblique Axis
XVI - Glass Sarcophagus
XVII - Rebirth Synthesis

Durée : 36 minutes 37

line up
parution
30 Septembre 2020

voir aussi
Skáphe
Skáphe
Untitled (EP)

2017 - Mystískaos
  
Skáphe
Skáphe
Skáphe²

2016 - I, Voidhanger Records
  

Essayez aussi
Obscurité
Obscurité
Contemplation

2014 - Ossuaire Records
  
Svarttjern
Svarttjern
Misanthropic Path Of Madness

2009 - Schwarzdorn Production
  
Horna
Horna
Kuoleman Kirjo

2020 - World Terror Committee Records
  
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
New Golgotha Rising

2015 - Northern Heritage
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
The Work Which Transforms God

2003 - Appease Me Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique