chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lie In Ruins - Floating In Timeless Streams

Chronique

Lie In Ruins Floating In Timeless Streams
Avec Towards Divine Death affichant plus de soixante dix minutes au compteur auquel a succédé Demise, un EP fleuve ne contenant qu’un seul titre de près de trente minutes, rien ne laissait supposer que les Finlandais de Lie In Ruins reviendraient à un format bien moins effrayant (qui ne s’est jamais senti découragé au moment de lancer la lecture d’un album de plus de soixante (cinquante ?) minutes ?). C’est pourtant ce qu’ils ont fait avec Floating In Timeless Streams, troisième album paru récemment sur Dark Descent Records et qui pour le coup n’affiche qu’un tout petit quarante deux minutes seulement. De quoi redonner le sourire à tous ceux restés sur le bas côté à la sortie de son imposant prédécesseur et peut-être même aux autres...

Côté fiche technique, Floating In Timeless Streams marque l’intronisation officielle de Jussi-Pekka Manner (Corpsessed, Tyranny...) dans les rangs de la formation en lieu et place de l’ancien batteur Jussi Venäläinen. Pour ce qui est de la production, Lie In Ruins s’est une fois encore chargé de l’enregistrement alors que le mixage et le mastering ont été confiés cette fois-ci à monsieur Henri Sorvali de Moonsorrow et Finntroll. Enfin, après un artwork tout de gris pas forcément très engageant malgré ses qualités évidentes, le guitariste Roni Ärling rempile ici avec ses pinceaux pour une oeuvre toujours aussi réussie quoique plus flatteuse, traduisant avec toujours justesse l’atmosphère morne et tristement morbide qui plane tout au long de ce qui est probablement à ce jour le meilleur album de Lie In Ruins.

Car de cette durée désormais contenue découle une certaine dynamique ou en tout cas une impression d’équilibre retrouvé. Un constat qui fait aujourd’hui de Floating In Timeless Streams un album beaucoup plus évident à appréhender et sur lequel il sera également plus aisé de revenir puisque ce n’est pas l’envie qui devrait manquer. À ma plus grande surprise, c’est l’arme au poing que les Finlandais ouvrent les hostilités grâce à un "Earth Shall Mourn" particulièrement. vindicatif et qui, après deux extraits déjà extrêmement engageants ("Spectral Realms Of Fornication" et "(Becoming) One With The Aether"), a rapidement fini de me convaincre que ce nouvel album serait effectivement un très grand cru. Car si Lie In Ruins ne renie ni sa nature ni ses origines (il reste ce groupe finlandais ayant certaines prédispositions innées pour ce genre Death Metal rampant aux ambiances chargées typique de son pays), Floating In Timeless Streams fait preuve d’une brutalité et d’une énergie non pas nouvelles, ce serait mentir, mais occupant dorénavant autant d’espace si ce n’est plus que ces séquences plombées et étirées qui caractérisaient en grande partie Towards Divine Death et surtout, en tout cas jusqu’ici, Lie In Ruins d’une manière générale. Du coup, sans parler dans prendre plein la tronche, ce troisième album se distingue de ses deux prédécesseurs par ces nombreux passages beaucoup plus soutenus lors desquels la formation originaire d’Espoo ne laisse planer aucun doute quant à ses intentions. Des intentions évidemment hostiles et belliqueuses, formalisées à coup de blasts punitifs et particulièrement jouissifs ("Earth Shall Mourn" à 0:32 et 2:51, "Spectral Realms Of Fornication" à 0:22 et 3:51, "(Becoming) One With The Aether" à 0:41, "Descending Further" à 0:37 et 3:03, "Suffocating Darkness" à 0:26), séquences de tchouka-tchouka toujours aussi efficaces et entrainantes ("Earth Shall Mourn" à 0:43, l’entame de "(Becoming) One With The Aether", "Drowned" à 0:29, "Where Mountains Sleep" à 2:23) et autres cavalcades en tout genre.
Lie In Ruins n’ayant pas non plus viré sa cuti, les parties rampantes sont également toujours de la partie. Outre le titre "The Path" qui joue à plein temps la carte du mid-tempo aux teintes Doom évidentes, on va retrouver tout au long de l’album tout un tas de passages contrastants justement à merveille avec ces séquences nettement plus musclées évoquées justement un petit peu plus haut. Une dualité rythmique plutôt bien équilibrée (même si au final Floating In Timeless Streams semble être l’album le plus direct et brutal de la formation) qui permet de créer une excellente dynamique tout au long de ces quarante deux minutes qui s’écoulent presque trop rapidement…

Si je suis donc particulièrement enthousiaste concernant ce nouvel album ce n’est pas seulement pour cette durée plus mesurée et cet équilibre dynamique qui selon moi leur sied tout de même un peu mieux mais aussi, comme toujours avec Lie In Ruins, pour l’incroyable qualité du travail mélodique effectué. Les leads et autre solos dispensés tout au long de l’album sont assurément l'un des plus grands atouts des Finlandais, de ceux qui font la différence, notamment lorsqu’il est question de personnalité, et permettent aussi à l’auditeur de laisser son esprit vagabonder pendant ces quarante-deux minutes dans ces paysages imaginés par le guitariste Roni Ärling. Des séquences pleine de feeling, capables de vous coller la chair de poule comme celles sur "Earth Shall Mourn" à 2:30 à 4:17 ou les premières secondes incroyables de "Spectral Realms Of Fornication" ainsi qu’à 3:51. Bien entendu, à cela s’ajoute tout un tas d’autres passages et arrangements mélodiques tout aussi convaincants (de cette guitare acoustique que l’on va retrouver à deux ou trois reprises, ces deux interludes instrumentaux, ces nombreux autres solos peut-être moins épiques mais à l’apport mélodique évident) qui à leur manière vont permettre de poser ces délicieuses atmosphères empruntes, un peu à la façon d’Hooded Menace ou de Desecresy, d’une mélancolie hivernale tout finlandaise.

S’il a fallu six longues années à Lie In Ruins pour donner une suite au très bon Towards Divine Death, ce dernier sera ici tout excusé puisqu’on tient là le meilleur album des Finlandais à ce jour. Dynamique, plus équilibré, parfaitement arrangé et tout cela sans avoir perdu une once de son identité, Floating In Timeless Streams s’impose sans mal comme une réussite absolument totale. Un sans faute pour un groupe qui devrait par la même occasion réussir à convaincre ceux restés sur le bas côté en 2014 à cause, justement, de cette durée excessive et de cette cadence moins équilibrée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/11/2020 15:45
note: 8.5/10
Un des albums Death de l'année ! On savait la force des Finlandais à faire une musique âpre et caverneuse, dégoulinante d'humidité mais là ils se sont surpassés en conservant cette force de frappe tout en allant plus à l'essentiel (finies les longueurs inutiles qui faisaient auparavant défaut). Du tout bon qui confirme que la Finlande a toujours ce petit plus qui fait toute la différence !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lie In Ruins
Death Metal
2020 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Death Metal - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   Earth Shall Mourn  (04:45)
02.   Spectral Reams Of Fornication  (06:07)
03.   Interlude I  (01:00)
04.   (Becoming) One With The Aether  (03:39)
05.   Drowned  (05:19)
06.   The Path  (05:54)
07.   Descending Further  (03:54)
08.   Suffocating Darkness  (04:34)
09.   Interlude II  (00:59)
10.   Where Mountains Sleep  (05:51)

Durée : 42:02

line up
parution
20 Novembre 2020

voir aussi
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Swallowed By The Void

2009 - Spikefarm Records
  
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Demise (EP)

2018 - Dark Descent Records
  
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Towards Divine Death

2014 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Bölzer
Bölzer
Hero

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Burial
Burial
Relinquished Souls

1993 - West Virginia Records
  
Iron Flesh
Iron Flesh
Summoning The Putrid

2020 - Great Dane Records
  

Album de l'année
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique