chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Akhlys - Melinoë

Chronique

Akhlys Melinoë
Qu’est-ce qu’un bon album de Black Metal ? Vaste question, hein ? Quand l’un cherche la violence crue du propos comme de la musique, sans trop se poser de questions, l’autre est en quête d’authenticité, de sincérité, veut retrouver cette étincelle, ces émotions propres au style, qui nous le font aimer passionnément, démesurément. Quitte à sonner comme un mauvais Disney :  « La réponse se trouve en chacun de vous ». Difficile de définir des canons objectifs quand le style est aussi particulier, et aussi personnel : Plus qu'un Black Metal, une multitude de Black Métaux - passez moi l'expression. Une chose est certaine, cependant : c’est que l’album dont il est question ici coche consciencieusement toutes les cases de ma grille d’évaluation. Avec la minutie de son chef de chantier, il empile, l’une après l’autre, les briques de son univers, dans lequel nous nous laissons murer avec un plaisir que l’on ne cherche même pas à dissimuler. Bref, il vise dans le mille, juste, partout, tout le temps.

Mais comment fait-il ? Le pedigree de Naas Alcameth fournit une partie de l'explication. C’est que l’Américain ne chôme pas, dévoué tout entier et depuis des années à l'art noir, sous sa forme la plus noble. Nightbringer et son hallucinante technique, mise au service d’un Black Metal racé et hautement exigeant (même si particulièrement chiant sur scène), le train-fantôme Aoratos, le très fervent Bestia Arcana, la brutalité incarnée par Excommunion, chacun des projets de Kyle Spanswick interprète le Black Metal à sa manière, mais tous, sans exception, sont marqués du sceau de la Bête, la patte inimitable du maître. Cette manière de riffer, ce talent sans commune mesure pour bâtir des univers complets et prenants, s'incarne dans tout ce qu'il peut toucher. "Melinoë" n'est ni plus ni moins qu'un concentré de ce que chacune des têtes de l'hydre peut proposer de plus convaincant. Je ne saurais dire s'il faut prendre ce nouvel album d'Akhlys comme le Grand Oeuvre du bonhomme. Pourtant c'est bien la première fois que l'une de ses sorties me parle à ce point, la seule à avoir réussi à toucher ma corde sensible, celle par laquelle le genre entier a su me séduire il y a quelques années.

Difficile d'être objectif, tout comme il est difficile de décrire l'oeuvre. Chaque écoute apporte son lot de découvertes et d'interrogations. Tout y est réfléchi, pensé, ciselé pour incarner au plus juste ce que Naas Alcameth cherche à transmettre. Dédié à Melinoë, déesse infernale, porteuse de cauchemar et de folie ? Tout est dit, je crois, et fort bien. L'album nous happe dès les premières secondes, pour ne nous lâcher qu'au bout de trois-quart d'heures éprouvants, certes, mais jamais désagréables - un voyage qui ne souffre que de cet interlude purement Dark Ambient, rappelant le sympathique mais relativement longuet "Supplication". Figurez-vous une section rythmique implacable, massive, conduite par un Eoghan au meilleur de sa forme, qui se fracasse sur des riffs en forme de falaises, tantôt massifs, tantôt bourré d'aspérités, celles-là même qui écorcheraient les mains des plus téméraires. Ce chant ophidien, inimitable, tartinant de venin ces strates de cordes, ces claviers qui subliment le jeu torturé de Naas Alcameth, tout entier dévoués à un périple onirique face à quelque chose, une bête, une déesse, que-sais-je ? En tout cas, quelque chose qui nous dépasse, purement et simplement. Tout, sur "Melinoë", semble trop grand. Démesuré. On ne sait par quel versant l'attaquer, ni si l'on finira par en venir à bout, à ne serait-ce qu'apercevoir son sommet. Les éléments se déchaînent, à l'image du tonitruant démarrage de "Incubatio", qui me rappelerait presque un Darkspace (soit le plus beau des compliments que je puisse faire), malmènent l'auditeur qui était simplement venu pour la pochette, et s'est retrouvé pris au piège par une création qui le dépasse complètement. En atonie musculaire. Mais comment fait-il pour dompter ces forces supérieures ? Comment peut-il contenir dans de simples titres autant de feeling, d'émotions fortes, de tsunamis en puissance ? Le talent n'explique pas tout...

Exigeant, "Melinoë" l'est, très certainement. C'est une divinité, pas la Marie-couche-toi-là du coin, hein : il va falloir suer quelques seaux pour arriver à la conquérir, savoir ce qui lui confère ce charme qui séduirait même le plus blasé des puristes. Cinq titres, aussi longs qu'ambitieux, formidablement rythmés, qui évitent systématiquement de sombrer dans la redite facile ou le couteau à bout rond. En véritable conteur, Akhlys rythme ce périple en distillant, au sein de ses compositions, des passages en forme de côtes raides ou il va falloir pédaler en danseuse (le proto-refrain de "Somniloquy") et des creux de vague, dans lesquels les émotions absolument déchirantes mettront à genoux les coeurs les plus endurcis, submergés par le poids de ces riffs assassins - comment interpréter autrement le motif central, et récurrent, du fantastique "Pnigalion" ? Les instants solennels, autant de couperets prêts à fendre les chairs (le démarrage écrasant de "Ephialtes"), côtoient les torrents de blast-beats et les saillies vocales de Naas Alcameth qui nous ensevelissent ("Somniloquy", toujours)., sublimés par la production de Dave Otero. Onirique, disais-je ? Cauchemardesque, oui ! "Melinoë" évoque tant la paralysie du sommeil que le rêve lucide. Et en bon somnanbules que nous sommes, c'est presque machinalement que l'on appuie sur "Replay" une fois l'écoute terminée, totalement matrixés par ce qui s'est joué devant nos yeux, et à nos oreilles. Naas Alcameth ne joue pas "simplement" du Black Metal, ici : il se sert de ses instruments, épaulé par son acolyte Evan Knight, pour lever le rideau au fond de la scène. Et ces trois-quarts d'heure ne sont définitivement pas suffisants pour mémoriser cette multitude d'univers qu'ils nous donnent à voir - mieux, à vivre.

En quelques mots comme en cent, pour ceux que j'aurai perdu en cours de route, ou qui chercheraient un tl;dr à cette chronique qui tire en longueur : Faut-il écouter "Melinoë" ? Oui, assurément. Hypé à juste titre par notre Debemur Morti national qui avait dix, cent, mille fois raison de faire confiance à cette énième itération de Naas Alcameth, qui signe ici non seulement l'une de ses plus belles créations en tant que musicien, mais également l'un des tous meilleurs albums de Black Metal de cette année - et Dieu sait que la concurrence fut rude, et l'est encore (je pense au retour inespéré d'Hate Forest, notamment). Un album en forme d'oxymore perpétuel : merveilleux et horrible, qui invite au rêve autant qu'au cauchemar, que l'on s'inflige plus qu'on ne l'écoute, et auquel on reviendra sans cesse, par plaisir masochiste ou par fascination pour ce qui s'y trame.

Concluons en disant simplement qu'enfin, 2020 touche à sa fin. Une année qui fut exceptionnelle, au sens propre comme figuré. D'aucuns choisiront de se souvenir d'elle comme d'une catastrophe - ils n'auraient pas tort. Je crois que je préfère m'en souvenir comme d'une année qui nous aura offert, à nous, avides de découvertes et de sensations fortes, une véritable débauche de sorties toutes plus qualitatives les unes que les autres. Putain, quel pied ! Merci pour ces moments.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
13/02/2021 14:07
note: 10/10
Après avoir reçu la bête et écouté dans de bonne conditions, je confirme, c'est album est un pur chef d'oeuvre, et Naas Alcameth est un génie du mal.
Sagamore citer
Sagamore
20/01/2021 08:03
note: 9/10
Voay a écrit : Un gars sûr avec des goûts sûrs. L'ensemble ne pouvait donc que me plaire, alors que ce n'est pourtant pas vraiment mon genre de BM. Merci pour la découverte.

Venant du représentant même de la sûreté en matière de goûts musicaux, ça ne peut que me toucher Mr Green
Voay citer
Voay
19/01/2021 16:00
note: 8.5/10
Un gars sûr avec des goûts sûrs. L'ensemble ne pouvait donc que me plaire, alors que ce n'est pourtant pas vraiment mon genre de BM. Merci pour la découverte.
AxGxB citer
AxGxB
16/12/2020 10:04
note: 8.5/10
Force occulte et impression de baigner dans un cauchemar éveillé, c'est tout à fait ça. Du coup, je vais me pencher à nouveau sur le premier sur lequel j'étais vite passer car celui-ci est assez époustouflant en terme d'atmosphères. Et effectivement, les débuts/fin de morceaux ambient sont suffisamment intéressantes et immersives pour ne pas perdre en intensité, bien au contraire !
Vartruk citer
Vartruk
16/12/2020 09:57
note: 10/10
Je pense qu'on était nombreux à l'attendre celui-là... voilà un cadeau de fin d'année qui sent plus la mort que le sapin, et qu'est ce que c'est bon putain!

J'avais été littéralement happé par le premier qui continue de me hanter régulièrement (étant assez amateur de dark ambient je trouve toutes les plages ambient savamment dosées et composées) c'est peu dire que j'attendais beaucoup de celui-ci... Et bien rebellote sur cet album qui semble enfoncer le clou au bon endroit, à la fois plus direct et plus exigeant, mais peut-être plus maitrisé aussi. Il y a une sorte de force occulte qui se dégage, un esprit qui vous hante (cette voix!) une grandeur, une masse informe qui vous attrape dès les premières secondes et ne vous lâche plus jusqu'à la fin.

Cet album est grand, très grand, sans jamais être grandiloquent, j'attends de le recevoir physiquement pour l'écouter dans les meilleures conditions, mais franchement, quelle émotion, quel pied!

J'ose dire qu'on approche la quintessence d'un genre, un black tantôt cauchemardesque, tantôt envoutant, qui nous absorbe, nous transporte, et nous fait tout oublier, même le temps qui passe, tant l'album en entier semble n'avoir durée que quelques minutes...

Et tu fais très bien de conclure ta chronique sur cette note d'espoir, une année particulière, à la fois merdique et magnifique, surtout pour les sorties Black metal (avec ce Hate Forest que personne n'attendait et qui promet un retour en grâce rhaaaa) mais en fait, étant donné l'essence du style, est-ce si étonnant...?

En tout cas merci Akhlys pour cette offrande qui me met en joie, et merci à toute l'équipe de Thrashocore pour votre site, vos chroniques hautement qualitatives, vos découvertes, continuez à nous abreuver!
Sagamore citer
Sagamore
16/12/2020 08:38
note: 9/10
L'album s'écoute en entier sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Akhlys
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (11)  8.77/10
Webzines : (1)  9.5/10

plus d'infos sur
Akhlys
Akhlys
Black Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Somniloquy  (08:52)
02.   Pnigalion  (12:42)
03.   Succubare  (06:25)
04.   Ephialtes  (08:28)
05.   Incubatio  (09:55)

Durée : 46:22

parution
14 Décembre 2020

voir aussi
Akhlys
Akhlys
The Dreaming I

2015 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Orthanc
Orthanc
L'Amorce du Déclin

2011 - Hass Weg Productions
  
Ewiges Reich
Ewiges Reich
...nur frei bei Nacht

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  
Lascowiec
Lascowiec
Frostwind of the Apocalypse

2012 - Dark Hidden Productions
  
Sun Of The Sleepless
Sun Of The Sleepless
To the Elements

2017 - Lupus Lounge
  
Antestor
Antestor
Omen

2012 - Bombworks Records
  

Album de l'année
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique