chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Saltas - The Seize – Opus II

Chronique

Saltas The Seize – Opus II
J’exprimais dans ma chronique de Mors Salis – Opus I quelques craintes sur la possibilité qu’avait Saltas de perdre son étrangeté s’il accumulait les créations sans réfléchir. Il faut dire que Niklas Rudolfsson avait déjà pêché par excès par le passé, notamment avec son projet doom / death Heavydeath, passant de sympathique à anecdotique au fil de sorties présentant peu d’évolutions les unes par rapport aux autres. Ainsi, quelques mois après la parution de son premier album sous la bannière de Nuclear War Now! Productions, voici la formation remettre le couvert avec un deuxième opus qui arrive si vite qu’il laisse penser que le duo n’a pas appris la leçon.

Pourtant, on ne peut pas reprocher à Saltas d’être statique dans son style si particulier. En effet, The Seize – Opus II n’est pas un décalque de son prédécesseur, prenant une direction plus crue et rachitique. Porté par un concept présentant, dans ses titres, une envie de longue montée s’étalant sur trente-quatre minutes de la maladie à l’emprise, l'album reste dans ce parti-pris de faire du death metal une musique ambient, tout en allant vers une exécution plus formellement concrète. Guitares et voix omniprésentes, batterie déroulant en arrière-plan ses rythmiques mécaniques, le tout peignant une transe progressive flottant près du sol sans jamais prendre forme : voici ce qui paraît être l’atmosphère que souhaitent développer ici C.J. et N.R., l’écoute se passant sans pouvoir saisir un sentiment particulier, une émotion sensible, un tangible qui s’échappe constamment.

Le souci est que, là où Mors Salis – Opus I nous plongeait dans une torpeur bien identifiable, ne laissant aucun doute sur le talent de Saltas, The Seize – Opus II peine à emporter dans ce qu’il déploie. Moins travaillé, trop linéaire dans un développement qui n’en a que le nom, il n’accroche que par une volonté personnelle de l’auditeur, qui ne trouvera ici qu’un batteur toujours aussi hypnotique et convaincant dans son jeu à la froideur industrielle, où les répétitions se font annonciatrices d’horreurs, proches des productions du label Cold Meat Industry. Certes plus abordable dans la forme, ce deuxième opus questionne trop durant son écoute pour convaincre, tant on se demande si les images d’enfer caverneux et prenant lentement possession des lieux ne sont pas plus dues à une fuite d’un cerveau ennuyé qu’à une véritable suggestion de la part des Suédois.

Il est toujours compliqué de dire pourquoi telle ou telle musique volontairement minimaliste marche, là où une autre ne donne qu’un sentiment au mieux mitigé. Un retour vers la compilation Death•Spirit•Continuum et l’album Mors Salis – Opus I ne laisse pourtant aucun doute : Saltas a raté le coche avec The Seize – Opus II, œuvre intrigante mais trop avare pour donner envie d’être généreuse avec elle. Si quelques éléments permettent de garder intact l’intérêt pour le projet, on est en droit d’attendre mieux de sa part après un premier opus et une compilation réalisant pleinement des visions qui, ici, sont bien trop subjectives. Prenez votre temps, Messieurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
15/11/2020 10:13
En écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Saltas
Death / Doom / Ambient
2020 - Impure Wedding Productions
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Saltas
Saltas
Death / Doom / Ambient - 2017 - Suède
  

tracklist
01.   Step 1 – Disease  (11:55)
02.   Step 2 – Decease  (08:08)
03.   Step 3 – The Seize  (14:35)

Durée : 34 minutes 38 secondes

line up
parution
16 Octobre 2020

voir aussi
Saltas
Saltas
Mors Salis – Opus I

2020 - Nuclear War Now! Productions
  

Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
L'envers de l'hystérie
Lire l'interview
Hysteria
Flesh, Humiliation And Reli...
Lire la chronique
Bas Rotten
Surge
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Sulfuric Disintegration
Lire la chronique
Arsebreed
Butoh
Lire la chronique
Expander
Neuropunk Boostergang
Lire la chronique
Sxuperion
Omniscient Pulse
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
Dégénéréscence
Hélas ! Je n'étais pas fait...
Lire la chronique