chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Old Man Gloom - Seminar VIII: Light Of Meaning

Chronique

Old Man Gloom Seminar VIII: Light Of Meaning
The Ape of God m’avait subjugué. Tout, j’avais accroché à tout, chaque titre, chaque seconde . Je me rappelle aussi la première fois que j’ai entendu parler du groupe : les quatre gars s’étaient amusés à envoyer de faux morceaux aux journalistes pour protester à leur manière contre les leaks. Ce troll musical avait fait le tour des news ; je me vois encore raconter ça à mes potes sur les bancs de la fac (ils s’en foutaient complètement). Après la rigolade arriva le moment où je me suis penché réellement sur le groupe. D’abord sur les membres : des mecs de Converge, Isis, Cave In… Ça promettait. J’ai poncé ces deux albums (tous les deux appelés the Ape of God), me les suis passés en boucle, ai dévoré ensuite leur entière discographie. Puis le docu aussi. Bref vous l’aurez compris, gros, gros coup de cœur.

En 2018 fut annoncé le décès de Caleb Scofield. Énorme coup dur pour le groupe. Il fut remplacé par l’un de ses plus proches amis, Stephen Brodsky, de Cave In et Mutoid Man. Ces dernières années, j’avais un peu oublié Old Man Gloom, je l’avoue, mais mon amour pour the Ape Of God était toujours là, enraciné en moi, rien ne pouvait le faire partir. Et puis, qu’elle ne fut pas ma surprise de voir non pas un, mais deux albums du groupe sortir cette année. Grosse joie. Qui n’a pas duré.

A commencer par la pochette, qui m’a fait hausser le sourcil droit : jaune, avec un grib... dessin  sans queue ni tête. Bon, pourquoi pas, celle de Christmas était elle-aussi spéciale en son genre. Forte appréhension tout de même. Et puis ensuite, la désillusion. Après avoir lancé le disque pour la première fois, j’ai mis la lecture sur Pause arrivé à la fin de la troisième piste. Bien qu’étant calme au début, j’avais commencé au fil des secondes à m’agiter, à triturer mon câble de casque nerveusement. Pour résumer, sur ces trois premiers titres, nous avons au total et grosso modo du 50/50 sur chaque morceau : 50 % bidouillage électronique, 50 % de contenu « Métallique » (pour grossir le trait et englober le le Sludge, Post-Hardcore,...). Ces trois titres donnent l’impression d’un simple patchwork : dans votre shaker, placez des sons noise/bruitistes/indus (bordel, ces gargouillis insupportables sur le « EMF »), un peu de hardcore/post-hardcore/Sludge. Mélangez, et PAF : bin, ça fait pas des Chocapics… Ni de bons titres d’ailleurs. Sans saveur, sans aucune fluidité interne, aucune dynamique ; rien de surprenant, c’est plat et les expérimentations de Mr Turner n’apportent rien d’entraînant. Elles n’ancrent pas l’auditeur dans une sensation ou même un récit. Non. Elles noient les parties « Metal », elles débordent complètement dessus, s’insèrent en leur intérieur pour mieux les gangrener. Pourtant, cesdites parties ne sont pas inintéressantes, loin de là ! Entre le Sludge bien gras de « EMF », le Post-Hardcore mélancolique et agressif des deux autres, on est en présence du Old Man Gloom que l’on connaît, celui qui nous écrase telles des cucarachas sous une botte métallique, celui qui nous chope et nous prend au tripes, littéralement. Mais ces moments sont bien trop courts…

Suite à ça, je me suis alors rassuré comme je pouvais, en espérant une déferlante sur les titres suivants, bien plus longs que ceux que j’avais sub...écoutés précédemment. Oui. Mais pas tout à fait. Passé son intro d’usine de découpage de papier, « Calling you Home » se révèle être le meilleur titre de l’album, que se le dise. Des solos de guitares faisant penser à un hymne psychédélique très Pink Floydien ouvrent le bal, auxquels s’ajoute une voix nonchalante, désabusée mais tellement charismatique  ; puis débarquent la basse et le toms basses, tels des tambours. La voix se mue en hurlements et est ici la cheffe d’orchestre. Elle amène à une montée magnifique et toute en puissance du titre, épaulée par les guitares tissant des arpèges autour d’elle. C’est beau, j’en chialerais presque. Les paroles se répètent comme une prière, une invocation, l’atmosphère se fait pesante, mystique. Ça lorgne quand même pas mal chez Cult of Luna, mais pas grave, je prends quand même. Pour ce qui est du final… Vous avez compris.

Quant aux deux autres, bien mal m’en a pris de vouloir de l’immersion, car j’ai été servi : l’impression d’être dans un vieux James Bond (R.I.P. Sean) se fait sentir sur les premières minutes de « Final Defeat » et de « By Love All is Healed », quand le méchant du film présente son labo et son futur plan machiavélique, avec tous ces bruitages cheap et ces plans panoramiques qui s’éternisent. Petit regard vers la montre. Brodsky prend heureusement la relève sur le premier titre, avec sa voix reconnaissable entre milles, rejoint par d’autres hurlements ; pas trop fan de sa voix sur Old Man Gloom, mais ce n’est pas le moment d’être difficile. Enfin, la lourdeur est de retour, la bonne, la vraie. C’est lancinant, presque onirique, je commence à être enfin transporté par cette partie répétitive, ce rythme pachydermique et ce duo de voix clair/hurlé… Sauf que reviennent les gargouillis et c’est reparti pour le bidouillage. Mon esprit, qui rentrait enfin en transe, réintègre brusquement mon corps. Fin du voyage, mon gars. Heureusement, sur le dernier titre, pas de final foireux, ouf ! Après un passage où on voit les 4 américains montrer un visage furieux mais tout dans la retenue, j’ai l’impression d’assister à l’arrivée de condamnés destinés à l’échafaud, et d’être présent dans leurs têtes. La folie qui y règne, qui s’agite, est métamorphosée par des voix complètement folles, et l’instrumental, tel un boulet accroché aux pieds des pauvres diables, les ralentit dans leur marche vers la mort. Cette lenteur, cette lourdeur, qui leur est propre, quel plaisir...

Pourquoi vous ai-je décrit mon attitude lors de ma première écoute, alors que nous sommes sensés, en tant que chroniqueurs, écouter plusieurs fois l’album pour vous délivrer une chronique fiable et réfléchie? Et bien parce que malheureusement, mon avis sur le disque n'a pas bougé d'un iota depuis. Je me suis repassé plusieurs fois ce disque ensuite, je l’ai laissé se reposer, je l’ai réécouté et rien n’y fait. Ma grosse erreur fut aussi de m’écouter the Ape of God juste avant, et de me rendre compte de l’énorme différence entre les deux : Old Man Gloom a perdu toute sa magie, ce côté poisseux et tribal, cette folie furieuse, cette dynamique qui liait l’ensemble des titres entre eux, sans ennuyer l’auditeur. Et puis, tous ces moments « bruitistes/noise/ambiants » me sortent complètement des trous de nez ; le groupe en utilisait auparavant, j’en suis conscient, et je les appréciais. Mais leur utilisation était plus subtile, ces moments étaient mieux placés au sein des morceaux, et surtout ils étaient mieux réalisés. Énorme déception donc, même si les 3 derniers titres réussissent à sauver l’album. J’ai vu sur le net qu’il (et le suivant aussi) avait conquis énormément de monde, à croire que je fais partie du peu de personnes à ne pas le comprendre et l’apprécier. Tant pis pour moi alors. La suite au prochain épisode… Et ne vous inquiétez pas, la chronique de The Ape of God est prévue !

PS : Si c’est à nouveau un « trick » de votre part messieurs, s’il vous plaît, il serait temps de l’annoncer… Et, Nate, Stephen, Santos, s’il vous plaît… Retirez son matos électronique à Aaron...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Anken citer
Anken
01/12/2020 11:14
note: 4.5/10
Pas écouté celui-là... Il est si mauvais que ça?
Krokodil citer
Krokodil
01/12/2020 10:03
note: 2/10
Quelle incroyable daube (presque pire que le dernier Sumac).
Anken citer
Anken
29/11/2020 23:44
note: 4.5/10
L'album est disponible à l'écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Old Man Gloom
Sludge/Noise
2020 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (1)  2/10
Webzines : (1)  4/10

plus d'infos sur
Old Man Gloom
Old Man Gloom
Sludge/Noise - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   EMF  (03:54)
02.   Wrath Of The Weary  (04:48)
03.   True Volcano  (05:04)
04.   Final Defeat  (11:43)
05.   Calling You Home  (11:08)
06.   By Love All Is Healed  (09:17)

Durée : 45:54

line up
parution
22 Mai 2020

voir aussi
Old Man Gloom
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being

2020 - Profound Lore Records
  

Essayez plutôt
Terra Tenebrosa
Terra Tenebrosa
The Reverses

2016 - Debemur Morti Productions
  
Deveikuth
Deveikuth
0.∅ (EP)

2016 - Autoproduction
  
American Heritage
American Heritage
Prolapse

2014 - Solar Flare
  
The Body / Full Of Hell
The Body / Full Of Hell
One Day You Will Ache Like I Ache (Coll.)

2016 - Neurot Recordings
  
Beneath the Sod
Beneath the Sod
Circling the Drain

2017 - Fort Evil Fruit
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique