chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Phthisis - Embodiment Of Decay

Chronique

Phthisis Embodiment Of Decay (Démo)
Si quelqu’un ose vous dire que le Death Metal est mort en 1991 ou peu importe l’année, vous pouvez d’ores et déjà envisager de faire un trait sur cette personne qui a vraisemblablement oublier d’ouvrir les yeux et les oreilles depuis déjà belle lurette… Non, le Death Metal n’est pas mort et si vous en doutiez encore, sachez quand même qu’il ne se passe pas une journée sans qu’un nouveau groupe débarque avec sous le coude, un titre, un EP ou une démo pour nous prouver à quel point, contrairement à ce que certains peuvent encore penser, le genre se porte particulièrement bien. C’est vrai en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suède, en Espagne, partout dans le monde et également aux Etats-Unis qui jouissent d’une scène particulièrement bouillonnante et active ces dernières années.

Originaire de Denver dans le Colorado, Phthisis est l’un de ces groupes tout récents. Formé en 2020, celui-ci a sorti l’année dernière sa toute première démo intitulée Embodiment Of Decay. Disponible dans un premier temps sur Bandcamp, le groupe a choisi d’auto-produire un premier pressage cassette avant de passer la main à Brutal Cave Productions (petit label portugais sur lequel je vous conseil de garder un oeil : Thorn, Ataudes, Celestial Sanctuary, Cemetery Dwell, Bonetar, Chestcrush…) pour un pressage CD-R de grande qualité illustré par l’Indonésien Rio Oka Wardana aka Digtrash Art (Noxis, Aliaga...).

Au programme de cette première démo, quatre titres sombres et bien baveux qui vont beaucoup piocher du côté de Tomb Mold et Demilich mais également un petit peu du côté de Spectral Voice, Evoken ou Mortiferum. C’est donc parfois le cul entre deux chaises que se situe Phthisis dont le Death Metal aux accointances Doom plutôt évidentes ("Embodiment Of Decay" et ses sept minutes plombées et plombantes sont là pour en attester) se plaît à jouer avec la notion de rythme et de cadence. Une ambivalence qui, bien dosée, permet ici d’amener pas mal de relief à l’ensemble sans pour autant briser la dynamique instaurée par les quelques morceaux ou séquences plus directes que l’on va retrouver tout au long de ces vingt-deux minutes. Car si le groupe de Denver se plaît en effet à traîner la patte sur "Embodiment Of Decay", titre qui par certains aspects, notamment les plus mélodiques avec ces notes lointaines et solitaires dispensées sur la première partie du titre ou bien par cette capacité à prendre l’auditeur à revers à coups d’accélérations diablement soutenues aussi inespérées que fugaces, rappellent effectivement pas mal Spectral Voice ou Evoken, cette première démo est loin de sombrer dans les mid-tempos soporifiques...

Passé ces bruits étranges servant d’introduction (que l’on retrouve également un peu plus tard ailleurs et qui serviront de liant avec les autres morceaux de ce EP) ainsi que ces premières notes sinistres et pesantes permettant de poser les bases de "Detestable Putrescence", Phthisis va rompre cette tension grandissante en prenant le parfait contre-pied, celui d’une attaque conduite à travers des riffs et accélérations thrashisants particulièrement bien sentis auxquels vont venir se mêler quelques passages plus appuyés menés cette fois-ci à coup de blasts aussi brefs que virils. Une attaque explosive tenue pendant environ deux minutes avant que le groupe américain ne lève finalement le pied et n’entame une séquence au groove pour le moins irrésistible (l’affiliation avec Tomb Mold semble alors évidente, notamment sur ce riffing entamé à 5:41).
Et si par la suite l’agencement diffère quelque peu, on va néanmoins retrouver sur "Septic Transmutation", "Embodiment Of Decay" et "Rotting Vermin Flesh" les mêmes éléments de langage. Ce groove insolent qui va vous remuer les tripes et vous donner envie de dodeliner de la tête, les épaules, le bassin et tout le reste, cette apparente simplicité qui cache cependant des idées bien plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord (une oreille attentive au riffing et aux patterns de batterie permettent d’attester que Phthisis à plus à proposer qu’un simple Death Metal en apparence très rudimentaire et primitif), ces atmosphères dégoulinantes et faisandées qui puent littéralement la mort ainsi que ce growl abyssal qui va finir de nous enterrer six pieds sous terre... Bref, rien de bien nouveau sous le soleil mais un sens de la composition et de l’efficacité qui font de chaque instant un pur moment de plaisir.

Sans grande surprise, Embodiment Of Decay rejoint la longue liste des démos sorties en 2020 sur lesquelles je vous conseille de jeter une oreille attentive. Le groupe ne révolutionne rien ici mais ses prédispositions en matière de Death Metal dégoulinant et groovy aux accointances Doom suffisent amplement à nous faire passer un excellent moment. Reste à voir "si" et "comment" Phthisis transformera l’essai dans les prochains mois. En attendant d’avoir notre réponse, voilà donc de quoi vous occuper vingt minutes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
13/01/2021 19:48
note: 4/5
Cool de le voir chroniqué, et apprécié ! Sourire

Je confirme qu'il y a plein de trucs chouettes à piocher chez Brutal Cave. Encore dernièrement, Chestcrush m'a bien plu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Phthisis
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Phthisis
Phthisis
Death Metal - 2020 - Etats-Unis
  

formats
  • Digital / 26/06/2020 - Autoproduction
  • K7 / 02/09/2020 - Autoproduction
  • CD / 10/12/2020 - Brutal Cave Productions

tracklist
01.   Detestable Putrescence  (06:40)
02.   Septic Transmutation  (03:28)
03.   Embodiment Of Decay  (07:17)
04.   Rotting Vermin Flesh  (05:34)

Durée : 22:59

line up
  • Will / Chant, Guitare
  • Joe / Chant, Guitare
  • Jay / Basse
  • Jon / Batterie

parution
26 Juin 2020

Essayez aussi
Scorched
Scorched
Ecliptic Butchery

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
The Hour Of The Avenger

2019 - War Anthem Records
  
Burial Invocation
Burial Invocation
Abiogenesis

2018 - Dark Descent Records
  
Gatecreeper
Gatecreeper
Deserted

2019 - Relapse Records
  
Anata
Anata
Under A Stone With No Inscription

2004 - Wicked World Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique