chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vile Creature - Glory, Glory! Apathy Took Helm!

Chronique

Vile Creature Glory, Glory! Apathy Took Helm!
J’ai une affection particulière pour les duos : à l’instar d’INQUISITION, URFAUST, THE BODY ou encore BÖLZER pour ne citer qu’eux, ce format de line-up atypique dégage souvent une personnalité assez unique, en tout cas, très marquée. Loin d’être des groupes handicapés par des capacités réduites, il serait même tentant d’affirmer qu’au contraire, cette relation fusionnelle engendre chez ces couples des créations plus expressives, au caractère bien trempé. VILE CREATURE ne déroge pas à cette règle.

Le duo canadien, Vic à la batterie et KW à la guitare (tous deux se partageant le chant) est une formation que l'on pourrait qualifier de Blackened Doom/Sludge, mais les cases hermétiquement fermées et les étiquettes trop vite collées ne sont pas pour eux : en clair, ce sont deux personnes soucieuses des libertés et ulcérées par toutes les formes d'oppression et de violence, militants LGBTQ (Vic se revendique non-binaire), pro-vegans, défenseurs de la cause animale, alors les étriqués de l’esprit, passez votre chemin ! Merci à Caïn Marchenoir, ta chronique de FEMINAZGÛL a permis d'en faire fuir déjà quelques-uns !

Loin de moi l’idée, en écrivant cette chronique, de marcher sur les plates-bandes d’Ikea, qui serait plus à même de disserter sur cet album. Loin de moi également l’idée de porter de l'intérêt à VILE CREATURE pour la simpliste raison que deux de leurs compagnons à quatre pattes (présentés presque comme des membres à part entière du groupe sur leur kitschissime website) ressemblent comme deux gouttes de gin à feue ma minette noire adorée et sa sœur non moins adorée survivante. C'est dingue comme l'amour partagé pour les animaux peut créer du lien, une sorte de connivence instinctive. Car il y a beaucoup d'amour chez VILE CREATURE, mais beaucoup de désespérance aussi.

C'est d'ailleurs, cette ambivalence qui frappe immédiatement dans ce troisième album, Glory, Glory! Apathy Took Helm! sorti chez Prosthetic Records, et qui en est même le fil conducteur. Construit autour d'une dualité omiprésente : deux personnes, deux instruments, deux chants, mais surtout deux concepts qui s'affrontent en permanence, la laideur du monde versus l'infinie possibilité d'amour dont il regorge pourtant. Ce que nous dit VILE CREATURE, c'est que le monde dans lequel nous vivons tant bien que mal n'est ni noir, ni blanc, nous naviguons dans un infini camaïeu de gris du plus lumineux au plus sombre et que c'est une lutte de tous les instants pour maintenir le navire à flot.

Glory, Glory! Apathy Took Helm! est un album de contrastes, de la virulence plombée de "Harbinger Of Nothing" et de son cri d'écorché vif éructé sans préambule, à la candeur et la délicatesse de "Glory! Glory!" et son moment de grâce, de l'austérité d'une célébration protestante de "When the Path Is Unclear" à la fraîcheur presque colorée de "You Who Has Never Slept", tandis que "Apathy Took Helm!" ferme la marche en condensant en un seul titre toutes ces caractéristiques. Glory, Glory! Apathy Took Helm! est une ôde à la tendresse sous toutes ses formes, de celle absolument creepy que pouvait exprimer Rosemary pour son diabolique bébé à celle carrément niaise d'une mamie-chat avec ses félins, bien que toutes louables, mais terriblement fragilisée par l'expression de la haine, principal vice de l'Homme, plus enclin à rejeter ou faire souffrir son prochain. C'est ce terrible constat que rejette VILE CREATURE à travers ses cris de bête traquée, blessée et ses paroles désespérées.

Et cette pochette, mazette ! Tellement esthétique et dérangeante à la fois (encore un bel exemple de cette récurrente schizophrénie artistique) que l’on pourrait croire issue de la fornication contre nature des affiches de Midsommar et du Zombie de Romero, preuve s'il en fallait une autre, que le ciel au-dessus de nos têtes peut être de ce bleu azur pétant, alors que la terre, nos corps même, grouillent de lombrics grassouillets et répugnants.

Allez, THOU ! (rholala, le jeu de mots tout pourri, j’ai presque honte !) Caressez votre matou ou votre toutou, dites à votre maman, à qui vous voulez, que vous l'aimez (dans le respect des gestes barrières !), mais surtout, filez écouter Glory, Glory! Apathy Took Helm!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
11/01/2021 19:49
note: 5/10
Alors eux, j'arrive pas du tout. Ni le son, ni l'atmosphère, ni quand c'est doux, ni quand ça l'est moins.
BBB citer
BBB
11/01/2021 09:22
Cette pochette!!!
Ash citer
Ash
10/01/2021 19:52
note: 9/10
Merci infiniment pour cette découverte !
Un album de cette trempe ce fait rare à mes oreilles !
Et nom de nom cette prod ! Elle m’évoque entre autres Unheartly Trance V ou Serpentine Path... A la fois graveleuse et propre...

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
10/01/2021 19:06
Je ne l'ai pas encore assez exploré pour avoir un avis sur cet album, mais il y a de bonnes choses dedans. Le seul truc qui me rebute, c'est l'absence de basse, mais ça, je ne me referais pas sur cet domaine.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vile Creature
Doom/Sludge
2020 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Vile Creature
Vile Creature
Doom/Sludge - 2014 - Canada
  

tracklist
01.   Harbinger Of Nothing  (11:02)
02.   When The Path Is Unclear  (11:05)
03.   You Who Has Never Slept  (07:40)
04.   Glory! Glory!  (06:29)
05.   Apathy Took Helm!  (07:30)

Durée : 43:46

parution
19 Juin 2020

Essayez aussi
Deveikuth
Deveikuth
0.∅ (EP)

2016 - Autoproduction
  
The Whorehouse Massacre
The Whorehouse Massacre
Altar of the Goat Skull / VI (Compil.)

2015 - Transcending Obscurity
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  
Gloson
Gloson
Grimen

2017 - Art Of Propaganda
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Grengus

2012 - Doomentia Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique