chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Forbidden - Forbidden Evil

Chronique

Forbidden Forbidden Evil
Thrashocore a beau être la contraction de "Thrash" et de "Hardcore", les lacunes accumulées depuis les débuts de votre webzine préféré sont à ce jour tristement nombreuses... Rien qu’en matière de Thrash on pourrait par exemple citer des groupes comme Dark Angel, Vio-lence, Evildead, Forced Entry, Dyoxen, Sacrifice, Hexenhauss, Obliveon, Watchtower, Indestroy, Gladiator, Death Angel, Flotsam & Jetsam et Pyracanda parmi les grands absents de ces colonnes... Une liste longue comme le bras qui n’a déjà rien d’exhaustive et qui surtout semble vouée à perdurer indéfiniment dans la mesure où nous ne seront jamais assez nombreux (ni même franchement intéressés) pour espérer couvrir tout ce qui peut ou a pu sortir un jour sous l’étendard "Thrash Metal". Pour autant, cela n’est pas une raison valable pour ne pas revenir de temps à autre, lorsque l’envie nous prend ou que l’actualité le suggère, sur ces groupes et ces albums qui en leur temps ont contribué de manière plus ou moins significative à l’émergence et au développement d’un genre.

Bien que les Californiens de Forbidden aient déjà trouvé une place dans ces colonnes grâce à Thomas Johansson et sa chronique d’Omega Wave, cinquième album du groupe paru en 2010 après treize ans d’absence, personne ici ne s’était encore penché sur les premiers enregistrements du groupe américain, notamment Forbidden Evil et Twisted Into Form. On va aujourd’hui y remédier en commençant naturellement par le début.

Originaire d’Hayward, petite ville située à l’est de la baie de San Francisco, le groupe voit le jour en 1985 d’abord sous le nom de Forbidden Evil. Celui-ci est à l’époque constitué de Russ Anderson (chant), Craig Locicero (guitare), Robb Flynn (guitare), John Tegio (basse) et James Pittman (batterie). Un line-up appelé à rapidement évoluer puisque deux ans plus tard Flynn, Tegio et Pittman sont en effet tous les trois remerciés au profit de Glen Alvelais, Matt Camacho et Paul Bostaph. En parallèle, de crainte d’être vraisemblablement associés à la mouvance Black Metal, les Américains vont en profiter pour raccourcir leur nom et ainsi opter pour celui de Forbidden. Un choix plutôt surprenant et surtout particulièrement paradoxal si l’on tient compte du titre de ce premier album…

Sorti en 1988, Forbidden Evil est donc le tout premier album de Forbidden ainsi que sa première sortie officielle sous ce nouveau patronyme. Pas de démos ni même de single pour se faire la main me direz-vous ? Eh bien pas tout à fait puisque les Californiens auront sorti durant leurs deux premières années d’existence pas moins de six démos sur lesquelles on va d’ailleurs retrouver l’essentiel des huit titres qui composent ce premier album ("Chalice Of Blood", "Forbidden Evil", "March Into Fire", "As Good As Dead", "Follow Me"). Produit par John Cuniberti (Possessed, Defiance, Vio-Lence, Xentrix...) avec le soutien de Doug Caldwell, Forbidden Evil est illustré par un certain Kent Mathieu. Si ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose, sachez qu’on lui doit quand même quelques illustrations bien connues comme celles de By Inheritance, Severed Survival, Acts Of The Unspeakable, Slaughter In The Vatican ou Pleasures Of The Flesh... Bref, même si celle-ci paraît aujourd’hui un brin désuète, elle n’en conserve pas moins tout son charme ou presque (même si à titre personnel je lui préfère tout de même celle de son ainé).

Alors évidemment, trente-six ans après les faits, tout a déjà été dit au sujet de Forbidden Evil, album de Thrash typique de la Bay Area qui n’a cependant jamais eu tout à fait le même impact que d’autres albums arrivés plus tôt (ceux de Metallica, Exodus et Testament). En effet, malgré ses qualités évidentes, Forbidden n’est pas nécessairement le premier groupe auquel on pense lorsque l’on évoque le Thrash californien de la fin des années 80. Pour autant, Forbidden Evil reste encore aujourd’hui un album particulièrement solide grâce en premier lieu à un riffing nerveux et efficace signé de la paire Locicero / Alvelais. Techniques et incisifs sans jamais en faire des caisses, les deux hommes régalent depuis près de quarante ans les amateurs de Thrash grâce à des riffs affûtés qui n’ont aucun mal à faire mouche. De "Chalice Of Blood" à "Forbidden Evil" en passant par "March Into Fire", "Feel No Pain" ou "As Good As Dead", les deux Californiens déroulent à vitesse grand V ce qu’il faut de riffs taillés pour se taper la tête contre les murs et se chauffer les cervicales. Un talent indéniable qui s’accompagne d’un sens de la mélodie particulièrement affuté. Les amateurs de solos rapides, techniques et mélodiques (proposés bien souvent sous forme de question / réponse entre les deux guitaristes) vont ainsi pouvoir se délecter de nombreuses séquences toutes plus inspirées les unes que les autres et surtout particulièrement réussies comme l’attestent par exemple "Chalice Of Blood" à 2:05, "Off The Edge" à 2:33, "Through Eyes Of Glass" à 4:01, "Forbidden Evil" à 4:04, "March Into Fire" à 3:33 ou bien encore "Feel No Pain" à 1:17, 2:13, 3;02 et 4:13. Bref, l’un des atouts les plus évidents de ce premier album réside bel et bien dans cette paire de guitaristes loin d’être manchots.
Ceci étant dit, ce ne sont pas les seuls à briller tout au long de ces quarante-deux minutes. Si Matt Camacho et Paul Bostpah ne déméritent pas (notamment le second qui cravache déjà avec tout le talent qu’on lui connait), c’est surtout Russ Anderson derrière son micro qui impressionne. Extrêmement à l’aise dans cet exercice qui consiste à monter dans les aigus, le grand rouquin nous gratifie d’envolées Heavy Metal particulièrement solides tout en conservant cependant un brin de vice dans la voix lorsque celui-ci débite ses paroles au rythme de ces riffs nerveux et de cette batterie tout aussi volontaire. Certes, le chant n’a jamais été l’élément central lorsque l’on parle de Thrash mais chez Forbidden celui-ci n’en joue pas moins un rôle prépondérant permettant ainsi aux Californiens de se distinguer à l’époque de la masse de formations encore largement portées sur la pratique de ce genre.

Alors effectivement, Forbidden Evil n’a jamais jouit de la même notoriété qu’un Pleasures Of The Flesh, qu’un The Legacy ou qu’un The Ultra-Violence mais comme vous avez pu le lire ici, celui-ci ne manque pourtant de rien pour convaincre. De cette cadence globalement soutenue (bien que l’on trouve tout de même quelques moments moins tendus comme c’est le cas par exemple sur "Off The Edge", "Through Eyes Of Glass" ou "Follow Me") à ces riffs nerveux et incisifs en passant par ces innombrables solos extrêmement bien ficelés, cette batterie et cette basse peut-être un petit peu plus en retrait mais pourtant très solides et ce chant Heavy / Thrash de haute volée, il n’y a pas grand chose à reprocher à ce premier album de Thrash californien certes balisé d’un bout à l’autre mais néanmoins toujours aussi réjouissant après toutes ces années. Bref, un classique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
08/04/2024 18:55
J'avoue un gros faible pour "Distortion" mais comme tu le dis, je connais très mal les débuts ! Tu me donnes envie de me faire une cure de vieux thrash !
MoM citer
MoM
08/04/2024 18:44
Un très bon album, mais pour Forbidden l'excellence est réellement atteinte avec Twisted into Form, qui prend un virage plus "prog" ou tout du moins technique, avec des lignes de chants vraiment dignes de Rob Halford et des compos à tiroir qui me ravissent totalement.
Mais dès Forbidden Evil, tu sens que ça tricote, que ça propose une écriture fournie et recherchée. C'est pas le plus efficace ni le plus rentre dedans, mais qu'est-ce que ça va piocher loin par rapport aux autres - sans toutefois tomber dans la complexité de Watchtower Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Forbidden
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  9.17/10

plus d'infos sur
Forbidden
Forbidden
Heavy thrash - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Chalice Of Blood  (04:32)
02.   Off The Edge  (04:19)
03.   Through Eyes Of Glass  (06:26)
04.   Forbidden Evil  (05:43)
05.   March Into Fire  (05:14)
06.   Feel No Pain  (05:11)
07.   As Good As Dead  (04:17)
08.   Follow Me  (07:01)

Durée : 42:43

line up
parution
30 Septembre 1988

voir aussi
Forbidden
Forbidden
Omega Wave

2010 - Nuclear Blast Records
  
Forbidden
Forbidden
Twisted Into Form

1990 - Combat Records
  

Essayez aussi
Metallica
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days Re-Revisited (EP)

1987 - Elektra Records
  
Sodom
Sodom
Get What You Deserve

1994 - Steamhammer Records (SPV)
  
Anthrax
Anthrax
Spreading The Disease

1985 - Island Records
  
Overkill
Overkill
Bloodletting

2000 - SPV
  
Testament
Testament
Demonic

1997 - Spitfire Records
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique