chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Warside - The Enemy Inside

Chronique

Warside The Enemy Inside (EP)
Depuis toujours la cité des Gones a été un terreau fertile en matière de formations qualitatives et particulièrement énervées - quel que soit le style pratiqué - et une fois encore elle trouve le moyen de voir émerger de nouveaux noms particulièrement intéressants. Parmi les récents exemples en date on peut facilement citer WARSIDE qui a vu le jour en 2018 et sort aujourd’hui un premier Ep de très bon goût et des plus efficace, tant son gros Death qui tâche (aux légères influences modernes et Grindcore) lorgne tout autant vers VOMITORY et ABORTED que du côté de MUMAKIL et ROTTEN SOUND. Formé de vieux briscards locaux ayant fait leurs armes notamment dans SKOX et WHISPER-X l’entité nous balance vingt-deux minutes de gros son aux textes travaillés et inspirés, où les influences des films de guerre et de la science-fiction ne sont jamais très loin.

D’ailleurs cette dernière va se montrer d’entrée sur « Fahrenheit 451 » (pour les ignares il s’agit d’un roman d’anticipation de Ray Bradbury sorti en 1953, et adapté au cinéma par François Truffaut en 1966), un titre qui en cette période d’incertitude sur la culture et la vie sociale prend une importance encore plus forte. Et le moins que l’on puisse c’est que le quintet se montre particulièrement vaillant et ce premier morceau va donner le ton de ce qui va suivre sur toute la longueur, où le tabassage intensif et une vitesse prépondérante vont être majoritaires, mais où heureusement les ralentissements et parties bien lourdes ne seront pas absentes. Véritable machine de guerre le combo est parfaitement bien lancé par cette ouverture en fanfare où les riffs font mouche au milieu des déferlantes et de la violence extrême, aidés par un batteur qui n’arrête jamais et reste précis en toutes circonstances, mais qui se calme aussi lors d’un break bienvenu où les arpèges doux et froids résonnent au milieu du chaos ambiant. Jouant sur l’alternance rythmique les mecs ne s’embarrassent pas de futilités tant leur musique mise d’abord sur l’efficacité et le groove, sans s’encombrer d’excès techniques superflus. Si le niveau affiché est élevé il n’est absolument pas gâché par un trop-plein bourratif, chose qui est confirmée sur le tout aussi excellent « Heroes Shed No Tears » tout en variations entre furie et écrasement, et ponctué de cassures de haute volée qui ajoutent à la sensation d’écrasement continu.

Si on peut avoir à cet instant (comme par la suite) la sensation légitime que les plans et patterns sont relativement similaires et interchangeables d’une compo à l’autre, l’ensemble est tellement bien foutu et composé que l’on ne saurait en tenir rigueur au groupe, d’ailleurs comment reprocher cela sur l’excellentissime « History Of Violence » où un redoutable et long solo vient émerger au milieu de ces uppercuts histoire de densifier encore un peu plus une musique qui l’est pourtant déjà beaucoup. Ce schéma se reproduit encore dans la foulée sur le tout aussi redoutable « Feeding The Crows » aux cassures plus accentuées, tant ça joue les montagnes russes sur fond de brisage de nuque en règle, et de furie accentuée dans tous les domaines. D’ailleurs afin de terminer en beauté les Lyonnais nous balancent leur titre le plus primitif et radical (« Warside (II) ») où la rage et le côté furieux sont ici poussés à leur paroxysme, tant les blasts y sont prépondérants et ne s’arrêtent quasiment pas, afin de laisser l’auditeur définitivement sur les rotules et totalement hébété.

Particulièrement dense et sans faiblesses majeures, aidée en cela par des plages qui ne s’éternisent pas (tournant aux alentours des quatre minutes), cette première livraison de l’entité est une vraie réussite qui plaira sans difficultés aux amateurs de bon gros brutal. S’il lui faudra oser un peu plus dans le futur et densifier également plus son écriture (afin d’éviter une certaine linéarité), il fait peu de doutes qu’on est présence d’un nom très prometteur qui sera à suivre dans les années à venir, confirmant qu’il n’y a pas besoin d’en faire des caisses pour être efficace en studio comme sur scène. Autant dire qu’avec autant d’arguments positifs il serait dommage de passer à côté de cette très bonne découverte qui mérite largement de la visibilité, et dont on a déjà hâte d’écouter la suite qui devrait être supérieure à celle-ci si les gars continuent à évoluer dans le bon sens comme c’est le cas actuellement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Warside
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  4.5/5

plus d'infos sur
Warside
Warside
Death Metal - 2018 - France
  

tracklist
01.   Chapter II
02.   Fahrenheit 451
03.   Heroes Shed No Tears
04.   History Of Violence
05.   Feeding The Crows
06.   Warside (II)

Durée : 22 minutes

line up
parution
12 Décembre 2020

Essayez aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Honour - Valour - Pride

2001 - Metal Blade Records
  
Ashura
Ashura
Legacy Of Hatred

2007 - Thundering Records
  
Incantation
Incantation
Dirges Of Elysium

2014 - Listenable Records
  
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith (Split 7")

2016 - Dark Descent Records / Iron Bonehead Productions
  
Rebaelliun
Rebaelliun
The Hell's Decrees

2016 - Hammerheart Records
  

Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique