chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bleedskin - Blood Reign

Chronique

Bleedskin Blood Reign
Au risque de radoter et de paraître presque sénile on ne peut que constater depuis quelques temps le retour en force de la scène Death Metal d’outre-Quiévrain, qui outre être particulièrement productive se montre également qualitative à outrance, ce qui est fort appréciable. Après avoir vu cette année la confirmation de CARNATION et la révélation LIVING GATE place aux Namuriens de BLEEDSKIN qui après des débuts en 2016 sortent enfin leur premier album (après un Ep il y’a deux ans), qui sent bon les Etats-Unis dans la production comme dans l’exécution. Car tout du long ceux-ci nous montrent qu’ils ont écouté massivement ce qui se faisait de l’autre côté de l’Atlantique, tant on retrouve l’influence de CANNIBAL CORPSE et DYING FETUS pour la violence et la noirceur, ainsi que celle d’ABNORMALITY pour le chant au féminin. Si Mallika Sundaramurthy a confirmé que celui-ci pouvait être aussi crédible et puissant que son homologue masculin, les Belges en font tout autant avec Anouk Debecq qui tient largement la baraque au micro, aidée en cela par Céline Mazay à la guitare rythmique, prouvant donc que les femmes tiennent une grande place au sein du combo. Mais cependant celles-ci à l’instar de leurs acolytes mâles ne sont pas là pour faire dans la finesse tant la musique proposée est particulièrement couillue et destructrice, comme cela va s’entendre dès la fin de l’intro avec le frontal « Eternal Hatred » qui va donner le ton de ce que sera tout ce long-format.

A la fois brutal, direct et basé majoritairement sur la vitesse l’ensemble va proposer du gros son sans concessions où ça joue rapidement et tabasse comme il faut, voyant l’entrain généralisé seulement interrompu par de légers relents tribaux où le batteur lève le pied. Ce schéma va rester grosso-modo le même sur la durée, que ce soit avec les plus frontaux « No One Will Hear You » et surtout « Point Of No Return » totalement déchaîné et joué à fond tout du long, d’où émerge quelques passages groovy du meilleur effet et propices au headbanging. D’ailleurs tout cela ne se montre aucunement lassant du fait de morceaux qui ne s’éternisent jamais inutilement (ça dépasse au maximum à peine les quatre minutes chrono), et cela est une bonne chose comme on va s’en rendre compte. Car même s’il n’y a rien de rédhibitoire l’ensemble des riffs et patterns se révèlent être sur la longueur assez similaires d’une plage à l’autre, et finalement assez interchangeables malgré les quelques variations et différences de chaque compo. Preuve en est sur les plus lourds et rampants « Obsession » et surtout « Perversion Of Mankind » (également beaucoup plus sombre), où règne l’ombre des dernières sorties de Georges Fisher et ses acolytes, qui montrent que même en levant le pied le quintet reste efficace et cohérent.

Alors certes tout cela reste très standard et sans surprises et il est difficile de faire ressortir un titre plus qu’un autre - tant ça reste assez similaire malgré les tentatives de diversifications, mais il ne faut pas faire la fine bouche vu que le tout reste parfaitement fluide porté par une écriture qui ne s’encombre pas de fioritures et une technique présente mais jamais outrancière. Exécuté avec talent et sans jamais avoir la sensation de s’ennuyer ce premier méfait de l’entité ne marquera pas 2020 de son empreinte, mais mérite à l’instar de SKINWEAVER et STORM UPON THE MASSES, révélés ces dernières années, que l’on y penche une oreille attentive tant ça se montre prometteur et intéressant pour l’avenir. A ses membres désormais de prendre encore un peu plus d’expérience dans le futur pour revenir plus forts car le potentiel est là, il demande juste un peu plus de vécu et une écriture plus dense et poussée pour devenir une machine de guerre imparable, chose qui n’en est cependant déjà pas très loin - un très signe en somme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bleedskin
Death Metal
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bleedskin
Bleedskin
Death Metal - 2016 - Belgique
  

tracklist
01.   Perverted Feelings
02.   Eternal Hatred
03.   Obsession
04.   No One Will Hear You
05.   Schizophrenia
06.   Point Of No Return
07.   Perversion Of Mankind
08.   Silence Is Your Only Way
09.   The Dead Sale
10.   Innocent
11.   Chaos Theory

Durée : 39 minutes

line up
parution
2 Octobre 2020

Essayez aussi
General Surgery
General Surgery
A Collection Of Depravation (Compil.)

2012 - Relapse Records
  
Afflicted
Afflicted
Prodigal Sun

1992 - Nuclear Blast Records
  
Skulmagot
Skulmagot
Skulled To Death

2018 - Old Skull Productions
  
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Veneration Of Filth

2016 - Memento Mori
  
Corpsessed
Corpsessed
Corpsessed (EP)

2012 - Dark Descent Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique