chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Torture Throne - Stench Of Innocence

Chronique

Torture Throne Stench Of Innocence (EP)
Avant le groupe Kaabalh, aujourd’hui signé chez l’excellent Dolorem Records, il y eut Torture Throne, auteur de deux ep’s.

"Stench Of Innocence", puisque c'est le nom de la bestiole, est le second skeud sorti à l’époque par le groupe havrais.
J'ai moi-même eu l'occasion et le plaisir de les rencontrer, jadis – vous savez, lorsque les concerts existaient encore, dans un autre espace-temps -, et de me procurer ainsi ce petit bijou de noirceur à la suite d'une de leurs prestations (par la suite, j’ai même pu mettre la main sur le premier cd encore plus délicieusement primaire, mais c’est là une autre histoire).

Orné d'une "délicieuse" pochette concoctée par Damned, chanteur/guitariste de la formation, le skeud s'ouvre par "Messiah", un instrumental de moins de deux minutes qui plante d'entrée le décor. Lent, mortuaire (les sons dans le lointain), et habité (les couches de voix démoniaques superposées débarquant à environ une minute), le constat est sans appel : ces mecs-là ne viennent pas pour vous payer l'apéro !

En l'espace de cinq chansons, le combo nous livre ici, après le précédent e.p. sorti en 2010 ("Thy Serpent's Cult », dont je vous causais un poil plus haut), un condensé d'une exquise morbidité.
On comprend très rapidement que les gars vouent un culte sans nom au death metal en général, et à toute l'école suédoise en particulier, enfin coté Stockholm je précise !

"Arma Christi" et son mid-tempo vicieux venant vous chercher au fin fond de votre lit, ainsi que "Stench Of Innocence", le morceau -titre font personnellement partie de mes favoris.
Mais ne vous y méprenez pas : le reste est du même acabit, et vous fera regretter de ne pas avoir eu quinze ans et trois poils au bec à l'époque où les Dismember, Grave (voire même Corpse, soyons foufous), et autres Nihilist fourbissaient leurs premières armes sur l'autel du putride.
On pourra même, si on y prête attention, retrouver ici ou là, de petites imprécations à la old Incantation, Baphomet (les vocaux surtout, profonds et écorchés), à moins que cet apparent emprunt à la scène U.S. des débuts ne soit que le reflet d'une constante noirceur : volonté exacerbée du groupe à vouloir tout annihiler à coup de spleen dantesque ? « Emprunts » à l’approche maitrisée de maitres finlandais (ouais, ouais, un peu aussi, tendez l’oreille). Où simplement le résultat d'une fascination pour tout ce qui touche à l'art des Grands Anciens ?

On saluera en tout cas le talent de ce groupe, et ce dès ses débuts, à autant suinter par tous les pores cette vieille odeur de crypte.

Aujourd’hui, Torture Throne n’est plus, enseveli sous les miasmes dont il s’était fait le chantre, emporté, disparu, mais non oublié, la « faute » à cette indispensable relecture des mythes fondateurs.
Bravo à vous, messieurs, d’avoir porté haut et fier la flamme de la désolation.
Et merci de la maintenir si vivace.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/01/2021 10:40
note: 4/5
Excellent Ep d'un groupe qui a eu une carrière bien trop courte... Rétro et gras à fond, avec une exécution simple et directe le quatuor laisse ici un testament fort agréable qui passe tout seul et donne facilement envie de remuer la tête. Du tout bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Torture Throne
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (2)  3.75/5
Webzines : (2)  3.88/5

plus d'infos sur
Torture Throne
Torture Throne
Death old-school - 2009 † 2016 - France
  

tracklist
01.   Messiah  (01:47)
02.   Arma Christi (Three Sadistic Abominations)  (04:01)
03.   Morbid Wrath  (03:40)
04.   Stench Of Innocence  (05:27)
05.   Sempiternal Spear Of Salvation  (03:48)
06.   For All Those Who Worship  (03:55)

Durée : 22:38

line up
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique