chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
181 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sodality - Gothic

Chronique

Sodality Gothic
Qu’est-ce que ceci ? Un album dont nul n’a entendu parler, révélé sous la bannière de Noevdia ? Une pochette intrigante, une description révélant l’implication de feu le très regretté Timo Ketola ? Mark of the Devil au chant et T. Kaos au line-up ?

C’est quoi la suite ? Eva Green va venir sonner nue chez moi ?

Notez, la mention d’Eva la (plus si) divine n’est pas entièrement saugrenue, dans le contexte. La fille de notre Marlène Jobert nationale s’est illustrée depuis quinze ans dans des productions touchant à l’esthétique « gothique », notamment sous le sceptre du très déclinant (mais aussi très décliné) Tim Burton.

D’accord, chroniqueur badin, mais mille sabords, quels foutus rapports avec l’album dont tu nous parles ?

C’est simple. Gothic, lui, ne porte pas son nom en vain. Oubliez les fantoches fantômes, les monstres émondés et autres sorcières essorées, le maquillage de fête foraine et les arbres tordus. Les choses ont été prises en main par des musiciens responsables des sublimes abominations que sont Lvcifyre, Death Like Mass et (heavy breathing) Cultes des Ghoules. Soit à peu près ce qui se fait de mieux en terme de malédictions antiques, de tombes médiévales dégoulinantes, de rituels putrides et de dévotion au Malin. Ce gothique-là, donc.

Sodality est étrange. Accès sur des tempi rampants et vicieux, les riffs désarticulés aiment à se déboîter et à dissoner cruellement tout au long de pistes étirées. Difficile de dégager de réelle structure à l’ensemble, qui s’apparente à une épaisse coulée de quelque odieux fluide profané gouttant le long d’une stèle ou d’un autel blasphématoire enfoui dans une oubliette. Souvent, les rythmes se font trompeurs, et il peut devenir compliqué de comprendre où se dirige cette odieuse visquosité, tant les partitions de la batterie et des cordes sonnent désaccordées, paradoxales. La musique de Sodality n’explose jamais en une terrible et triomphale proclamation luciférienne, les riffs ne marquent pas. Ils suintent dans l’esprit, empoissent et désacrent tout ce qu’ils touchent. L’ambiance, le ressenti global, eux, étreignent.

Les morceaux s’avèrent très évolutifs, toujours mouvants et imprévisibles. Un seul et même riff simpliste peut se voir marmonné à l’infini, jouant parfois telle ou telle note plus rapidement ou plus lentement, en trémolo ou en picking, en laissant traîner la fin ou en enchaînant de suite sur la mesure suivante… C’est la batterie qui mène la danse, sinueuse et perverse. Tout ou presque y passe, des battements doom processionnaires jusqu’aux blasts fangeux, stagnants et marécageux, en passant par des balancements sournois qui feraient presque osciller sur place, mollement. Toujours mollement. Jamais ou presque Sodality ne se pare de la moindre once d’énergie. Tout se fait en affreux glissements.

Et bien sûr, il y a cette voix. LA voix. La gorge impie de Mark of the Devil. L’organe vocal le plus marquant de tout le black metal, en ce qui me concerne. La trachée qu’hante la démence. L’exaltation du Maître se perçoit à chaque instant dans ces vocalises hallucinées. Que le damné susurre, professe, hurle, se gausse ou déclame, l’effet demeure le même. La goule suprême est inégalable. Dans ces lignes se retrouve l’effet narratif qui marque chacune de ses prestations, toujours emphatiques, presque théâtrales dans ses moments. L’association entre les pistes gluantes composées par T. Kaos et cette voix qui fait frémir toutes les croix est évidente, manifeste.

Il faut reconnaitre un mérite principal à Sodality ; celui de la noirceur. Cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu quelque chose d’aussi résolument obscur et malsain, qui assume le plus hideux et s’y complaît, sans recul, sans contrepoint, sans catharsis libératrice. Les ténèbres sans fonds, la haine des radieux, les cryptes archaïques empuanties et le blasphème comme credo. La damnation, authentique.

Gothic ne se digère pas facilement. Les premières écoutes peuvent être difficiles. Il faut laisser le temps à l’album de s’immiscer en soi-même, d’exsuder à travers la faille de nos éclatantes existences sous le soleil. S’acharner devant cette matière infecte, la travailler encore, et s’apercevoir finalement que c’est elle qui nous a entamés. Un peu à la manière d’une entité comme Profanatica, tellement enfoncé dans sa noirceur grasse qu’elle en paraît inoffensive et trop peu poreuse au premier abord, mais dont la boue parvient immanquablement à vous maculer.

Noevdia ne failli jamais. Mark of the Devil et T. Kaos non plus. Davthvs peut être fier. Son héritage prospère en ce bas monde. Tant que des infamies dans ce genre seront commises, son esprit demeurera parmi nous. Puisse-t-il gésir longtemps sous les voûtes de Noevdia, où il se sait le bienvenu. Gothic est une horreur comme nous n’en espérions peut-être plus, qui rend une réelle consistance à ce mot.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
16/02/2021 15:35
BBB a écrit : L'esthétique « gothique »... Ah, Eva Green dans Penny Dreadful!

Ah mais oui tiens, j'avais oublié cette série !
BBB citer
BBB
15/02/2021 18:07
L'esthétique « gothique »... Ah, Eva Green dans Penny Dreadful!
Dantefever citer
Dantefever
13/02/2021 21:08
Neuro a écrit : Petit coquin va.

mmmmoui
Neuro citer
Neuro
13/02/2021 16:56
Petit coquin va.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sodality
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sodality
Sodality
Black Metal - International
  

tracklist
Side A
01.   Farewell with the Tribe
02.   The Blood of Gladiators
03.   One Cannot Serve Two Masters on This Earth
Side B
04.   A Mischief in the Night
05.   What Blooms in the Shadows
06.   The Castle of Death and Doom

Durée : 44 minutes

line up
Essayez aussi
Neitian
Neitian
I Skuggornas Mörker

2020 - Amor Fati Productions
  
Almyrkvi
Almyrkvi
Umbra

2017 - Ván Records
  
Hate Forest
Hate Forest
Sorrow

2005 - Supernal Music
  
Samael
Samael
Above

2009 - Nuclear Blast Records
  
Caverne
Caverne
Sentiers d'Avant (Compil.)

2016 - Résilience
  

Dread Sovereign
Alchemical Warfaire
Lire la chronique
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)
Lire la chronique
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique