chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
173 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Purification - Dwell in the House of the Lord Forever

Chronique

Purification Dwell in the House of the Lord Forever
Oui je sais, encore une chronique de doom metal où je présente le disque comme une « lettre d’amour », une « définition », usant de lexiques de béat, accumulant les adjectifs les plus marqués par la solennité, la ferveur, la passion... Est-ce de ma faute si le doom metal a cette capacité, celle de laisser pantois quand un de ses adeptes le porte en étendard d’une manière particulièrement belle ? Si le style possède une formule si travaillée et si simple, si riche et si directe, qu’il semble parfois ne pas sortir d’artistes et leurs compositions, mais choisir ses représentants et s’exprimer à travers eux ?

C’est en tout cas ces impressions que me donne Purification. Ce groupe de Portland, déboulé de nulle part mais ayant sorti des albums avec un rythme effréné en deux ans, semble en effet marqué par un doom canonique, volontairement daté, préexistant à lui et dont pourtant il parvient à tirer une « substantifique moelle ». Il faut dire qu’en se réclamant dès ses débuts de Saint Vitus et Reverend Bizarre, la bande ne s’inscrit pas dans une volonté de renouveler le genre (qui n’a pas besoin de l’être, donc tout le monde est content). Énième révérence, mais qui travaille à la perfection son geste : voici ce que transmet Dwell in the House of the Lord Forever, allant puiser, en plus des références déjà évoquées, dans la sensibilité d’un Warning et la félicité d’un Revelation.

Autant dire que la pâmoison est totale. Il suffit d’écouter « Our Mother Superior », son entame qui attaque directement le cœur, pour constater que Purification cherche à se servir des nombreuses figures tutélaires qu’il convoque pour transmettre un amour du doom touchant à une certaine foi. Ce qui peut paraître amusant pour une formation s’annonçant antireligieuse et malgré tout habitée sur ces quarante-et-une minutes : chaque riff, chaque mélodie, transpirent d’une conviction laissant hébété, l’intransigeance avec laquelle tout cela est joué développant une force émotionnelle peu commune. Élément le plus probant, des trémolos rauques et nasillards dans la voix, Marshall William Purify s’attarde sur la peinture de sentiments noirs mêlés d’allégresse, sorte de Maldoror à la fois fier et triste de sa condition (cf. les envolées de « Second Coming » ou la mise à nu « Rainbow Warrior »).

Pour autant, Dwell in the House of the Lord Forever, en dépit de sa musique surannée portant une veste à patch que l’érudit pourra se plaire à déchiffrer, pratique son doom metal avec une certaine fraîcheur, un élan qui rend l’exercice particulièrement salvateur. A croire que Purification cherche ici à mériter son nom, tant la pureté de son style devient un acte purificatoire. Il y a cette fierté déjà citée, transmise par ce chant à la fois langoureux et autoritaire, mais aussi des instants où tout transpire une certaine beauté fanée, loin de toute sensiblerie et malgré tout émouvante, tel le début de « Drömboken ».

Quelque part, au-delà des origines et des influences, Purification me rappelle The Wizar’d en ce qu’il interprète un genre codifié avec une certaine liberté, l’étrange respect d’un malpoli glorifiant tout en tutoyant un doom metal redevenant magiquement aussi véhément qu’exultant, jouissif malgré le cœur lourd. Certes, on pourra déplorer ici un temps court, particulièrement quand deux reprises (de Bleak House et David Benson, tous deux inconnus au bataillon chez moi) sont présentes. Mais devant la cohérence presque narrative avec laquelle se déploie l’œuvre, devant ces chapitres contenant chacun leurs moments d’exploit jusqu’à un final qui conclue parfaitement l’ensemble (« Sailing to Byzantium: III », sorte d’au revoir à la fois fédérateur et mélancolique), ces accusations portent bien peu de choses en elles.

Il est rare de rencontrer un nouveau groupe de doom aussi éclatant et prometteur que Purification. Le genre a beau s’être développé et revenir en force ces derniers temps – les nombreuses sorties de ce début d’année le montrent –, peu de formations font preuve d’un même talent pour reprendre un flambeau que l’on pourrait croire en fin de mèche. Il me tarde de voir ce que les Ricains nous réservent pour la suite, tant Dwell in the House of the Lord Forever est un coup de cœur comme on en rencontre peu. Le doom a bien choisi son nouveau porteur de flamme !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
04/04/2021 08:51
Tu fais plaisir ! Et je te rejoins, s'ils gardent la même tenue, on a là un futur grand groupe !
Vartruk citer
Vartruk
02/04/2021 12:08
J'hésitais à commenter, trouvant la chronique un peu trop élogieuse au premier abord, mais après une écoute plus attentive, cet album se révèle totalement obsédant! Impossible de rester de marbre pour quiconque aime le Doom.

Je ne sais pas pourquoi à chaque fois que je l'écoute je pense à l'adage un peu bateau "comment faire du neuf avec du vieux" mais sans que ça fasse bricolage. Un peu comme si le groupe me faisait découvrir le doom, je n'avais pas ressenti ça depuis le premier Reverend bizarre! L'impression d'avoir une sorte de (re)naissance du style dans tout ce qu'il a de plus ténébreux ou de plus pur (selon la vision de chacun!). Entre cette voix d'éveque récitant ses psaumes dans son église pas très catholique, et ce riffing typique, lourd et hypnotisant... bon tout est dit dans la chronique, c'est d'une classe insolente, d'autant plus vu la jeunesse apparente des membres (même les pseudos sont classes!)

Ya plus qu'à commander, même si vous avez vidé les stocks comme des sagouins! A mon avis ils ne vont pas rester dans l'ombre très longtemps, ou moins pour la distribution, pour le reste, ils peuvent continuer sur la même lancée sans problème... Mille mercis pour la découverte une fois de plus Sourire
lkea citer
lkea
30/03/2021 07:27
Caïn Marchenoir a écrit : Moi aussi, je l'ai enfin dans mes mains, avec son prédécesseur qui est excellent aussi!

Perfect Doctrine ? Je l'ai pris aussi (j'espère une réédition du premier). Beaucoup de charme déjà ouais, même si je le trouve assez étrange... Chronique à venir, j'espère avant qu'ils sortent leur nouvel album déjà prêt il me semble Moqueur
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
29/03/2021 22:08
Moi aussi, je l'ai enfin dans mes mains, avec son prédécesseur qui est excellent aussi!
lkea citer
lkea
29/03/2021 19:33
Et donc, fin de l'histoire : le disque existe, je l'ai dans ma main (et ce n'est pas pratique pour écrire).

Ecoutez cette perle !
Dantefever citer
Dantefever
24/02/2021 17:07
Découvert grâce à toi le mois dernier, régal.
lkea citer
lkea
24/02/2021 16:16
Caïn Marchenoir a écrit :
J'ai commandé le boss de chez Rafchild Records, il y a du retard au pressage de l'album ce qui explique le retard. Bon, je serais lui, je changerai d'usine, car j'avais déjà eu un gros délai de retard avec le double album de Wotan.


Il ne m'avait pas répondu quand je l'avais contacté sur facebook, du coup merci pour l'information ! Reste à attendre donc.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
24/02/2021 16:11
lkea a écrit : L'album s'écoute sur Bandcamp !

Attention, comme pas mal de grands disques du genre, celui-ci a également une distribution semblant un peu erratique : j'attends toujours ma commande auprès du label... Je préciserai quand je l'aurai reçu (si cela arrive, soyons optimiste).

Mais écoutez cet album.

J'ai commandé le boss de chez Rafchild Records, il y a du retard au pressage de l'album ce qui explique le retard. Bon, je serais lui, je changerai d'usine, car j'avais déjà eu un gros délai de retard avec le double album de Wotan.
lkea citer
lkea
24/02/2021 15:08
L'album s'écoute sur Bandcamp !

Attention, comme pas mal de grands disques du genre, celui-ci a également une distribution semblant un peu erratique : j'attends toujours ma commande auprès du label... Je préciserai quand je l'aurai reçu (si cela arrive, soyons optimiste).

Mais écoutez cet album.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purification
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Purification
Purification
Doom Metal - 2018 - Etats-Unis
  

vidéos
Drömboken
Drömboken
Purification

Extrait de "Dwell in the House of the Lord Forever"
  

tracklist
01.   Our Mother Superior  (08:25)
02.   Rainbow Warrior (Bleak House cover)  (04:56)
03.   Drömboken  (05:47)
04.   Ar Soudarded Zo Gwisket e Ruz  (05:31)
05.   Second Coming (David Benson cover)  (04:22)
06.   Bombfog  (02:46)
07.   Sailing to Byzantium: III  (09:26)

Durée : 41 minutes 13 secondes

line up
parution
25 Décembre 2020

Essayez aussi
Tar Pond
Tar Pond
Protocol of Constant Sadness

2020 - Autoproduction
  
Bathsheba
Bathsheba
Servus

2017 - Svart Records
  
Cross Vault
Cross Vault
The All-Consuming

2015 - Northern Silence Productions
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  

Dread Sovereign
Alchemical Warfaire
Lire la chronique
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)
Lire la chronique
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique