chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blurr Thrower - Les Voûtes

Chronique

Blurr Thrower Les Voûtes
Repéré il y’a pratiquement trois ans avec l’Ep « Les Avatars Du Vide » le mystérieux one-man band fait aujourd’hui son retour avec un opus attendu et qui compte bien transformer l’essai, tant ses deux longues compositions de près de vingt minutes chacune embarquaient l’auditeur dans les tréfonds de la pensée (et maladie) mentale et philosophique. Toujours inspiré par les blessures personnelles de son auteur autant que par les écrits et concepts de Nietzsche ce nouveau chapitre reste dans la droite ligne de ce qui a été déjà proposé en 2018, tout en raccourcissant légèrement la durée des compositions, qui restent néanmoins particulièrement longues et toujours aussi intenses émotionnellement. En effet c’est là-encore dans un voyage à la fois introspectif et dans les limbes de l’espace infini auquel on va être convié et qui va être s’avérer totalement prenant, même s’il va falloir de la patience et de la dextérité pour totalement adhérer et entrer dans une bulle isolée de tout, au risque de rester hermétique à la musique, voire d’en faire un rejet pur et simple.

Car d’entrée on a droit à douze minutes de « Cachot » où moments calmes et de violence ne vont cesser de s’enchaîner l’un après l’autre à l’instar de la chaleur et de la froideur tel Charybde et Scylla, tant les blasts désespérés et déchaînés côtoient des arpèges doux qui nous renvoient dans le calme du vide sidéral. Toujours sur un fil entre des riffs glaciaux et ceux plus dissonants basés sur un côté éruptif assumé (tout en jouant sur la longueur pour laisser les ambiances se créer), l’ensemble part dans un trip à la fois obscur et lumineux où tous les états psychiques de l’auditoire sont mis en phase active. D’ailleurs on a l’impression que l’ensemble de cette galette n’est constitué que d’un seul bloc vu que toutes les plages s’enchaînent dans la foulée de l’autre, reprenant ainsi certains plans et idées relativement interchangeables sur la durée, mais qui ne donnent jamais le sentiment de faire dans la redondance tant les subtilités y sont suffisamment présentes pour éviter cet écueil. Preuve en est avec « Germes Vermeils » plus remuant et tribal de par ses cassures rythmiques à la batterie, et qui montre de fait une facette plus hypnotique au milieu du zéro absolu et des notes qui déchirent le néant cosmique, où se mélangent les tempos entraînants et ceux plus lourds au milieu de parties calmes et apaisantes propices à la méditation avant que la fureur ne revienne en pleine tête tel un boomerang.

Si le court interlude « Fanes » permet de reprendre un peu ses esprits ça ne sera pas le cas de la conclusion intitulée « Amnios » qui va mettre au jour une vision plus rampante et inquiétante, où là-encore le chant de sa tête pensante se fait totalement dérangé tant ses cris déchirent le ciel et mettent autant mal à l’aise que ceux de Nattramn (SILENCER) ou de Niklas Kvarforth à ses débuts. Totalement dissonant et donnant la sensation d’être presque bordélique ce morceau fait preuve au contraire d’une vraie recherche couplée à une fluidité totale, où la-encore les opposés s’attirent. Car ici on oscille entre la chaleur brûlante de Mercure et la congélation totale de Neptune, avec toujours cet espoir qui prend forme via un break apaisant et relaxant sans qu’il ne fasse oublier cette folie qui suinte par tous les pores.

En poussant plus loin sa musique son créateur réussit le tour de force de proposer quelque chose d’original et unique ou presque dans notre beau pays, porté par un désespoir total en lui-même et en l’humanité en général, préférant ainsi se réfugier dans une artificialité de façade où le rêve succède aux hallucinations visuelles comme auditives. Presque expérimental dans sa démarche et proposant une découverte insoupçonnée du fin fond de l’âme humaine cet album ne laissera personne indifférent mais mérite assurément de s’y pencher avec attention tant la violence des instruments autant que celle psychiatrique y est présente sans discontinuer… même lors des parties les plus calmes. A l’heure où tout n’est que le copier-coller de choses ressassées et déjà entendues auparavant cette galette pleine de surprises et d’originalité est une vraie bouffée d’oxygène… même si lors de son écoute on en manquera régulièrement… jusqu’à frôler l’apnée et l’étouffement avec un plaisir néanmoins non-dissimulé, et même carrément approbateur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blurr Thrower
Black Metal Atmosphérique
2021 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Blurr Thrower
Blurr Thrower
Black Metal Atmosphérique - 2014 - France
  

tracklist
01.   Cachot
02.   Germes Vermeils
03.   Fanes
04.   Amnios

Durée : 38 minutes

line up
  • ? / Chant - Instruments - Concept

parution
5 Février 2021

voir aussi
Blurr Thrower
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Essayez aussi
Dauþuz
Dauþuz
Monvmentvm

2019 - Naturmacht Productions
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta III
(Saturnian Poetry)

2014 - Debemur Morti Productions
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  
Moongates Guardian
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin

2020 - More Hate Productions
  

Dread Sovereign
Alchemical Warfaire
Lire la chronique
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)
Lire la chronique
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique