chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Universally Estranged - Reared Up In Spectral Predation

Chronique

Universally Estranged Reared Up In Spectral Predation
Comment vouliez-vous que je résiste à une pochette pareille ? Entre ces tentacules verdâtres s’échappant du crâne d’un énergumène bien mal en point à en juger par cette grimace de douleur sur son visage, ces bribes de vaisseau spatial aux couleurs particulièrement tape à l’oeil, ces gravas de colonnes aux écritures étranges flottant en arrière-plan et bien entendu ce que l’on devine être une planète mystérieuse encore un peu plus loin derrière… Non, vraiment, il faudrait être du genre un peu casse-couilles pour ne pas succomber aux charmes de cette illustration signée Lucas Morte (Inoculation, Infected Religion, Portal Of Pazuzu, Question...). De toute façon inutile de se mentir, si vous êtes là aujourd’hui à lire ces quelques lignes, c’est probablement grâce à elle, pas vrai ?

Mais alors de quoi s’agit-il exactement ? Et bien de l’un des derniers poulains du label suédois Blood Harvest répondant au nom pas si évident de Universally Estranged. Formé à Houston, Texas, par ce qui semble être à en croire la photo Bandcamp un jeune homme tout à fait respectueux des consignes sanitaires, le one-man band (enfin ce n’est qu’une supposition de ma part basée justement sur cette seule photo) a sorti en juin 2020 sur Bandcamp (et il y a quelques jours sur Blood Harvest Records) son tout premier album intitulé Reared Up In Spectral Predation. Au programme de ces trente et une minutes, un Death Metal cosmique qui bien évidemment n’est pas sans faire écho à celui des Blood Incantation, Tomb Mold, Cosmic Putrefaction, Nucleus et autre Chthe’ilist pour ne rester que dans les formations relativement récentes.

Cette immersion dans l’espace froid et obscur va se faire notamment à travers tout un tas de sonorités synthétiques dispensées bien évidemment sous forme d’introduction ("(Intro)"), d’interlude ("(Interlude)") ou de conclusions à certains morceaux tels que "The Visitor", "Teeming With That Of Unknown Origin" ou "Blistered Under The Blue Illusion". Elles vont également servir de toile de fond à chacune de ces compositions, entretenant de cette manière de véritables atmosphères de science-fiction, parfois un brin désuètes, avec notamment ces synthétiseurs aux notes aériennes et vaporeuses, ces sons étranges, hallucinés, diffus et lointains et cet aspect froid, déshumanisé et synthétique. Mais ces appendices électroniques ne sont pas les seuls à participer à la construction de ces ambiances éthérées. Les guitares, à travers ce riffing technique et complexe, ces dissonances et ces imbrications alambiquées y participent également grandement.

Pour le reste, comme évoqué à la fin de mon second paragraphe, Universally Estranged verse dans un Death Metal rappelant effectivement beaucoup celui de groupes tels que Blood Incantation, Tomb Mold, Nucleus mais également Incantation ou Immolation. Naturellement, ce riffing tortueux et généreux en dissonances n’y est pas étranger même si on pourrait y ajouter ces soudains changements de rythmes qui apportent également un petit côté insaisissable à l’ensemble. De fait, il vous faudra probablement quelques écoutes avant d’appréhender pleinement ces compositions complexes même si paradoxalement il vous en faudra peu pour vous rendre compte du potentiel de ce jeune one-man band. Si tout n’est pas exempt de défaut sur ce Reared Up In Spectral Predation à commencer par ce growl qui manque quand même sérieusement d'épaisseur, il faut bien avouer que pour le reste, il n’y a pas grand chose à reprocher à ce premier album particulièrement solide. Encore une fois, les riffs imaginés par Universally Estranged n’ont pas grand chose à envier à la concurrence et savent ainsi se montrer d’une efficacité exemplaire tout en conservant cette nature résolument technique, complexe et protéiforme qui fait en grande partie le charme de ce genre de Death Metal. De la même manière, les constructions variées et autres nombreux changements de rythmes et d’atmosphères dispensés tout au long de l’album apportent beaucoup d’intérêt et de relief à une formule qui pourtant n’a rien de neuf à proposer (si ce n’est peut-être la place de ces claviers).

Bref, vous l’aurez compris, il y a dans ce premier album pas mal de promesses pour l’avenir et en tout cas de quoi faire de Reared Up In Spectral Predation un disque particulièrement agréable à défaut d’être extrêmement original, d’autant plus depuis l’avènement de formations comme Blood Incantation ou Tomb Mold qui ont su largement convaincre malgré ces éternels pisse-vinaigre toujours agacés par ces groupes qui font "la hype" en fourguant au mieux 5000 exemplaires de leurs albums... Quoi qu’il en soit, si vous avez un tant soit peu d’affinités avec ce genre de Death Metal technique dont les atmosphères évoquent l’espace et la science-fiction, il me semblerait plutôt avisé de poser une oreille attentive sur ce premier album rondement mené d’Universally Estranged.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Universally Estranged
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Universally Estranged
Universally Estranged
Death Metal - Etats-Unis
  

formats
tracklist
01.   (Intro)  (00:47)
02.   Despoiling Souls Of Flesh Across The Galaxy  (03:11)
03.   The Visitor  (03:49)
04.   A Thing, Oozing In  (02:20)
05.   Sentient Meatsack  (02:08)
06.   Teeming With That Of Unknown Origin  (04:08)
07.   Internecine Psychic Bloodletting  (03:34)
08.   Reared Up In Spectral Predation  (04:39)
09.   (Interlude)  (02:14)
10.   Blistered Under The Blue Illusion  (05:01)

Durée : 31:51

parution
26 Juin 2020

Essayez aussi
Bones
Bones
Gate Of Night (EP)

2020 - Blood Harvest Records
  
Thorium
Thorium
Ocean Of Blasphemy

2000 - DieHard Music
  
Mortiferum
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Immolation
Immolation
Shadows In The Light

2007 - Listenable Records
  
200 Stab Wounds
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decomposition (Démo)

2020 - Maggot Stomp Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique