chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Worst Doubt - Extinction

Chronique

Worst Doubt Extinction
En voilà un album qu'il sent bon le caniveau, la zone industrielle pérave et le bitume dans tous ses états. Entre l'artwork abusif, le titre qui vit avec son époque et le logo façon graffiti post-apocalyptique, y a point de doute (hohoho, vous l'avez ?) : on n'est pas venu ici pour repartir avec toutes ses dents.

Worst Doubt, c'est pour ma part un énorme coup de cœur dès leurs deux démos de 2015 et 2017. Un hardcore stéroïdé au metal, ultra-violent, hargneux comme un teckel (à poil dur), bourré de riffs et qui n'oublie jamais de groover : je fonds sur place. Et puis, plus de nouvelles, à part quelques shows survitaminés sur l'YouTube et des teasings réguliers annonçant un album. Ce fut long. Ce fut très long, surtout que des groupes qui manient si bien cet art du hardcore de cave, nourris au Kickback époque CorneredForever War, à la scène new-yorkaise des Cro-Mags et autres Merauder ou encore à l'Arkangel des débuts, ça court pas des masses les rues. Et pourtant j'ai cherché dans les pires, de rues (les pires de Saint-Dié-Des Vosges et de Gérardmer, certes, mais les pires quand même).

Et paf, le voilà : le premier album de Worst Doubt. Droit sorti des égouts de Paris, compact et poisseux à souhait. D'ailleurs, est-ce qu'on peut vraiment parler d'album, avec moins de vingt-cinq minutes dont un interlude de trois ? Ben, on sait pas, et surtout on s'en fout. L'important, c'est qu'il reprend les qualités des démos, en plus mieux, avec une solidité de parpaing et une régularité dans la distribution de bourre-pif à en faire pâlir le Lino Ventura le plus irrité.
Après une intro qui annonce la couleur (une minute et tu es déjà en train de t'éclater le talon en cognant du pied sur le sol pour accompagner les toms), on se retrouve face à ce qui n'est plus ou moins qu'une longue série de mandales. Les breaks se suivent mais ne se ressemblent pas : entre le beatdown lourdingue ('Dehumanized' à 01:30, les fins de 'Despise Death' et 'Filth In The Wound'), le break groovy pour balancer les bras comme un demeuré ('Imposter's Reign' à 01:45, 'Crushed' à 01:35, 'The Tormentor' à 0:55) ou encore le palm mute qui serre les dents en roulant des yeux de 'Extinction' à 01:05 (tu feras gaffe, tu baves sur le sol), on a juste l'impression de passer sous un rouleau-compresseur, du genre tandem diesel 2,5 tonnes (oui, cette vanne m'a pris cinq bonnes minutes de recherches)(non, cette phrase n'était pas trop longue). Mais on aime ça, parce qu'on est un peu maso, et parce qu'on a des problèmes personnels et affectifs liés à un sentiment d'impuissance dès le plus jeune âge qui mènent à des symptômes fonctionnels et un trop-plein d'énergie à évacuer. Pardon, je m'égare.

Mais Extinction ne sombre pas dans un vain enchaînement de moshparts pour autant. Avec une pincée de riffing trash/crossover ('Imposter's Reign' et 'Despise Death'), une poignée de leads qui ajoutent à l'ambiance menaçante ('Imposter's Reign' et 'Crushed') et un ou deux solos thrashy bien sentis ('Despise Death'), l'attention ne baisse pas et l'album bénéficie d'une vraie dynamique. C'est d'ailleurs bien ce qui le fait sortir de la masse. Avec par là-dessus une voix aboyée et hargneuse, une batterie écrasante mais groovy (doubles croches sur le charley à gogo, ride qui se fait rider comme jaja) et une production poisseuse mais parfaitement lisible, on a un des albums de l'année, facile, alors qu'on n'est qu'en mars. Mais si, je suis parfaitement objectif.
Maintenant, par pitié, faites qu'on puisse bientôt aller faire le babouin lobotomisé là-dessus en concert.

Amour, crowdkill, zbeul partout. <3

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
07/04/2021 10:35
note: 9/10
On se serre les coudes (enfin non du coup, mais tu vois c'que j'veux dire). Truands2lagalère.
RelapsoBananas citer
RelapsoBananas
07/04/2021 10:05
J'ai versé ma larmichette au "babouin lobotomisé"... Merci FullSail !
Krokodil citer
Krokodil
06/04/2021 08:54
note: 8/10
J'avoue qu'il fait salement twerker lui !
Keyser citer
Keyser
04/04/2021 16:43
Écouté qu'une seule fois mais je peux déjà racheter tous les meubles de mon salon.
Sagamore citer
Sagamore
04/04/2021 12:03
note: 8.5/10
La grosse, grosse bagarre. Ceci dit, un groupe dont l'un des membres porte un t-shirt Sa Meute ne peut qu'être bon.
FullSail citer
FullSail
04/04/2021 11:47
note: 9/10
Dispo en intégralité sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Worst Doubt
Hardcore, Pied-bouche
2021 - BDHW Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Worst Doubt
Worst Doubt
Hardcore, Pied-bouche - 2014 - France
  

écoutez
vidéos
Extinction
Extinction
Worst Doubt

Extrait de "Extinction"
  

tracklist
01.   Intro  (01:40)
02.   Dehumanized  (01:55)
03.   Imposter's Reign  (02:34)
04.   Extinction  (03:17)
05.   Despise Death  (02:50)
06.   Path Of The Blind  (03:14)
07.   Crushed  (03:10)
08.   Untitled  (01:09)
09.   The Tormentor  (01:59)
10.   Filth In The Wound  (01:56)

Durée : 00:24:53

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique