chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Invultation - Unconquerable Death

Chronique

Invultation Unconquerable Death
Andrew Lampe a toujours été un garçon très solitaire. De Echushkya à Longbarrow en passant par The Wakedead Gathering, l’Américain n’a jamais eu besoin de qui que ce soit pour l’aider à développer et concrétiser ses différentes visions musicales. Alors forcément, lorsque celui-ci se lance en 2015 dans un nouveau projet, c’est une fois de plus en solo qu’il le fait. Baptisé Invultation, ce dernier va explorer d’autres horizons que ceux déjà abordés par Andrew dans ses autres groupes en allant verser cette fois-ci du côté d’un Black / Death bestial et bas du front aussi primitif que jouissif.

Intitulé Unconquerable Death, ce deuxième album paru début mars aux formats digital et cassette s’est vu offrir quelques semaines plus tard un pressage CD grâce au label Born For Burning Productions, une toute petite structure du Vermont chez qui sont notamment sorties les démos et EPs d’Adultère, Ejaculatör, Blasphemous Degradation, Satanic Priest ou Shitangel. Quant à l’artwork qui soit dit en passant laisse bien peu de place au doute en ce qui concerne le contenu de cet album, celui-ci s’est vu confié au Russe Alexander Shadrin à qui l’on doit déjà quelques travaux, notamment pour des groupes tels que Bloodsoaked Necrovoid, Cambion, Esoctrilihum, Father Befouled, Fornicus, Temple Nightside et bien d’autres encore...

Avec Invultation, Andrew Lampe va suivre sans se cacher les traces d’Archgoat et de tous ces groupes de Black / Death dénués de finesse et de subtilité. Une formule vue et revue qui laisse bien peu de place à l’improvisation et à l’originalité mais qui à l’inverse à le mérite d’offrir de quoi se défouler et suer à grosses goûtes pendant une grosse demi-heure.
La vraie bonne surprise en ce qui concerne Invultation (passé l’excitation de la découverte et la certitude d’avoir mis le doigt sur un groupe fort sympathique) c’est que monsieur Lampe sait a priori tout faire (je peux me tromper mais cela ne semble pas être le cas). Car quand on parle one-man band, j’ai vite tendance à imaginer que l’on va retrouver en guise de batterie une boîte à rythme aux sonorités synthétiques trop évidentes pour passer inaperçues et ne pas irriter mes chastes oreilles habituées à des batteurs, des vrais. Ors, cela ne semble pas être le cas ici à en juger par cette batterie au son naturel qui dans ses moments les plus intenses (et ils sont nombreux) ne trahit en aucun cas une condition d’organe artificiel. Les blasts ainsi dispensés à la mitraille ainsi que certains enchainements relativement tendus suggèrent en effet qu’il s’agit bien d’Andrew Lampe derrière les fûts et que celui-ci sait parfaitement y faire sans avoir recours à une quelconque machine.

Pour le reste, le Black / Death d’Invultation s’inscrit dans un schéma tout ce qu’il y a de plus classique pour le genre avec notamment ces riffs simples et démoniaques et ces successions de blasts que l’Américain va prendre plaisir à exécuter à toute berzingue sans y apporter beaucoup de variations. Pourtant, malgré ce caractère aliénant, Unconquerable Death ne manque pas de relief. En effet, si ce sont bien ces séquences soutenues menées le couteau entre les dents qui tiennent le haut du pavé, Andrew Lampe va tout de même prendre le temps de varier les plaisirs en ralentissant la cadence de manière quasi-systématique (seul un ou deux morceaux échappent ici à la règle). Le genre de ralentissements particulièrement bien sentis qui ne manqueront pas de rappeler Archgoat à tous les initiés ("Hanged Mass" à 1:59, "Insatiable Cruelty" à 1:50, le premier quart de "Banners Under The Moon", "Cathedral Of Impaled" à 1:36, "Necromaniacal Curse" à 1:26, "Breath Of The Lich" à 2:09...). À ce cahier des charges déjà bien rempli, on peut y ajouter ces quelques soli chaotico-mélodiques ("Insatiable Cruelty" à 1:50, "Banners Under The Moon" à 2:06, "Blood Hex" à 1:42, "All Flesh Falls Into Dust" à 2:40...) qui ne vont faire que renforcer l’intensité avec laquelle est exécuté ce deuxième album ou ce chant blasphématoire bardé de réverb...

Sans surprise et fidèle à tous les codes du genre, Unconquerable Death ne se destine à personne d’autre qu’aux seuls adorateurs d’Archgoat et autres formations Black / Death aussi primitives que jouissives (Proclamation, Black Witchery, Diocletian, Weregoat, Caveman Cult, Eggs Of Gommorh et compagnie). Non, ces quelques titres ne respirent pas la grande intelligence mais là n’est clairement pas le sujet. Il s’agirait plutôt de se foutre sur la gueule en toute amitié et pour le coup, ces trente-cinq minutes rondement menées se montrent tout à fait indiquées pour ce genre de pratique musclée toujours aussi bon-enfant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
30/04/2021 18:40
Un pote m'en a justement parlé il y a quelques jours et je l'ai écouté ce matin. Bien cool en effet, très Archgoat.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Invultation
Black / Death Metal
2021 - Born For Burning Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Invultation
Invultation
Black / Death Metal - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Hanged Mass  (03:07)
02.   Unconquerable Death  (02:56)
03.   Insatiable Cruelty  (03:36)
04.   Banners Under The Moon  (04:11)
05.   Cathedral Of Impaled  (04:41)
06.   Necromaniacal Curse  (03:09)
07.   Blood Hex  (03:32)
08.   Breath Of The Lich  (04:51)
09.   All Flesh Falls Into Dust  (04:16)
10.   Outro: Mors Cantum  (01:21)

Durée : 35:40

line up
parution
5 Mars 2021

Essayez aussi
Dalkhu
Dalkhu
Descend... Into Nothingness

2015 - Satanath Records
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  
Knelt Rote
Knelt Rote
Trespass

2012 - Nuclear War Now! Productions
  
Teitanblood
Teitanblood
Accursed Skin (EP)

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog

2020 - I, Voidhanger Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique