chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Fange - Pantocrator

Chronique

Fange Pantocrator
Cela devient embarrassant. Un retour sur mes chroniques peut donner l’impression que je juge de façon égale les albums des Français, les assortissant toujours d’une note qui appuie de façon un peu plate tout le bien que je pense de leurs créations. Pourtant, une réécoute de leurs albums pour préparer l’arrivée de Pantocrator – peu de temps après l’EP Poigne, comme escompté avec ces hyperactifs – m’a montré que certains avaient, avec le recul, une saveur particulière que d’autres, malgré un style toujours marqué et en mutation constante, n’avaient pas autant. Ce petit plus, c’est ce que je retrouve notamment sur Pourrissoir et Pudeur, plaçant ces derniers au-dessus de leurs frères.

Il s’agit donc d’arrêter de considérer chaque réalisation de Fange comme une chance, une œuvre qui, de facto, dépasse d’une tête une scène qui manque cruellement de groupes aussi originaux et profonds. Avoir un projet comme lui dans le paysage actuel est une chance, c’est acté ; mais comment, au-delà de ces considérations générales, se débrouille-t-il, lui, surtout après tant d’années entre radicalité et pas en avant parfois timides, parfois aux allures de sauts dans l’inconnu ?

Pantocrator apporte une réponse nette et définitive, un sentiment que je rencontre pour la première fois chez ces titilleurs. En effet, point d’attente sur une suite, point de ce mélange de frustration et d’excitation qui fait également le sel de ce projet-là : Fange semble avoir trouvé sa forme définitive avec ces deux titres maousses, offrant un bouquet final à des années de transformation d’un sludge gargouillant au son HM-2 à un death metal s’industrialisant pierre après pierre. Jusqu’à construire sa propre cathédrale de (nouvelle) chair.

Pantocrator, un nom d’album faisant référence au divin et qui trouve sa place dans une musique couvrant une pléthore de styles, les mettant sous sa coupe et les regardant tous du même œil éteint et acariâtre, omniscient et omnipotent. C’est en effet cette uniformisation qui étonne sur « Tombé Pour La France » et « Les Vergers De La Désolation », réussissant à tenir sur la longueur leur appétit, prêts à dévorer et régurgiter en aplats les vomissures de death metal, industriel et post-punk dont ils font leur repas. Logique, pour un groupe qui a toujours fait d’une certaine avidité son sacerdoce ! Fange s’inscrit ici plus que jamais comme un Ævangelist humain-trop-humain, où l’extraterrestre serait remplacé par un gagne-petit et ses rêves si rongés qu’ils en deviennent difformes, si vénérés qu’ils en deviennent obsédants, une curée faisant s’imaginer curé, les bas instincts comme religion.

C’est bien cette impression de suivre des soubresauts ayant trouvé leur dénominateur commun qui fait le prix de cet album, la faim répondant à la misère. Les différents mouvements composant chaque morceau ont été visiblement réfléchis pour ne faire qu’un, quitte à abandonner certains reliefs qui marquaient auparavant les compositions de Fange. Plus sûr de lui, plus constant, moins épatant, il gagne désormais sur la longueur là où il sortait auparavant des titres mettant des crocs en jambe.

Un passé moins versatile mais plus animal qui me manque un peu sur cette trentaine de minutes. Les Français font désormais des détails leur affaire, à l’image de ce chant plus développé, s’autorisant quelques pointes émotionnelles (les expérimentations de Poigne ont porté leurs fruits pourris, cf. « Les Vergers De La Désolation » et ses appels à la dérive). Ce qui fait passer Fange dans une nouvelle catégorie, celle où les becs fins trouveront pleinement leur compte. Moi ? Je ne peux m’empêcher de ressentir un sentiment de trop grande humilité derrière ses deux compositions pourtant gargantuesques, comme si tout cela, bien que rondement mené, cherchait un peu trop un élan nous emportant ailleurs.

Mais qu’on ne s’y trompe pas : par de nombreux aspects, voici ce que Fange a sorti de plus abouti. Peut-être est-ce dans ce sentiment de rencontrer les Français certains de leur musique et de ce qu’ils cherchent à transmettre que se terre cette frustration de ne pas parvenir à l’embrasser totalement. Alors que j’attends toujours le jour où ils sortiront l’œuvre qui me mettra définitivement à genou – et Pantocrator est une belle esquisse de ce que l’on peut attendre d’eux sur ce point... Décidément, tout cela est bien embarrassant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
06/04/2021 08:44
note: 6/10
Celui-là me fait un peu trop l'effet d'un cadavre exquis et il a tendance à me perdre en cours de route... Il contient un paquet de belles idées mais j'ai du mal à en saisir le fil conducteur. Et malgré la longueur des titres (qui fait quand même très assemblage de morceaux plus courts) je le trouve finalement moins puissant narrativement que Pudeur.
lkea citer
lkea
05/04/2021 13:39
note: 7.5/10
Ah ben justement, je trouve que celui-là se rapproche d'un truc assez définitif mais qui, bizarrement, me parle un chouïa moins que quand je les sentais chercher... Du coup, je te rejoins sur le côté "mutation constante" qui fait partie du charme !
FullSail citer
FullSail
05/04/2021 11:06
note: 8/10
Entièrement d'accord avec toi, toujours l'impression qu'ils s'approchent de leur forme finale, sans jamais l'atteindre - mais, et si c'était ça, Fange, finalement ? En attendant, un petit coup de coeur pour celui-là, l'exercice des chansons à rallonge leur va à merveille, et le final dantesque de "Tombé pour la France" me fout bien à genoux pour ma part.
lkea citer
lkea
05/04/2021 07:35
note: 7.5/10
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fange
Industrial Death Metal / Sludge
2021 - Throatruiner Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Fange
Fange
Industrial Death Metal / Sludge - 2013 - France
  

nouveaute
A paraître le 7 Mai 2021

tracklist
01.   Tombé Pour La France  (15:35)
02.   Les Vergers De La Désolation  (15:08)

Durée : 30:43

line up
voir aussi
Fange
Fange
Purge

2016 - Throatruiner Records / Lost Pilgrims
  
Fange
Fange
Poigne (EP)

2020 - Throatruiner Records
  
Fange
Fange
Pourrissoir

2017 - Throatruiner Records / Lost Pilgrims
  
Fange
Fange
Pudeur

2020 - Throatruiner Records
  
Fange
Fange
Poisse (EP)

2014 - Lost Pilgrims / Basement Apes Industries / Zugzwang / Ulterior Records / Cold Dark Matter
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique