chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Disrupted - Pure Death

Chronique

Disrupted Pure Death
Malgré toute la sympathie que j’ai pour Raul et son label Memento Mori, je dois bien reconnaître que je n’ai pas toujours suivi avec assiduité l’intégralité de ses sorties (même si mes prochaines chroniques semblent suggérer l’inverse). Certaines me sont largement passées sous le nez comme par exemple ces deux albums de Disrupted dont le dernier en date intitulé Pure Death est paru en octobre dernier sur le label espagnol. Alors c’est vrai, on ne peut pas tout savoir ni tout connaître mais pour le coup j’aurai aimé être prévenu que le groupe originaire de Ludvika avait autant d’atouts à faire valoir, j’aurai alors perdu un peu moins de temps en plus de réussir à le glisser dans ma dernière commande au label...

Formé en 2012, Disrupted va suivre un cheminement tout ce qu’il y a de plus classique en proposant dès 2014 un premier EP qui à défaut d’avoir fait grand bruit aura néanmoins permis de mettre les Suédois sur le chemin de Memento Mori. Le label profitera de cette occasion pour leur offrir un deal scellé par la sortie en 2015 d’un premier album intitulé Morbid Death. Cinq ans plus tard, après être temporairement passé par la case « duo », Disrupted revient faire parler de lui sous la forme d’un quatuor avec parmi les nouveaux arrivants, messieurs Tommy Haglund (basse, Spasmodic) et Daniel Liljekvist (batterie, ex-Katatonia, Grand Cadaver).

Servi par une production en béton armée signée Johan Hjelm (Aeon, Centinex, Defaced Creation, Demonical...) ce deuxième album est ce que l’on peut appeler un pur produit suédois. Entre ces guitares extrêmement abrasives qui tronçonnent à qui mieux mieux, cet amour non feint pour ces accélérations de Punk à chiens et autres blasts punitifs servis à la mitraille, ce growl jamais trop profond mais bien râpeux ou ces ralentissements à se rompre les cervicales, il n’y a rien à attendre de la part de Disrupted qui n’ait pas déjà été proposé il y a maintenant plus de trente ans par des groupes comme Dismember ou Entombed. Ce postulat ainsi posé, je vous ferai grâce de mon sempiternel laïus concernant l’originalité ou plutôt son absence tout au long de ces trente quatre minutes pour le moins radicales. On préférera ainsi se concentrer sur l’efficacité immédiate et le caractère particulièrement intense et explosif de ces quelques compositions plutôt que sur ce qui fait finalement défaut à plus de 95% des sorties (sans que cela pose véritablement problème) et cela peu importe le style pratiqué...

Comme on l’a vu, Pure Death concentre à peu près tout ce que l’on est en droit d’attendre de la part d’un album prenant ouvertement pour références les premiers disques du genre à avoir émergé de son pays. Remise au gout du jour, la production particulièrement granuleuse et épaisse de monsieur de Johan Hjelm donne immédiatement à l’auditeur le sentiment de se faire terrasser sans avoir la possibilité de se remettre sur pied durant la demi heure qui va suivre. Le rendu général est ainsi extrêmement costaud mais réussit néanmoins à éviter le piège d’une production over the top qui se serait perdue à trop vouloir en faire. Musicalement, malgré le grand classicisme de ces dix compositions, on ne peut qu’abdiquer face à tant d’efficacité. De ces riffs parpaings et autres leads mélodiques qui vous feront instantanément revivre l’âge d’or des premiers Dismember ("Human Stew", "Headless Torso", "Pestilential Vomit"...) à ce rythme soutenu conduit à coups de tchouka-tchouka entrainants hérités de la scène Punk ("Blood Worship" à 0:15, "Headless Torso" à 0:14, "Chopped Into Oblivion" à 0:10...) et autres séances de blasts aussi brèves que jouissives ("Headless Torso" à 2:35, "Total Death" à 0:41) en passant par ces quelques ralentissements qui en plus d’apporter un soupçon de relief vont naturellement renforcer la dynamique de l’album (les premières secondes de "Born In A Corpse", "Carve" tout en mid-tempos ou "Slave From The Grave"...), Disrupted y va de sa petite leçon de Death Metal à la suédoise en dix séances particulièrement musclées et intenses.

Respectant à la lettre tous les codes initiés par les pères du Death Metal suédois, Disrupted ne déroge pas à cette tradition qui de nos jours n’a plus autant le vent en poupe qu’il y a de cela encore quelques années. La faute à une formule vue, revue et rerevue que beaucoup de formations continuent de s’approprier sans jamais pourtant réussir à ne serait-ce qu’effleurer la qualité de ces albums fondateurs. Pour autant, à ce petit jeu, Disrupted s’en tire ici avec les honneurs du jury grâce à des des compositions savamment exécutées qui en dehors de cette absence flagrante de personnalité n’ont strictement rien à se reprocher. Dans le genre Dismember-worship, les quatre suédois de Disrupted font ici un excellent travail qui ne devrait pas manquer de séduire. À bon entendeur...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disrupted
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Disrupted
Disrupted
Death Metal - Suède
  

formats
  • Vinyl / 09/10/2020 - De:Nihil Records
  • CD / 26/10/2020 - Memento Mori
  • K7 / 04/02/2021 - Sewer Rot Records

tracklist
01.   Blood Worship  (03:25)
02.   Human Stew  (03:19)
03.   Born In A Corpse  (03:28)
04.   Carve  (03:52)
05.   Headless Torso  (04:10)
06.   Total Death  (02:24)
07.   Pestilential Vomit  (03:26)
08.   Goat Lord  (03:06)
09.   Chopped Into Oblivion  (03:04)
10.   Slave From The Grave  (03:59)

Durée : 34:13

line up
parution
9 Octobre 2020

Essayez aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Creeping Fear
Creeping Fear
Onward To Apocalypse

2017 - Dolorem Records
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Barbaric Retribution

2018 - Hells Headbangers Records
  
Demonical
Demonical
Servants Of The Unlight

2007 - Cyclone Empire Records
  
Vader
Vader
Thy Messenger (EP)

2019 - Nuclear Blast Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique