chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suffering Hour - The Cyclic Reckoning

Chronique

Suffering Hour The Cyclic Reckoning
Je sais, je sais...L'année est loin d'être terminée et nous réserve certainement son lot de bonnes surprises, en tout cas, je l'espère, car les mauvaises, on s'en passerait bien, merci ! Mais je dois reconnaître que, pour l'instant, on est loin du bilan top moumoute de l'année 2020 et j'ai bien du mal à m'enthousiasmer pour l'ensemble des sorties des dernières semaines, voire mois. A toute règle son exception et si je devais citer un seul nom qui se distingue nettement, ce serait sans hésitation celui de SUFFERING HOUR (avec STARGAZER et FOSSILIZATION en embuscade pas loin derrière).

Amoureux de la dissonance, vous n'étiez sans doute pas passés à côté de leur premier album In Passing Ascension sorti en 2017 chez Blood Harvest, qui s'est immédiatement imposé comme un premier long effort de haute volée, d'une originalité folle, offrant un énième sous-genre au Black/Death avec ce son si particulier et cette sensibilité à fleur de peau. Très loin d'être mauvais mais sans surprise, l'EP Dwell sortait deux ans plus tard, me laissant un peu sur ma faim avec une seule piste de 18 minutes. En signant la sortie de The Cyclic Reckoning avec Profound Lore Records, SUFFERING HOUR entre définitivement dans la cour des grands et démontre qu'ils en avaient encore sous la pédale, car si In Passing Ascension contenait déjà tous les éléments qui font leur charme irrésistible, le trio américain s'est surpassé avec ce second album, repoussant ses propres limites pour atteindre le presque sommet d'un art mêlant brutalité et émotion. Un conseil : prenez une longue inspiration avant de le lancer car la plongée dans les eaux tumultueuses est immédiate avec l'excellent "Strongholds of Awakening" et qu'il ne sera possible de remonter à la surface pour retrouver son souffle qu'à la dernière seconde de "The Foundations of Servitude".

Ce qui frappe, ce dont on se délecte, et ce, depuis In Passing Ascension, c'est évidemment la finesse et l'élégance de cette unique guitare virevoltante entraînant l'auditoire dans un tourbillon continu, ce riffing tourmenté et vertigineux au feeling incroyable, ces mélodies qui touchent au coeur ("Transcending Antecedent Visions"), nous immergeant dans une mélancolie profonde dans laquelle il est si tentant de s'abandonner définitivement. Il serait malgré tout injuste de réduire l'intérêt du groupe au talent incontestable de son guitariste Josh Raiken (aka YhA), car les Américains ont redoublé d'efforts sur le difficile exercice de composition des morceaux, sans lequel les dissonances si caractéristiques pourraient vite devenir indigestes. Les constructions sont soignées avec de nombreux changements de rythmes à grands renforts d'accélérations sauvages ("The Abrasive Black Dust Part II") et de passages plus apaisés, le travail de Jason Oberuc (aka IsN) derrière ses fûts est très classieux, tout particulièrement sur ses cymbales, les grondements gutturaux de Dylan Haseltine (aka DgS) animés d'une furieuse passion au sens littéral du terme, de celle que l'on subit, de celle qui nous ronge de l'intérieur.

Au sein de la scène Black/Death, disparate et pléthorique dans laquelle se côtoient le meilleur et le pire, il est bien difficile de se démarquer. SUFFERING HOUR, grâce à ce son unique, reconnaissable entre mille, à un parfait équilibre entre violence et sensibilité et une sincérité non feinte, parvient sans difficulté à nous entraîner dans un univers parallèle, à l'atmosphère atypique, sombre, brutale et mélancolique à la fois. Il n'y a rien de plus troublant qu'une virilité ainsi mise à nu, rien de plus émouvant qu'un artiste livrant son âme, confessant son désespoir, rien de plus bouleversant que de s'apercevoir que l'on partage les mêmes heures de souffrance.

Avec The Cyclic Reckoning, SUFFERING HOUR nous gratifie d'un don généreux de cinq pistes d'égale et remarquable qualité, ténébreuses et déchaînées, mais intimistes et sensibles, qui effleurent la perfection, à tel point qu'il sera peut-être difficile d'accueillir avec de semblables louanges son successeur. Prenez votre temps, Messieurs, prenez votre temps, je ne suis pas pressée, j'ai encore de quoi me délecter pendant un bon moment avec ce merveilleux album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
08/04/2021 09:57
Krokodil a écrit : Clairement une place dans le bilan de fin d'année pour lui. Je me suis un moment demandé si Geordie Walker était pas en guest, tellement certains riffs sonnent Killing Joke.
Voilà! C'est exactement ça!
Krokodil citer
Krokodil
07/04/2021 08:25
note: 8.5/10
Clairement une place dans le bilan de fin d'année pour lui. Je me suis un moment demandé si Geordie Walker était pas en guest, tellement certains riffs sonnent Killing Joke.
Sagamore citer
Sagamore
06/04/2021 21:21
note: 9/10
C'est effectivement ce en quoi Bölzer aurait pu évoluer s'ils avaient pas troqué le feu sacré contre une tisane à la verveine. Blague à part, superbe chronique pour une vraie perle. Un disque rageur dans les émotions et pourtant tout en contraste avec ce son de guitare très apaisant. Belle découverte que je te dois et un des albums de l'année, très certainement !
FullSail citer
FullSail
06/04/2021 20:58
note: 8.5/10
Bijou complet, avec un contraste lourdeur cave - légereté céleste qui emporte très loin, et belle chronique qui lui rend parfaitement hommage !
Astraldeath citer
Astraldeath
06/04/2021 20:12
Bien content de le voir chroniqué celui-là car c'est aussi un de mes albums préférés so far. Je suis très friand de ce son Bolzer-like que je ne retrouve que rarement malheureusement. Des lignes de riff assez aériennes, qui hésitent pas à s'envoler et à redescendre, et une atmosphère assez onirique qui renvoient pas mal à Hero.
KimDealUnited citer
KimDealUnited
06/04/2021 18:07
note: 9/10
Album monstrueux. Le LP est arrivé à la maison il y a quelques jours. Un véritable bijoux. Il y a vraiment une influence Ulcerate/Gorguts pour moi dans ce Black/Death très particulier délivré par le groupe!
BBB citer
BBB
06/04/2021 16:53
Ce qui m'a frappé d'emblée c'est la guitare qui sonne très death rock. Le dernier Inquisition m'avait déjà renvoyé à ce genre des 80s.
Ceci dit ça n'enlève rien à la qualité de la musique, bien au contraire. Excellent!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suffering Hour
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.7/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Suffering Hour
Suffering Hour
Black/Death - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Strongholds Of Awakening  (05:27)
02.   Transcending Antecedent Visions  (07:58)
03.   The Abrasive Black Dust Part II  (07:59)
04.   Obscuration  (06:33)
05.   The Foundations Of Servitude  (16:32)

Durée : 44:29

line up
  • DgS / Chant, Basse
  • YhA / Guitare
  • IsN / Batterie

parution
19 Février 2021

voir aussi
Suffering Hour
Suffering Hour
In Passing Ascension

2017 - Blood Harvest Records
  

Essayez aussi
Belphegor
Belphegor
Pestapokalypse VI

2006 - Nuclear Blast Records
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  
Omnizide
Omnizide
Death Metal Holocaust

2014 - Carnal Records
  
Possession
Possession
1585-1646 (EP)

2015 - Invictus Productions
  
Antiversum
Antiversum
Cosmos Comedenti

2017 - Invictus Productions
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique