chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cannibal Corpse - Violence Unimagined

Chronique

Cannibal Corpse Violence Unimagined
Pierre angulaire de la scène Death Metal, Cannibal Corpse fait aujourd’hui figure de véritable patriarche et cela depuis déjà plusieurs années. Un statut pour le moins immuable sur lequel les aléas du quotidien, même les plus improbables, ne semblent pas avoir de prise. C’est pourquoi l’arrestation de Pat O’Brien fin 2018 pour des raisons absolument abracadabrantes (effraction, charge contre un représentant de l’ordre publique, possession massive d’armes à feu et de munitions...) n’a pas vraiment ébranlé le petit monde de l’underground, chacun sachant très bien que le reste du groupe ne manquerait pas d’aller de l’avant comme si de rien n’était. Et c’est évidemment ce que Cannibal Corpse à fait, souhaitant bon vent à son ancien guitariste tout en faisant les yeux doux à un certain Erik Rutan officiellement intronisé chez les Floridiens en février dernier.

Il aura donc fallu trois ans et demi aux Américains pour donner une suite au fort sympathique Red Before Black paru en octobre 2017. Un laps de temps un tout petit peu plus long que ce à quoi George Fisher et ses acolytes nous ont habitués depuis la sortie de leur premier album en 1990 et qui très certainement s'explique par cet épisode O’Brien ainsi que par cette période particulière que nous traversons actuellement. Quoi qu’il en soit, Cannibal Corpse est aujourd’hui est bel et bien de retour. Et une chose est sûre, le groupe n’est pas là pour enfiler des perles...

Sans surprise, c’est Vincent Locke qui signe une fois de plus l’artwork de ce quinzième album intitulé Violence Unimagined. Une oeuvre plutôt réussie, en tout cas bien plus que celle de son prédécesseur qui laissait quand même sérieusement à désirer pour un groupe de cette envergure. Mention spéciale pour cet artwork non-censuré particulièrement dégueulasse (petit clin d’œil aux jeunes parents qui liront ces lignes et iront assouvir leur curiosité morbide) que l’on a peu de chance de voir en tête de gondoles dans les rayons de la Fnac ou d’ailleurs. Côté production, c’est là encore sans surprise que l’on retrouve Erik Rutan derrière la console pour un résultat équilibré et de très bonne facture qui s'inscrit dans la continué de ce qu’il a pu faire pour le groupe par le passé, notamment sur leur précédent album.

Vous l’aurez donc probablement déjà compris, malgré l’arrivée de sang neuf au sein de la formation de Tampa, Cannibal Corpse reste une fois encore particulièrement fidèle à sa formule et ce n’est probablement pas demain la veille qu’il en déviera. Comme Red Before Black avant lui, ce nouvel album enchaîne ainsi les bourre-pifs Death / Thrash sans vraiment se soucier d’apporter ne serait-ce qu’un soupçon de fraîcheur à une recette que le groupe maitrise sur le bout des doigts depuis déjà un paquet d’années... Conduit avec cette rage sanguinaire qui caractérise chaque album du groupe, Violence Unimagined va s’articuler autour de schémas plus ou moins identiques et bien connus des amateurs de Canniboul avec pour l'essentiel ces accélérations sauvages et frénétiques auxquelles vont se succéder ces ralentissements dont la formation à le secret, le tout servi par des riffs plus ou moins tarabiscotés. Une formule qui a fait ses preuves et que le groupe continue d’appliquer à la lettre avec un talent évident et une aisance toujours aussi déconcertante.
Face à cette absence de prise de risques à laquelle nous sommes évidemment habitués, devons-nous pour autant bouder notre plaisir ? Non, absolument pas. Si vous êtes en paix avec l’idée de bouffer le même genre de Death Metal album après album, Violence Unimagined recèle de véritables bons moments qui prouvent à ceux qui en doutaient encore qu’après trente-trois ans de carrière, Cannibal Corpse en a encore largement sous le pied. S’il y a bien quelques séquences un poil moins marquantes (notamment lorsque le groupe baisse la cadence sur des titres comme "Surround, Kill, Devour", "Follow The Blood" ou "Slowly Sawn"), l’essentiel de l’album est mené à un tel rythme qu’il va satisfaire une fois de plus à tous nos instincts les plus primitifs. Une satisfaction animale et immédiate qui ne laisse que très peu de place à la réflexion. Comment dès lors ne pas se taper la tête contre les murs à l’écoute de titres comme "Murderous Rampage", "Necrogenic Resurrection", "Inhumane Harvest", "Condemnation Contagion", "Ritual Annihilation" ou "Overtorture" ? Entre ces riffs éclairs balancés à toute berzingue, ces enchevêtrements de riffs plus ou moins complexes, cette batterie particulièrement dynamique, ces quelques solos plutôt inspirés (bienvenue à monsieur Rutan à qui l’on doit trois titres sur l’album), ce groove bovin et brise-nuque toujours aussi irrésistible ou ce bon vieux growl infatigable débité à une vitesse hallucinante, Cannibal Corpse a beau se contenter de faire du Cannibal Corpse, il faudrait être sourd pour ne pas prendre son pied ici. Oui, ce que les titres ont gagnés en immédiateté ils l’ont perdu en technique (malgré une niveau tout à fait acceptable, les titres à la sauce "Frantic Disembowelment", "The Cryptic Stench" ou "Pounded Into Dust" se font rares désormais) mais force est de constater qu’il n’y strictement rien à reprocher à Cannibal Corpse sur la question de l’efficacité. Car en dépit une certaine redondance dans son propos et un petit côté un petit peu plus "facile", s’il y a bien une chose qui qualifie encore aujourd’hui les Américains, c’est bien cette capacité à jouer (et croyez moi, le groupe est loin de faire semblant) et composer des morceaux particulièrement intenses et sauvages d’une pertinence capable de défier le temps qui passe.

Malgré les années qui passent (ou plutôt les décennies), il est clair que celles-ci ne semblent pas avoir beaucoup d’impact sur Cannibal Corpse qui continue d’enchaîner les albums à un rythme pour le moins soutenu. Surtout, sans évidemment réussir à égaler ces premiers albums rapidement devenus cultes et incontournables, ces récentes productions n’ont pas vraiment à rougir de quoi que soit. Certes, ce n’est pas aussi technique que cela ne l’a été, certes la formule peut paraître réchauffée, certes il y a un peu plus de facilité qu’avant mais après quinze albums, qui n’aurait pas perdu un peu de sa superbe et de son attrait ? Cannibal Corpse conserve pourtant une certaine flamboyance qui en fait encore de nos jours l’une des formations les plus solides dans le milieu. Et il suffit de voir le groupe sur scène (et les réactions particulièrement musclées du public) pour comprendre à quel point ce statut est tout sauf galvaudé. Avec Violence Unimagined, Cannibal Corpse poursuit son chemin sans s’arrêter et il faut croire que cela lui réussit plutôt bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Cyprine64 citer
Cyprine64
21/04/2021 14:04
Je ne l'ai pas encore assez bien écouté mais je pensais que le sieur Rutan allait apporté quelque chose et cela ne semble pas être tant le cas que ça ! C'est ce qui m'a déçu dans les premières compos. Ça reste indéniablement efficace après.
Vartruk citer
Vartruk
20/04/2021 11:03
note: 8/10
Je viens de me l'enfiler en entier, appâté par les critiques, et bien je ne me suis (presque) pas ennuyé, ce qui ne m'était plus arrivé avec un album de Canniboul depuis Kill qui reste l'un de mes préférés (avec l'indétrônable Bloodthirst...). Un son équilibré, bien lourd, des compos qui vont à l'essentiel (ça sonne souvent thrash par moment effectivement!) avec un George qui n'a quasiment rien perdu de sa superbe malgré les années, même l'artwork bien dégueulasse est réussi, dans la sauce des vieux albums!

Rhaaaa ça m'a carrément donné envie de les revoir en concert, rien que pour voir la foule scander "Cannibal! Cannibal!" spontanément, en attendant de se prendre une bonne mandale death dans les dents, avec une bière bien fraiche à la main...
DEMONIKA citer
DEMONIKA
20/04/2021 06:06
Darkfachor: Tu me rassure, je l'ai trouvé un peu mou moi aussi.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
19/04/2021 21:55
note: 5/10
Déçu...
Moins de blast et beaucoup trop de mid-tempo, je le trouve presque "mou"...
Je m'en vais réécouter "Bloodthirst".
Fred Vdp citer
Fred Vdp
18/04/2021 19:16
Un nouvel album de Cannibal Corpse est toujours un évènement. Et ce "Violence Unimagined" ne déroge pas à la règle: un brin furieux (doux euphémisme), efficace et...court! Seulement 42'58 de bonheur absolu pour 11 titres de poésie et de tendresse. Le quintête américain ne semble pas marquer de signe de faiblesse au fil des années. Les riffs sont toujours aussi puissants, les solos de guitare sont d'une précision digne de ce que l'on entendait jadis sur "The Bleeding" ou "Kill". Le jeu de Paul Mazurkiewicz à la batterie soutient admirablement une basse hyper présente. Quant à "Corpsegrinder", sa voix de contre-ténor death métalleux vous fera passer de douces soirées au coin du feu... A écouter à fond dimanche pendant la messe!
Astraldeath citer
Astraldeath
17/04/2021 21:47
Après écoute par curiosité pour faire comme tout le monde, j'avoue avoir aussi été séduit. Je lui trouve rien de foncièrement particulier par rapport aux autres, si ce n'est que les breaks bien énervés et bien lourds tempèrent comme il faut (notamment sur "Necrogenic Resurrection") et rajoutent une petite touche bien plaisante.
AxGxB citer
AxGxB
16/04/2021 16:47
note: 7.5/10
Funky Globe a écrit : Super chronique pour un super album.

Merci !
Goodnacht citer
Goodnacht
16/04/2021 15:37
Un très bon cru, tout ce qu'on attend de Cannibal Corpse est présent sur l'album !

Mais pas le chant death le plus profond qui soit...

Cependant, lorsqu'un groupe n'a plus rien à prouver et qu'il possède déjà une discographie imposante, un nouvel album excellent deviendra un simple album de plus (Immolation, Deicide, Inquisition).
A l'inverse, un nouvel album tout pourri n'entachera jamais la réputation d'un groupe ayant fait ses preuves (Morbid Angel, Metallica)

Chro du new Fleshgod Apocalype (qu'a au moins 1 an) please !
Funky Globe citer
Funky Globe
16/04/2021 12:23
Super chronique pour un super album.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/04/2021 16:49
note: 8/10
Comme mon confrère rien à reprocher à cette nouvelle livraison, certes sans surprises mais toujours aussi redoutable et dans la droite de ce qui est proposé depuis 2010. Moins technique mais toujours aussi accrocheur il y'a effectivement quelques relents thrash déjà présents sur les dernières livraisons, qui font leur effet sans jamais dénaturer le son du groupe. Bref il prouve que malgré les années ils est toujours le patron du Death dans son pays comme à l'international !
Deathrash citer
Deathrash
14/04/2021 14:04
Merci pour la chronique, pour l'instant je me suis contenté des deux extraits dispos qui sont d'excellente qualité.
Je connais mal la disco de Cannibal post Gallery. J'avais testé Kill et Torture, mais ils ne m'avaient pas vraiment convaincu.

La ce qui m'accroche beaucoup plus, c'est que j'ai l'impression que le groupe a incorporé des éléments plus Thrash. Également que ça va plus à l'essentiel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cannibal Corpse
Death Metal
2021 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  6.9/10
Webzines : (10)  8.56/10

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Necrogenic Resurrection
Necrogenic Resurrection
Cannibal Corpse

Extrait de "Violence Unimagined"
  
Inhumane Harvest
Inhumane Harvest
Cannibal Corpse

Extrait de "Violence Unimagined"
  

tracklist
01.   Murderous Rampage  (04:07)
02.   Necrogenic Resurrection  (03:06)
03.   Inhumane Harvest  (04:32)
04.   Condemnation Contagion  (04:17)
05.   Surround, Kill, Devour  (04:10)
06.   Ritual Annihilation  (03:48)
07.   Follow The Blood  (04:39)
08.   Bound And Burned  (04:04)
09.   Slowly Sawn  (03:30)
10.   Overtorture  (02:28)
11.   Cerements Of The Flayed  (04:07)

Durée : 42:48

line up
parution
16 Avril 2021

voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated

1992 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Gore Obsessed

2002 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Red Before Black

2017 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Gallery Of Suicide

1998 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Kill

2006 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Sinister
Sinister
Syncretism

2017 - Massacre Records
  
Burial Invocation
Burial Invocation
Abiogenesis

2018 - Dark Descent Records
  
Dormant Ordeal
Dormant Ordeal
It Rains, It Pours

2013 - Autoproduction
  
Kataklysm
Kataklysm
Prevail

2008 - Nuclear Blast Records
  
Skinfather
Skinfather
Succession / Possession (EP)

2013 - Life And Death Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique