chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Saille - V

Chronique

Saille V
Et voici le nouvel album des Belges de SAILLE. Et ils sont gentils, ils avouent d’eux-mêmes dans le titre la note qui lui convient : 5/10 ! V, en chiffre romain. Non… c’est plutôt parce que c’est leur cinquième opus ? Ah oui ! 4 ans après Gnosis qui, lui, avait mérité un peu plus avec un 6.5. En fait, moi, c’est le troisième, Eldritch, qui m’avait le plus intéressé jusqu’à maintenant, arrivant à obtenir un 8/10. La note continue donc de dégringoler avec ces 8 compositions, et pourtant c’est un album très bien construit ! Seulement voilà, une raison toute simple explique l’injustice : le groupe a encore plus plongé dans le death que par le passé. (Et tu sais que je n’aime pas ça, chuuuuuut.)

Alors attention, je crois que tout le monde a déjà eu droit à mon couplet sur ce que reflète une note, mais il est toujours bon de le rappeler. Si le contenu de la chro est destiné à expliquer ce que contient un album, la note est une touche subjective et absolument pas « artistique ». Il arrive donc qu’un très bon travail soit honteusement déprécié alors qu’il aurait pu bénéficier de points supplémentaires s’il avait été mis dans les mains de quelqu’un d’autre. C’est exactement ce qui s’est produit ici. J’ai passé des moments douloureux tout simplement parce qu’il fallait que je fasse abstraction de mon allergie au death. J’ai eu de grosses plaques rouges qui ont poussé sur tout mon corps, j’ai toussé, j’ai éternué, j’ai tremblé, j’ai même du pus qui est sorti abondamment de mes oreilles… Cela a été terrible durant 46 minutes, ou presque. « Ou presque » parce que le groupe a tout de même conservé une petite attirance pour le black sympho de sa jeunesse et décide par moments de le remettre à l’honneur. Le titre « Charnel Chamber » par exemple a été un oasis dans cette mer de… mer de… mer de death.! La deuxième partie de « Loathsome Legacy » n’était pas trop mauvaise non plus même si elle aussi était entourée de passages death dégueulasses jusque dans les vocaux growlés. Quelques autres moments tendent plus vers le black, comme morceau qui clôt l’album, « Mirror Motions », qui est en fait un bonus tiré de l’EP sorti en digital en 2020.

Alors je n’accroche pas à l’orientation, et c’est fatal. Cela n’empêche pas le groupe d’être toujours aussi travailleur, inspiré, doué. Et il y a sans aucun doute un public sensible à tout cela, mais Sakrifiss n’en fait pas partie. Il aurait alors pu passer son chemin, et laisser un autre chroniqueur s’en charger, mais il a ressenti le besoin de parler quand même de V, pour prévenir les gens qui avaient été comme lui amateurs des anciennes compos du groupe. Le 5/10 est donc sévère et c’est bien l’injustice que je dénonçais plus haut, mais je sais pertinemment que je ne reviendrai pas de sitôt réécouter l’album. C’est donc sûrement le meilleur album de ma discographie ne valant que 5/10…

Ah, et sinon, le visuel de la pochette a été réalisé par un Français, encore ! Vincent Fouquet, qui comme moi aurait préféré que son travail soit un peu moins retouché… C'est bien, mais l'original était encore plus percutant ! Vous pouvez le suivre sur Facebook entre autre en cherchant Above Chaos.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Saille
Death Black Metal
2021 - Black Lion Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7/10

plus d'infos sur
Saille
Saille
Death Black Metal - 2009 - Belgique
  

vidéos
Baleful Beauty
Baleful Beauty
Saille

Extrait de "V"
  

tracklist
01.   Suffering Sanctuary (Parts 1, 2, 3)
02.   Fetid Flesh
03.   Charnel Chamber
04.   Loathsome Legacy
05.   Empty Expanse
06.   Baleful Beauty
07.   Terror Tapestry
08.   Mirror Motions

Durée : 46:09

parution
9 Avril 2021

voir aussi
Saille
Saille
Eldritch

2014 - Code666
  
Saille
Saille
Ritu

2013 - Code666
  
Saille
Saille
Gnosis

2017 - Code666
  

Essayez plutôt
Necrophobic
Necrophobic
The Nocturnal Silence

1993 - Hammerheart Records
  
Arkhon Infaustus
Arkhon Infaustus
Filth Catalyst

2003 - Osmose Productions
  
Infernaeon
Infernaeon
A Symphony Of Suffering

2007 - Prosthetic Records
  
Suffering Hour
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning

2021 - Profound Lore Records
  
Possession / Venefixion
Possession / Venefixion
Passio Christi Part II / Necrophagous Abandon (Split-CD)

2019 - Iron Bonehead Productions
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique