chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "

Interview

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh " Entretien avec Xavier Chautard (Batterie) (2019)
Salut et merci de m’accorder un peu de temps pour répondre à ces quelques questions, tout d’abord pouvez-vous me rappeler l’histoire du groupe pour ceux qui ne vous connaissent pas encore.

Formé en 1996, nous sommes un combo lyonnais de Brutal-Death Mélodique qui a évolué ces derniers temps plus vers un style Black-Death. Nous en sommes désormais à 2 EP et 3 LP dont notre dernier méfait qui vient de sortir chez Adipocère Records et qui s’intitule « From The Abyss… To the Flesh »

Vous avez connu il y’a quelques mois un changement de personnel (une première pour le groupe) avec le départ de votre bassiste Thibault Fontaine, que s’est-il passé ? Comment avez-vous recruté son remplaçant (Adrien Desmonceaux) ?

Le line up a changé il y a désormais un an et demi. Le manque de motivation et la lassitude de Thibault l’ont contraint à quitter le groupe. Il a tout de suite été remplacé par Adrien ami de longue date avec qui j’avais enregistré l’album de NERAEON. Le choix était assez simple, il a fait ses preuves dès l’intégration au sein d’HYSTERIA. Il nous a apporté énormément aussi bien au niveau du jeu que par son implication et sa motivation.

Ce qui m’a d’ailleurs marqué chez lui en écoutant ces nouveaux morceaux c’est qu’il possède le même style que son prédécesseur au niveau du jeu, tout comme au niveau des voix. C’était un choix délibéré de conserver cela ?

Je ne suis pas d’accord avec toi, désolé. Son jeu est totalement différent de celui de Thibault. D’autre part Thibault n’a jamais chanté sur HYSTERIA en studio, il ne faisait que les backings vocals en live. Sylvain a laissé énormément de place sur les 3 titres de « From The Abyss… To The Flesh » à Adrien et cela a été plus que bénéfique. La suite est plus que prometteuse et on a hâte…

Venons-en à cet Ep, j’ai eu l’impression d’entendre la suite de votre excellent dernier opus que ce soit au niveau des arrangements comme de la production. Ces morceaux avaient-ils été écrits à l’occasion de cet album ou uniquement pour ce court-format ?

Tout à fait d’accord avec toi, c’est une suite logique à son prédécesseur. La production a été géré encore une fois pour la partie nouvelles compos’ par Vince comme d’hab. La partie live en toute logique par Cédric Lergès du studio Laforge qui nous avait sonorisé au Sylak. La prod’ est quand même bien différente, on a essayé des trucs avec Vince qui rendent l’opus bien plus organique que son prédécesseur. En ce qui concerne les compos, le contenu est plus Black, plus ambiant, on évolue, on ne stagne pas. On se surprend dès fois à ce dire que ce que l’on a fait par le passé est vraiment différent. L’essentiel est de se faire plaisir, d’avoir une bonne osmose. Rien n’est réfléchi, tout est instinctif, que demander de plus…

Si la mélodie a toujours été présente chez vous, à l’instar du précédent album vous avez laissé plus de place à des passages éthérés et ambiants, tout en confortant cette technique imposante mais fluide. Visiblement cette orientation nouvelle semble vous convenir, va-t-elle continuer dans le futur ?

Oui c’est sûr, on va essayer de garder la même orientation musicale sans pour autant renier nos origines qui font notre originalité. Le futur album sera je pense une suite logique aux 3 nouveaux proposés sur « From The Abyss… To The Flesh ».

Une fois encore Sylvain s’est surpassé au niveau de son chant, il s’améliore d’ailleurs à chaque sortie, car je trouve que ses mots sont audibles et non pas hachés comme c’est souvent le cas dans le Death, je pense que vous confirmerez !

Oh que oui ! Sylvain et Adrien ont énormément bossé avec des délais plus que courts. Le clivage voix Death/Black fonctionne à merveille. Ils sont vraiment efficaces si bien dans la préparation post studio que lors du recording des prises.

Vous avez joint en plus des inédits trois titres extraits de votre passage au Sylak Festival en 2015, que retenez-vous de cette prestation devant autant de monde ?

Une tuerie ! Chez nous, devant notre public, nos potes, avec KATAKLYSM, KRISIUN, DARK TRANQUILLITY des groupes qui nous ont énormément influencés à nos débuts. What else !

Ce qui m’a étonné également c’est de le voir sortir par votre label d’origine Adipocère, qui pour l’occasion a repris ses activités de label musical. Comment cela s’est-il passé ? Vous étiez toujours en contact avec l’historique Christian Bivel ?

Ça s’est passé naturellement comme depuis 20 ans avec Christian d’Adipocère. C’est un pote, on s’entraide, on s’apprécie. Il nous a apporté énormément par le passé et nous a choisis pour son come-back. C’est un honneur et nous en sommes fier.

Un prochain opus est-il déjà prévu ou en cours d’écriture ?

Quelques parties sont écrites, la suite va venir. On va déjà promouvoir cet EP comme il se doit car les délais étaient super serrés et de ce fait on a un peu bâclé la promo. On s’est concentré sur notre concert anniversaire 20 ans pour avoir tout en temps et en heure. Des dates se profilent, on va en profiter, on a encore rajouté de nouveaux morceaux à notre setlist depuis. On est motivé plus que jamais. On veut se faire plaisir et passer du bon temps.

Cela fait vingt que vous avez démarré, j’imagine que le milieu Metal a évolué depuis, quels sont pour vous les principaux changements ?

Il est vraiment compliqué de trouver des plans concerts. La concurrence est rude. On y travaille, on est bien entouré, on espère que cela va aboutir à quelques dates bien sympathiques. On croise les doigts.

Avec le recul quels sont les meilleurs souvenirs au sein d’HYSTERIA ? Y’a-t-il eu lieu des lieux, rencontres, concerts … qui vous ont marqué plus que d’autres ?

Le Sylak Open Air en 2015 et le Ragnard Rock festival restent pour nous de supers souvenirs car les scènes Open Air offrent des conditions optimums et cela te permet de jouer devant plus de personnes que d’habitude. Notre concert anniversaire aussi était vraiment cool, on a pris notre pied d’ailleurs tout a été immortalisé et le live complet est disponible sur Youtube. On aimerait bien en faire plus souvent ! J’espère que cela va pouvoir se concrétiser très vite, on a un EP à promouvoir et à défendre sur les planches.

Y’aura-t-il des concerts sur Paris et en province pour promouvoir cet EP ?

Pour l’instant rien de concret mais on y travaille. Si tu as un tuyau on est preneur !

A titre personnel je me rappelle vous avoir découvert à l’époque sur le fameux sampler de Metallian (lors de la sortie de « Haunted By Words Of Gods »), les retombées ont-elles été nombreuses suite à cette mise en avant ?

Je ne m’en souviens plus ! Mdr ! Mais ce qui est sûr c’est qu’à l’époque on amortissait plus rapidement notre investissement et les dates tombaient sans que l’on aille les chercher. Moins de concurrence et surtout moins de réseaux sociaux, moins de festivals. Les gens se bougeaient le cul même au fin fond du monde pour venir voir et soutenir des groupes underground car les dates étaient rares. Mais ça c’était avant ! Maintenant il faut t’adapter car le monde bouge vite et il faut être réactif autrement tu es vite has-been.

Comme d’autres formations par le passé vous avez sorti l’an dernier votre propre bière (la « Blasphemous »), pourquoi ce choix et qu’est-ce qui vous a motivé dans cette aventure ?

Tout simplement car Christian Bivel d’Adipocère est notre pote depuis près de 20 ans et que quand il a trouvé ce filon on s’est dit pourquoi pas nous ?!

On dit que la scène Metal française est parmi une des plus intéressantes actuellement, tu es de cet avis ? Y’a-t-il des combos hexagonaux dont vous êtes fans ?

Intéressante et aussi polluante et malsaine. Cela fait plus de 20 ans que je roule ma bosse dans ce milieu et comme tout microcosme il y a toujours des histoires, des embrouilles, des gens qui pissent plus haut que leur cul car ils viennent de signer chez tel ou tel label… Bref je te passe les détails. Nous on préfère les rencontres vraies, les gens sincères, le partage… On ne néglige pas le côté business mais on ne veut pas être la vache à lait d’un label qui sort juste ton cd pour faire du fric. Autrement pour les combos je pense tout de suite à SVART CROWN, HYRGAL, ARKHON INFAUSTUS, DILUVIAN, CAÏNAN DAWN, ALLOBROGIA, BLISS OF FLESH, REGARDE LES HOMMES TOMBER… voilà ce qui me vient à l’esprit instinctivement.

Tu es depuis peu le batteur d’AORLHAC, comment cela s’est-il fait ? Tu es membre à plein-temps ou juste de session ?

Un pote m’a identifié sur la publication Facebook d’AORLHAC lorsqu’ils cherchaient un batteur de session pour le Festival des Acteurs de l’Ombre à Nantes. Au début j’ai refusé car je jouais déjà dans 3 groupes (HYSTERIA, HIMINBJORG et DEADLY SINS). NKS le guitariste m’a contacté en privé, j’ai testé 2 zics qu’il m’avait envoyé et ça l’a fait, c’était dans mes cordes. J’ai donc accepté ce challenge. Leur relation n’était pas top avec leur batteur donc ils m’ont proposé par la suite de prendre le poste de batteur permanent. A ce moment-là l’aventure HIMINBJORG se terminait aussi donc ça tombait à pic. Je me souviens que Spellbound le chanteur m’a appelé pour me l’annoncer de vive voix et j’ai tout de suite accepté. Je lendemain il me rappelait pour me dire que l’on jouait au Hellfest, je suis resté sur le cul !

Qu’est-ce qui change dans ta façon de jouer pour les deux groupes ?

Mon jeu est mon jeu, je suis un cogneur, un bourrin ! Je fais carrément plus de blast dans HYSTERIA, plus de double GC, c’est plus rapide qu’AORLHAC. Mon jeu n’a rien à voir avec le jeu de l’ancien batteur d’AORLHAC que je trouve super soit dit en passant. Fluide, groove tout l’inverse de moi. Je ne dénaturalise pas les morceaux que je reprends, je les interprète à ma sauce tout en gardant la ligne directrice.

A titre personnel quels sont les batteurs quel que soit le style pratiqué qui t’ont influencé ?

Déjà direct en France le batteur que j’adore c’est Nicolas Ranko Muller de SVART CROWN. C’est un cogneur fluide, c’est exactement le niveau que j’aimerais avoir. Je l’ai croisé au Hellfest cette année et je ne me suis pas caché de lui dire ! Autrement les batteurs qui m’ont influencé : Pete Sandoval (MORBID ANGEL), Inferno (BEHEMOTH), Lars Ulrich (METALLICA), Igor Cavalera (SEPULTURA), Dave Lombardo (SLAYER). C’est déjà pas mal !

Lors d’une précédente interview tu me disais que le côté business du Hellfest te dérangeait un peu, tu es toujours de cet avis ? tu continues d’y aller avec tes confrères malgré les réserves ?

On y va tous ensemble car c’est le seul moment où on peut faire la bringue et se retrouver dans un festival Metal. Autrement on est vacances en famille… On le fait depuis maintenant plus de 10 ans. On s’en fout du coté business. Et puis s’il n’y a pas de business il n’y a pas de Hellfest donc arrêtons un peu de cracher dans la soupe. J’ai eu la chance d’y jouer cette année avec AORLHAC et l’envers du décor et d’autant plus impressionnant. Les gens sont zen sur les plateaux, rassurant et c’est une expérience je ne sais pas te dire pourquoi qui restera à jamais gravé en nos mémoires, c’était intense.
Par contre j’ai trouvé une baisse significative de l’affluence sur les Temple et Altar. J’espère juste que le Hellfest ne va pas se transformer en Wacken bis et que le Metal extrême aura toujours sa place dans ce fest’.

Avec quel combo aurais-tu rêver de jouer ?

Aucun ! J’ai toujours peur d’être déçu par les zicos comme j’ai pu l’être quelque fois par le passé. Je préfère faire des plateaux avec des groupes de potes avec qui on va bien se marrer et bien faire la fiesta.

C’est l’heure de se quitter je te laisse le mot de la fin …

Merci à toi pour cette interview, merci aux lecteurs, merci aux fans. Allez jeter une oreille sur notre dernier méfait, il est dispo sur toutes les plateformes Spotify, Deezer… et continuez à nous supporter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Hysteria
Hysteria
Death Metal - 1996 - France
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique