chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
90 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tan Kozh - Les anciens feux

Interview

Tan Kozh - Les anciens feux Entretien avec Sven (chant) (2020)
Interview Tan Kozh (avec Sven Vinat)
Par Charon Del Hadès


Sans être exagérément chauvin, force est de reconnaitre que notre belle Bretagne regorge de formations aussi talentueuses que variées.
Ce n’est pas Sven, chanteur du groupe de black Tan Kozh qui me contredira.
Entretien à la lueur des feux de nos anciens…


1 - Salut Sven ! Comment vas-tu ?
Quel est ton ressenti, quelques semaines après votre participation à cette énorme soirée black au Jardin Moderne ?

Salut Charon ! Et bien ça va malgré les actualités mouvementées, je suis très content de répondre à ton invitation car pour informer le lecteur, c'est à un vieil ami que je réponds aujourd'hui !
Cette date à Rennes était très particulière car c'était la réunion d'une poignée de groupe qui se connaissent tous de près ou de loin. De plus la soirée a bien marché, les gens sont venu en masse et c'était un plaisir d’enchaîner après Smerter et de voir autant de monde déjà présent, et de voir notre prestation sublimée par le travail de Nerik, notre ingé son qui a posé la cerise sur le gâteau. C'était aussi l'occasion pour moi de tester un artefact que j'ai ramené pour la première fois sur scène, ce penn baz sur lequel j'ai ficelé un micro et auquel j'ai attaché plusieurs bibelots qui ont pour certains une importance toute particulière à mes yeux, notamment la dernière tresse de mon père qui n'est plus des nôtres... Mais grâce à cet objet je peux le sentir à mes cotés quand l'osmose du son et de l'ambiance scénique libère suffisamment d'endorphine pour faire voyager l’esprit, c'est un grand soutien pour moi.

2 - Vous sembliez attendus. En tout cas, la salle était vraiment bien remplie !

On a eu beaucoup de très bons retours, c'était très réconfortant car nous n'avons eu que trop peu d'occasions de jouer en live et je pense que nous avons pu accuser une bonne osmose sur cette date.

3 - Toi-même, y a-t-il des groupes que tu attendais ?

Oh que oui, malheureusement je n'ai pas pu voir tout le monde ou pas très longtemps, nous avions l'avantage de jouer tôt avec Tan Kozh et de pouvoir voir les autres groupes mais pour Yamnah et moi c'était plutôt l'échauffement avant le set de Belenos qui suivait plus tard dans la soirée. Celà dit j'ai quand même été très content de pouvoir voir une petite partie de quasiment tous les groupes, très content de revoir le black efficace de Ende, l'ambiance folle du set des Chants de Nihil et évidemment scotché par la technique de Merrimack.

4 - Pourrais-tu faire un historique du combo pour ceux de nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Hehe la version courte ou la version longue ? La version courte c'est que les membres du groupes sont tous des amis de longue date et qu'on a toujours plus ou moins gravité autour des mêmes formations musicales ou groupes d'amis. La version longue c'est que je connais Yamnah et Barved depuis l'enfance et que nous avons toujours eu l'envie de faire de la musique d'une façon ou d'une autre et dans divers projets, ensuite est venu AntiCorpse que l’on a formé très jeune avec Félix Flin (gérant de MetalCorp) auquel s’est ajouté Yamnah à la basse et dans lequel Barved a aussi fait une apparition pour du live. Nous avons donc vécu beaucoup de moments forts dans ce groupe (surtout avec Yamnah donc) et c’est naturellement qu’au moment de monter le projet Tan Kozh, il s’est imposé comme une pièce importante à mes yeux, pour m'aider dans la création du background, des paroles et dans le choix des directions que le groupe prend. Il m’a aussi suivi dans le choix des membres par la suite, Barved et Introspect étaient déjà dans ma « «liste d’envies ». Pour Decay c’est Yamnah qui m’a convaincu de lui proposer de passer à la batterie, je savais qu’il aurait le niveau car il m’a déjà prouvé amplement sa valeur sur les lives de Malysteria (groupe de Yamnah dans lequel Decay tenait la drum et où j’ai opéré à la basse en live). Aujourd’hui je pense que je ne pouvais pas rêver meilleur line up, on s’entend tous très bien, on est avant tout des amis et sur scène la sauce prend vraiment comme je pouvais l’imaginer donc que demander de plus !?

5 - Tu as été chanteur/guitariste d’Anticorpse entre 2007 et 2015.
Le fait que le groupe se soit séparé peu de temps après votre prestation au Motocultor était-il lié à ton souhait de te consacrer uniquement au black ?

Non du tout, dans AntiCorpse je trouvais déjà la place de mettre mes idées d’inspirations black metal, disons que c’est plutôt suite à cette séparation que je me suis trouvé à me plonger de plus en plus dans ce style de par mes écoutes personnelles, et aussi du fait que peu de temps avant le split d’AntiCorpse j’ai rejoint Himinbjorg, ce qui a clairement joué sur mes influences durant cette période et dans mes compos par la suite.


6 - J’ai cru entendre dire que tu as même proposé tes services au sein d’Incipient Chaos (oui oui j’ai mes sources !). Par contre, je crois savoir que tu ne fais plus partie de Malysteria ?

Ha bah voilà ça c’est du journalisme de terrain hehe !
C’est vrai que c’est en discussion pour le moment car j’avoue ne plus avoir beaucoup de temps libre entre Tan Kozh, Belenos, Mohrkvlth et les petits trucs perso que j’ai mis de coté depuis quelque temps c’est difficile de trouver de la place même si cette proposition pour Incipient Chaos m’intéresse beaucoup (nouveau style et un peu par challenge personnel), affaire à suivre donc. Malysteria est un projet très nébuleux qui a dû faire sans moi pour une date sur paris effectivement, disons que le projet est en stand-by depuis 2014, à l'exception d'un concert à Paris pour le T.H Fest organisé par une amie.

7 - Vous ne donnez pas des tonnes de concerts, mais vous semblez favoriser la qualité à la quantité. Etes-vous donc si sélectifs au niveau des propositions ?

Sélectifs, non mais c’est vrai que nous ne pouvons pas toujours assurer du fait que chacun dans le groupe ait une vie assez remplie et d’autres projets musicaux qui font que nous devons faire des choix. Nous avons eu la chance pour le moment de n’avoir que des propositions de dates intéressantes même si nous ne pouvions pas toutes les assurer. Aujourd’hui le pays est en pause et les dates aussi, j’espère juste que nous pourrons trouver moyen de remettre les dates de début avril et début mai à plus tard car ces deux dates donnaient vraiment envie d’y être...

8 - D’ailleurs, je sais que vous vous produisez au mois de mai en compagnie d’Aorlhac, Fallakr et Seide. Encore une sacrée date (du moins si elle est maintenue à cause des évènements actuels !).

Je pense avoir tristement répondu à cette question ci dessus… la date n’est pas encore annulée mais les prévisions de confinement sentent très mauvais.

9 - Revenons si tu le veux bien à « Lignages oubliés », votre premier album.
Je l’ai trouvé très bon, abreuvé de culture païenne, et mystique, tout autant que brutal et épique.
Je connais ton engagement au sein de Belenos, qui reprend beaucoup de ces codes.
Mais, cela peut aussi faire penser à tous ces groupes de « Metal Noir » québécois. La musique que vous proposez trouve-t-elle des racines communes à ces combos ?

L’influence de Belenos est indéniable, c’est un groupe que j’écoutais avant même que Yamnah n’y soit bassiste, j’ai dévoré « Chemins de Souffrance » et « Chant de Bataille » donc c’est inévitable de sentir cette influence dans Tan Kozh. Himinbjorg a été aussi une grande influence comme je te le disais plus haut. Pour ce qui est de cette influence québécoise je dois dire que je n’ai découvert que tard le black froid de ces contrées avec des groupes comme Monarque ou Délétère, grâce à mon rapprochement avec Möhrkvlth et surtout avec Grégory Person (aka Vox_T) qui avait déjà des contacts avec ces groupes, j’ai d’ailleurs pu les rencontrer lors d’un concert privé organisé par Vox_T lui même !

10 - Le titre de l’album semble faire allusion à toutes ces croyances perdues, ce paganisme lointain et presque légendaire (comme d’ailleurs laissent penser certains textes).
Je sais qu’ils ont été en très grande partie écrit par Yohann (pardon : Yamnah).
Pourquoi ? Ne t’en sentais-tu pas capable ?
Et quid de cette adaptation d’Ecce Homo ?

Pas capable, je n’irai pas jusque là, c’est un exercice auquel je me suis adonné avec AntiCorpse, mais on y sentait déjà une grande maladresse et puis j’y utilise beaucoup de facilités. Pour Tan Kozh j’avais cette opportunité face à moi en la personne de Yamnah dont la plume m’a toujours fasciné, en toute logique je n’ai pas hésité longtemps avant de lui proposer de s’en occuper. Quant à Ecce Homo je ne suis donc pas le mieux placé pour te répondre mais pour moi c’est un texte qui a tout à fait sa place sur le fil rouge de cet album, les lignages sont oubliés mais les moralités et les conclusions à tirer des vieilles histoires, sur d’anciens dieux desquels les noms se sont mêlés à travers les peuples, on sut traverser les ages en évoluant avec l’homme.

11 - Artwork crée par Vincent Fouquet, logo du groupe par Christophe Szpajdel, calligraphe attitré…
On peut dire que vous avez mis les petits plats dans les grands pour ce premier jet !

Pour dire vrai, Vincent est une vieille connaissance, on avait d’abord fait appel à lui pour la pochette de l’album « The Great Fall of Humanity » avec AntiCorpse et depuis nous somme restés en contact, mais effectivement dans une idée de faire les choses au mieux pour la première sortie de Tan Kozh c’était logique de faire appel à lui à nouveau. J’ai connu le nom de Christophe à travers Zahaah et Himinbjorg pour qui il a aussi produit le logo, j’ai découvert son travail puis je suis rentré en contact avec lui pour le féliciter et lui confier mon admiration pour son art... Au fil des conversations c’est lui-même qui m’a demandé si Tan Kozh avait déjà un logo, tu imagines bien mon enthousiasme à lui dire que non ! J’ai aussi demandé à Charles Boisart, le calligraphe (Le Scriptorium de Cassiodore), après avoir découvert son art par hasard et après avoir très vite sympathisé. Quant aux clichés qui sont en fonds dans le livret, j’ai piqué dans les albums de Sylvain Clapot, que j’ai rencontré plusieurs fois via Himinbjorg, un photographe talentueux dans plusieurs domaines, encore quelqu’un dont je suis très admiratif et pour résumer je pense que c’est le mot commun pour le choix de ses différents acteurs, ce ne sont que des artistes qui me parlent à travers leurs travaux et à qui j’étais capable de donner toute confiance pour ajouter de nouvelles facettes artistiques à cet album tout en représentant ce qu’il cherche à dire.

12 - Pour le reste, tu as presque tout fait tout seul (bravo pour le son, clair et puissant !).
Combien de temps t’a pris la réalisation de l’ensemble du travail ?

Merci beaucoup ! Ce fut un processus étalé sur plusieurs années au final puisque la composition s’est faite dans un contexte de préproduction où j’ai pu tester beaucoup de choses au niveau du mixage mais pour lequel j’ai pris pas mal de temps. Ces pistes ont servi de pistes témoins pour que Decay enregistre les parties de drum dans son home studio puis nous sommes reparti de zéro sur cette base pour les guitares, pour la basse et pour le chant, cette étape n’a pas pris beaucoup de temps puisque les tabs étaient déjà connues de Yamnah, à qui j’ai confié le réenregistrement de quasi la moitié des parties guitares, et d' Introspect qui avait déjà eu le temps de peaufiner ses riffs de basse fretless. L’ensemble de ces étapes représente environ 3 ou 4 ans mais l’aspect réenregistrement+mixage+mastering final n’a donc pas pris tellement de temps puisque le terrain était déjà prêt. Introspect m’a un peu aidé/conseillé d’ailleurs pour le mixage et le mastering final.

13 - Peut-on considérer que Tan Kozh, et à plus forte raison son album, soit un « concept » autour de toutes ces légendes et traditions ?
Les prochaines sorties feront-elles appel à ces thèmes ?
Une suite est-elle d’ores et déjà en préparation ?

On peut dire ça oui, en un sens c’est une représentation de ce qui nous habite tous mais que nous ignorons plus ou moins dans un monde qui n’est plus connecté à ces choses là mais qui sont pourtant vitales pour l’équilibre de l’esprit et par conséquent du corps. Les légendes et les traditions m’ont toujours fasciné mais quand j’ai eu la maturité (et l’aide de Yamnah) pour analyser ces textes et comprendre l’effet qu’ils peuvent avoir sur les personnes qui les lisent ou les entendent, j’ai compris que c’était plus important que de simples histoires, ce sont des phrases qui mènent à se poser des questions importantes sur le monde qui nous entoure et sur soi même, sa façon de vivre et de regarder les choses, parfois même à se tourner vers un monde plus proche de la réalité que ne peut l’être notre société moderne, un monde remplit d’images, de sons et d’odeurs magnifiques et captivant(e)s ! Quel meilleur sujet pour un album ?!
Pour la suite le thème sera différent mais restera la suite de cette réflexion, peut-être d’un point de vue plus large pour aborder plus de nouveaux sujets.
Oui la suite est déjà en composition, d’ailleurs au moment où je t’écris je suis entre deux sessions de compositions mais encore une fois je voudrais prendre le temps de le faire bien, ce qui ne veut pas certainement pas dire qu’il prendra trois ou quatre ans ! Les conditions sont différentes aujourd’hui et la composition va déjà plus vite que pour « Lignages Oubliés ».

14 - En tant que maitre d’œuvre, je te laisse conclure en nous donnant une indication sur vos projets futurs de Tan Kozh.

Pour le moment le groupe va se concentrer sur la promotion de ce premier opus, le confinement nous met un peu en pause sur l’aspect concert et vente directe mais il reste les plateformes internet, un nouvel article devrait d’ailleurs être bientôt disponible sur le shop d' Antiq ainsi que sur notre page FB en plus du CD physique ou démat’ et du t-shirt !

Merci à toi Sven, et beaucoup de réussite pour ce groupe qui mérite de se faire connaitre à une bien plus grande échelle !

Merci beaucoup pour ton invitation, j’ai été très heureux de répondre à tes questions. J’en profite pour saluer et féliciter toute l’équipe de Thrashocore !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Tan Kozh
Tan Kozh
Black metal - 2015 - France
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique