chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
171 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

CARNIFEX

Interview

CARNIFEX Entretien avec Scott Ian Lewis (chant) (2024)
Le gang de San Jose joue à Paris dans le cadre de la tournée européenne promotionnelle de son dernier album « Necromanteum » (voir le live report). Allons questionner Scott, le chanteur/frontman/manageur, afin d’en savoir plus sur ce groupe emblématique de la scène Blackened Deathcore.

1/ « Carnifex » signifie le « bourreau » en latin et c’était le surnom du général romain Pompey Strabo. Comment ce nom avait-il été choisi ?

Quand nous avons choisi notre nom en 2005, je me souviens que les groupes de Metalcore étaient très populaires à l'époque. Et ils avaient tous des noms très longs, alors nous avons décidé que nous voulions que le nom de notre groupe soit juste un mot, et quand nous avons découvert que « carnifex » signifiait « bourreau », nous avons pensé que c'était un bon nom pour un groupe de Metal.

2/ Qu’est-ce que vous écoutiez à la formation du groupe en 2005 ? Est-ce qu’il y avait du Slam Death ? Aussi du Hardcore (le titre « Dead Against the Gates » sonne un peu Hardcore par moments) ?

Je dirais que c'était une combinaison de CANNIBAL CORPSE, THE BLACK DAHLIA MURDER et BLEEDING THROUGH. Aussi, un peu de DYING FETUS, c'est probablement le seul groupe qui possède des sonorités un peu Slam dans la liste. Aussi, un peu de CATTLE DECAPITATION. J'écoutais MORTICIAN et des trucs comme ça, mais je ne sais pas si ça a été une influence. Je dirais BLEEDING THROUGH pour le Hardcore/Metalcore. Peut-être un peu de HATEBREED aussi.

3/ Certaines chroniques à l’époque n’étaient pas très tendres et tendaient à reprocher que votre Deathcore sonnait juste comme JOB FOR A COWBOY or SUICIDE SILENCE. Est-ce que ça vous avait affecté à ce moment-là ?

Pas vraiment, non. Tout le monde critiquait le Deathcore – sauf les fans – et était très négatif sur les sorties dans ce genre, donc c'était normal pour nous. Même récemment en 2019, nous recevions encore des critiques négatives juste parce que c'était du Deathcore. Ce n'est que depuis trois ans que la tendance a changé, et l'industrie aime maintenant le Deathcore. Mais c'est juste parce qu'ils voient de l'argent. Avant, ils détestaient. Maintenant, ils aiment ça parce qu'ils peuvent se faire du fric.

4/ Si on vous avait dit en 2005 que quelques années plus tard, votre son incorporerait des solos, de la guitare acoustique et des éléments symphoniques, comment auriez-vous réagi ?

Je n’aurais pas été trop surpris. J'ai toujours été fan de DIMMU BORGIR et de CRADLE OF FILTH, et ces influences vont donc plutôt de soi.

5/ Est-ce que le titre de la chanson « Death Awaits » de 2006 était un clin d’œil à « Hell Awaits » de SLAYER ?

Non, aucun rapport, j'ai juste pensé que ça sonnait cool. Je n'écoutais pas vraiment SLAYER.

6/ Il y a du pig squeal (cris de cochon) sur « Hope Dies With The Decadent » (version de l’EP « Love Lies In Ashes ») ; est-ce qu’on aura le plaisir d’en réentendre un jour ?

Il ne faut jamais dire jamais mais je ne pense pas. On ne sait jamais, peut-être.

7/ La version française de Wikipedia affirme que la moitié du groupe était sans abri en décembre 2007/janvier 2008 pendant l’écriture de votre 2ème album. Cette information n’est pas dans la version anglaise alors je voulais vous demander confirmation.

C'est partiellement vrai. Mais je pense que le terme « sans abri » évoque l'idée que vous vivez sur le trottoir, ce qui n'est pas exact. Cependant, nous étions tous en tournée à ce moment-là et nous vivions tous au même endroit parce que nous n'avions nulle part ailleurs où aller. Donc je ne sais pas, je suppose que cela est partiellement vrai.

8/ Quel est votre niveau de vie maintenant ?

Bien meilleur.

9/ Tu as été chanteur (et batteur ?) du groupe de Black Metal chrétien SYLVAN FORTRESS en 2001-2002. Et Shawn y aurait été plusieurs années à partir de 2016. Mais dans une interview que tu as donnée il y a 3 ans, tu expliquais que CARNIFEX n’est pas un groupe sataniste car vous ne croyez ni en satan ni en dieu… Comment être dans un groupe chrétien sans croire en dieu ?

Oui, j’ai été brièvement dans ce groupe. C'était celui d'un autre gars. Nous avons joué ensemble, ouais. J'y ai aussi joué de la batterie pendant un petit moment. J'étais dans ce groupe parce qu'il n'y avait pas d'autres musiciens avec qui jouer. Quant à la participation de Shawn, je ne pense pas que ce soit exact.

10/ Tu ajoutais que vous étiez nihilistes. Quelle en est votre définition ?

Le vrai nihilisme, c'est croire que le bien n’existe pas dans notre monde. Je ne crois pas nécessairement qu'il n'y ait pas de bien dans le monde, mais je pense qu'il y a beaucoup d'existences ambiguës et que différentes cultures vont y associer le bien ou le mal. Et c'est vraiment passionnant de voir cela sous différents angles.

11/ Est-ce pour cela qu’on voit un crâne sur la plupart de vos pochettes d’album ? Pour rappeler la mort et l’absence de sens à la vie ?

Il y a probablement un peu de memento mori (NDT : « Souviens-toi que tu vas mourir ») là-dedans, c'est sûr.
Nous aimons le style moderne de l'artiste appelé « Godmachine », dont la plupart des œuvres sont des crânes. Il n'y a pas de crâne sur les pochettes de « Hell Chose Me » et « World War X », mais pour les autres albums, je pense que les pochettes sont de lui.

12/ Sur vos premières productions, les paroles traitaient de ruptures amoureuses et de dégoût de la vie (voir la chronique de « Dead In My Arms »). Quelles sont maintenant vos principales thématiques en plus de ce qui est purement nihilisme ?

Ce n'est pas du pur nihilisme, mais sur les enregistrements les plus récents, nous abordons davantage la dualité de la vie, c’est-à-dire les bonnes choses et les mauvaises choses se produisant simultanément. Et on parle de la façon dont la condition humaine répond à cela. Comment on réagit aux aspects les meilleurs et aux plus tristes en même temps.

13/ Tu ne bois pas de bière ni de soda et tu ne manges pas de fastfood. Est-ce que d’une façon ou d’une autre, ce côté straight edge impacte CARNIFEX ?

Ce n'est pas totalement exact car je bois des sodas mais c’est vrai que je ne bois pas de bière. En ce qui concerne les fastfoods, s'il n'y a pas d'autre option, tu sais, quand vous êtes en tournée, parfois il n'y a que ce genre de nourriture ouvert et à proximité. J'étais straight edge pendant longtemps, de 2005 à 2020, donc 15 ans. Nous sommes vraiment très impliqués dans notre travail, mais je ne sais pas si cela est directement lié au fait d'être straight edge, je ne pense pas.

14/ Votre évolution vers un Blackened Deathcore a été progressive et « Die Without Hope » en a vraiment été l’aboutissement, avec une forte présence de claviers symphoniques à la DIMMU BORGIR. Cet album est votre premier à être sorti chez Nuclear Blast, qui est aussi le label des Norvégiens. Est-ce qu’on peut y voir un lien ?

Je dirais que c'était plus sur « Slow Death », le suivant. Mais non, aucun rapport avec le label. C'était juste le disque qui est sorti après qu'ils nous aient signés. Ce n'était pas comme si nous avions écrit un enregistrement plus blackened parce que nous avions signé avec eux. Nous leur avions envoyé une démo, avec environ quatre chansons qui étaient sur « Die Without Hope », avant d'être signés et ils les ont aimées, donc nous avons juste poursuivi avec l’écriture du reste du disque.

15/ Une autre influence pourrait être l’implication de Shawn (batteur) dans le groupe de Metal symphonique UNICORN DEATH où il a officié entre 2012 et 2017 ?

Non, plutôt dans le sens inverse, probablement. Non, vraiment, ce n'étaient que nos anciennes influences comme je l'ai dit, comme DIMMU BORGIR, CRADLE OF FILTH, IMMORTAL, SATYRICON, des groupes comme ça. Je pense que nous voulions juste apporter ces éléments et les intégrer dans notre son. Lorsque nous avons écrit ces chansons en 2015, le Deathcore n'était pas vraiment considéré « cool », mais plutôt comme assez « ennuyeux ». Et donc, nous essayions juste de penser à de nouvelles choses que nous pouvions ajouter que personne d'autre ne faisait, et nous avons commencé à ajouter du Black Metal. Maintenant, faire du Black Metal et du Deathcore est très populaire. Mais il y a 10 ans, et même avant cela (je pense que nous avons commencé vraiment à incorporer les influences Black Metal avec l’album « Until I feel Nothing », donc en 2011), personne ne le faisait alors, on essayait juste de faire quelque chose de différent.

16/ Quelles sont vos autres influences pour les sons froids électroniques/industriels ?

J'aime certains groupes d’Industriel comme NINE INCH NAILS. Je ne sais pas si c'est de l'Industriel pour Rob Zombie mais KMFDM, RAMMSTEIN. C'est un peu comme de l'Industriel classique, je suppose, de l'Industriel grand public.

17/ Shawn s’est occupé des claviers sur plusieurs albums. Qui a pris le relai et depuis quand ?

Il en a fait certains, ouais. Et puis, nous avons engagé d'autres musiciens pour le faire. Plus récemment, nous avons eu ce gars nommé Spencer, au Canada, pour faire les claviers et la programmation. C'était sur le dernier album, « Necromanteum ».

18/ Comme vous êtes maintenant très symphoniques, envisageriez-vous de vous représenter avec un orchestre, comme l’a fait SATYRICON à l’opéra d’Oslo ?

Nous y avons pensé, mais je ne pense pas que ce soit réaliste et pour être honnête, je ne sais en plus si cela correspondrait à l’attente des fans. Peut-être, peut-être pas. Je pense en tout cas que cela fonctionne mieux pour SATYRICON que ce que cela pourrait donner pour nous.

19/ « January Nights » est un titre instrumental paisible. Ça pourrait être sympa de le jouer en concert pour faire une pause entre 2 pogos ; y avez-vous déjà pensé ?

Non, nous n'y avons pas pensé. Même si nous avons plusieurs titres instrumentaux, je ne pense pas que nous ayons déjà envisagé cela. Parce que, lorsque vous jouez en live, vous devez comprendre pourquoi le public est là. Et jouer une musique calme un peu étrange pendant 2 minutes, ça risque de tuer l'ambiance alors que nous voulons que les fans s'amusent. C'est vraiment tout notre objectif, nous assurer que les fans passent un bon moment.

20/ Il semble que le Deathcore ait été relancé par sa variante Blackened, et popularisé par des groupes comme le vôtre et comme LORNA SHORE. Comment expliquez-vous ce come-back et qu’est-ce qui vous intéresse dans cette évolution ?

Pour l'expliquer, je pense tout simplement que c'est juste de la bonne musique. Cela sonne bien. Et je pense que le Deathcore a toujours sonné bien. Mais pour une raison quelconque, peut-être parce qu'il vient de Myspace, les gens voulaient juste le détester. Donc, je pense que c'est c’était juste une question de temps avant que le genre ne soit accepté.

21/ Certains groupes se mettent à jouer du Deathcore old school ; qu’en penses-tu ?

Ouais, j'ai vu ça aussi, tout marche par cycles. Pour moi, ce n'est pas surprenant. Comme le Death Metal old school, regarde tous les groupes qui veulent ressembler à OBITUARY. C'est très populaire en ce moment. Je me souviens, nous avions tourné avec OBITUARY et tout le monde se foutait du Death old school mais maintenant c’est populaires à nouveau. Donc, tout est cyclique.

22/ Est-ce dans le cadre de la mouvance Blackened Deathcore que l’on avait pu te voir en corpse paint dans le clip de « Drown Me in Blood » ?

Ouais, l'album « Slow Death » embrassait vraiment tout ce concept blackened, et nous avons continué à le faire un peu après, mais c'était vraiment lié à cette période. C'est pourquoi nous ne le faisons plus tellement maintenant.

23/ Vous avez repris SLAYER, NINE INCH NAILS, SLIPKNOT et KORN. Quels seront les prochains ? Comme tu es fan de Black Metal, peut-on s’attendre à du BEHEMOTH, CRADLE OF FILTH ou encore WOLVES IN THE THRONE ROOM qui sont des groupes que tu apprécies ?

C’est un sujet dont on discute mais je ne sais pas trop. En fait, j’y réfléchis mais je n’ai pas encore trouvé. Parmi les grands groupes, PANTERA a été cité mais je ne pense pas que ça collerait vraiment. On a parlé de faire une reprise de METALLICA plusieurs fois, mais je ne sais pas, ça ne s’est pas fait. Nous ne reprenons généralement pas les groupes actuels mais plutôt les groupes « classiques ».

24/ CARNIFEX a été aussi repris. J’ai écouté MISSOURI QUIET qui joue « Lie to My Face ». Y a-t-il d’autres groupes à votre connaissance qui vous rendent ainsi hommage ?

Nous avons joué avec un groupe local une fois, et ils avaient fait des reprises de CARNIFEX en début de soirée, c’était assez drôle. Je sais que d’autres groupes nous reprennent de temps en temps et ils nous taguent parfois sur Instagram.

25/ Sur plusieurs de vos chansons, vous avez eu des invités de marque comme Alissa White-Gluz d’ARCH ENEMY, Adam Warren d’OCEANO, Angel Vivaldi, et Tom Barber de CHELSEA GRIN. C’est une pratique assez courante dans le Deathcore. Doit-on s’attendre à d’autres collaborations, dans un sens comme dans l’autre ?

Je ne sais pas, peut-être. Il semble que beaucoup de gens font ça et généralement quand beaucoup de gens font quelque chose, nous faisons autre chose. Donc, je ne sais pas. Parfois, il est difficile d'obtenir des collaborations.
On me le demande aussi mais je ne le fais généralement pas. Non, je suis trop occupé avec CARNIFEX. C'est un travail à plein temps et je suis également le Manager du groupe. C’est très exigeant et je n'ai pas l'énergie pour travailler sur le groupe de quelqu'un d'autre.

26/ Je crois que toi et Shawn avaient co-produit vos 2 derniers albums. Quelle liberté supplémentaire cela vous aurait apporté par rapport à avant ?

Dans notre cas, ce n'est pas tellement une question de liberté supplémentaire par rapport au fait de travailler avec un producteur. Ils arrivent trop tard dans le processus pour nous. Vraiment, nous faisons notre production lorsque nous écrivons les chansons, lorsque nous les arrangeons et faisons tout le montage. C'est un peu là que les chansons sont produites. Et donc, quand nous sommes arrivés au studio, tout ce que le producteur fait vraiment, c'est juste d'appuyer sur le bouton « enregistrer ». La chanson elle-même est déjà terminée. Nous avons simplement arrêté de payer pour cela parce qu'il n'y avait rien à produire, les chansons étaient déjà écrites. Ils enregistrent la chanson telle qu'elle est arrivée, rien n'a été changé ou produit, donc nous avons simplement cessé d'engager des producteurs parce que je ne peux pas penser à une bonne idée, et je suis assez sûr, qu’ils n’ont jamais eue ou que nous avons même utilisée. Donc, nous nous en sommes débarrassés.
Parce qu’avec le Metal, c'est différent d'une chanson pop où les artistes sont plus susceptibles de n’écrire que leurs paroles. Ils ne créent pas leur propre musique et ils ont besoin du producteur pour cocréer la chanson en studio. Notre budget ne vous permet pas d'être en studio six mois plus tôt. Quand nous allons en studio, j'ai quatre jours pour enregistrer un album entier. Il n'y a pas de temps pour produire quoi que ce soit. Donc, c'est très différent pour le Metal que pour d’autres styles où le rôle de producteur apporte davantage. Dans le Metal, c'est seulement du temps pour être enregistré.

27/ Peux-tu nous présenter votre dernier album « Necromanteum » et son idée de la dualité de la nature ?

Oui, c’est cette idée, il s'agit de cette zone grise entre le vivant et le non-vivant dans le monde spirituel. Qu'est-ce qui est là-bas, s'il y a quelque chose ? Et puis, faire face à cette division interne aussi, comme dans la chanson "Heaven And Hell at Once".

28/ Musicalement, « Necromanteum » présente des côtés très Death Metal symphonique, j’ai même parfois pensé à SEPTICFLESH…

Bon groupe, j'aime bien SEPTICFLESH ouais, FLESHGOD APOCALYPSE aussi, super groupe. Ouais, c'est un son cool.

29/ Comment se passe l’intégration de Neal Tiemann (guitariste) et quels ont été ses apports ?

L’intégration a été assez facile, ça matche bien. Nous avons d'abord tourné ensemble en 2020, et après avoir fait cette tournée, on a réalisé qu’on s’entendait bien et que c'était assez facile de travailler ensemble. En plus, c'est un excellent compositeur et il a beaucoup contribué à la composition du nouvel album. Son arrivée dans le groupe s’est faite de façon naturelle et assez rapidement. Il n’y a pas vraiment eu de période d'essai, il est arrivé et on a commencé à écrire de la musique ensemble, c’est tout.

30/ Sans compter Cory qui est là depuis le 1er album, 5 guitaristes (Rick James, Travis Whiting, Jake Anderson, Ryan Gudmunds et Jordan Lockrey) sont passés avant Neal. Qu’est-ce qui explique la difficulté de conserver ce 2ème guitariste ?

Je ne dirais pas que les trois premiers ont vraiment été des membres de CARNIFEX. Ils ont joué de la guitare lors de certains concerts, c'est à peu près tout. Donc ouais, Ryan était le premier vrai guitariste parmi les 5 que tu as cités. Ryan est resté dans le groupe pendant quatre ans. Et ensuite, Jordan a été là pendant six ou sept ans. Cela semble être des durées normales en fait. Donc, pour moi, Neal n’est que notre troisième guitariste. Les 3 premiers guitaristes n'ont jamais rien fait, ni contribué au développement du groupe de quelque manière que ce soit. Et je ne peux penser qu'à une poignée de concerts auxquels ils ont joué, en particulier les 2-3 premiers concerts, quelque chose comme ça, quatre, peut-être.
Je ne pense pas que ce turnover ait quelque chose à voir avec le fait qu'ils tenaient le poste de guitariste lead. Je pense que c'était juste lié aux hasards de la vie. Ryan est parti pour des raisons personnelles. Quant à Jordan, il nous a quitté pour créer son entreprise. Maintenant Neal est là et je pense que le fait que les mouvements aient lieu sur le même poste est juste une coïncidence.

31/ J’ai lu que vous arriviez à composer pendant vos tournées. Est-ce le cas en ce moment ? Si oui, à quoi s’attendre pour la suite ?

Eh bien, à un rythme limité. Je dirais que nous écrivons plus chez nous. Nous écrivions quelques morceaux avant la tournée, mais nous n'avons rien écrit depuis le début de cette tournée européenne. La prochaine sortie sera l'année prochaine, et ce sera un peu différent. Une direction différente, c'est sûr, beaucoup plus Death Metal.

32/ L’année prochaine marquera les 20 ans de CARNIFEX. Quel est le secret de votre longévité et que nous préparez-vous pour fêter cet anniversaire ?

Pas de secret, il faut travailler dur. Tourner sans arrêts, s’occuper du groupe, de ce qu’on va offrir aux fans, préparer le merchandising et les clips, tout ça… C’est une gestion similaire à celle d’une entreprise. Et je ne pense pas qu’un Manager extérieur au groupe ferait aussi bien, il le ferait couler.
Et en ce qui concerne nos projets, nous allons faire une tournée anniversaire en 2025, revenant en Europe à la fin de l'année.

33/ On vous laisse le mot de la fin.

Eh bien, merci pour le soutien et j'attends avec impatience la suite de la tournée. Merci les gars, j'apprécie votre soutien.


Merci à Groaw et Medusa6 pour leur participation à la préparation de cette interview. Ainsi qu’à Garmonbozia pour avoir permis la rencontre avec Scott.

---
Traduction par Lestat

5 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
06/04/2024 00:51
Niktareum a écrit : Ha ha bien vu le TKA !! Ca faisait longtemps si je ne m'abuse. Headbang

Oui, je me suis dit que ce serait sympa à relancer :-)
Niktareum citer
Niktareum
04/04/2024 14:52
Ha ha bien vu le TKA !! Ca faisait longtemps si je ne m'abuse. Headbang
Lestat citer
Lestat
04/04/2024 14:16
Sosthène a écrit : ... je me demande si un petit live report ne va pas suivre vue qu'ils étaient le 27 à La Machine ? Coquin !

Coquinou, je viens d'ajouter le lien du live report dans l'intro de l'interview.
Sosthène citer
Sosthène
01/04/2024 18:01
Wé ! Le paille est un peu laconique mais au moins je suis allé en écouter parce que le deathcore c'est pas mon truc. Bah c'est bien brutal quand même, je me demande si un petit live report ne va pas suivre vue qu'ils étaient le 27 à La Machine ? Coquin !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
01/04/2024 14:12
Sympa cette interview, et joli coup d'avoir réussi à rencontrer Scott !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Carnifex
Carnifex
Blackened deathcore - 2005 - Etats-Unis
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique