chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
162 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opeth pour l'album "Ghost Reveries"

Interview

Opeth pour l'album "Ghost Reveries" Entretien avec Peter Lindgren (guitare) (2005)
La venue des suédois à Lyon était l'occasion rêvée de poser quelques questions à Opeth, récemment signé par Roadrunner Records et en pleine tournée pour son huitième album "Ghost Reveries". C'est donc après avoir bravé le froid glacial de cette mi-décembre que nous rencontrons, Chris et moi-même, un Peter plutôt calme et décontracté.

Bienvenue Peter.

Merci.

Vous allez jouer ce soir à Lyon. Te souviens-tu de ton dernier passage en 2003 ?

Oui, nous avions joué ici (montrant la petite scène derrière lui). Ce fut un bon concert. Je me rappelle avoir du traverser la scène pendant l'intro. C'était marrant parce que tout le monde nous voyait forcément arriver… Nous étions sensé jouer sur cette scène aussi ce soir, mais on m'a appris qu'on avait vendu plus de tickets que prévu donc on va jouer dans la grande salle, c'est une bonne nouvelle.

Oui, au-delà de 500 personnes ils ouvrent la grande salle.

Ha ok c'est cool.

Oui c'est bon pour vous ! (rires)

(rires) Oui, et je pense que c'est meilleur pour tout le monde. La scène est plus grande, le son est probablement meilleur. Les gens nous verront mieux.

Connais-tu Lyon ? As-tu eu le temps de visiter ?

Non pas vraiment, on joue toujours ici (ndlr : le Transbordeur est à la périphérie Nord de la ville, assez éloigné de tout quoi..) et ce n'est pas vraiment possible de bouger.. Moi et Martin (le bassiste) avons essayé de savoir si Lyon, l'équipe de football jouait aujourd'hui mais ils jouaient à St Etienne. S'ils avaient joué ici aujourd'hui, nous aurions probablement essayé d'aller les voir. C'est loin ?

A 60 kilomètres environ.

Oh ok. Nous sommes des fans de football. Nous essayons toujours de voir des matchs sur les tournées, mais nous échouons toujours. Nous allons jouer à Milan demain mais c'est ce soir que Milan rencontre l'Inter et nous n'arrivons que demain. Et nous n'y serons donc pas...

Es-tu supporter de l'équipe de Stockholm ?

Oui Stockholm est mon équipe favorite, la Djurgården. Ils ont Ibrahim Ba, un joueur français. Vous le connaissez ?

Euh oui vite fait… As-tu des nouvelles de Martin Lopez ?

Pas vraiment. Je pense qu'il va bien et nous passerons le voir en janvier, nous n'avons pas eu le temps avec la tournée. J'espère qu'il va bien et je pense qu'il se remet. Nous ne savons pas s'il est d'attaque pour jouer c'est pourquoi nous irons le trouver en janvier, dans un mois quoi. On s'était mis d'accord pour qu'il ne vienne pas sur la tournée parce qu'il était faible et avait perdu beaucoup de poids. Tu sais, il te faut des forces pour jouer. Comme il n'allait pas bien et parce que nous avions cette tournée, au lieu de lui mettre la pression en lui disant "tu dois être de retour dans 2 semaines" ce qui n'aurait pas fonctionné, nous lui avons dit "prend ton temps". Mais pendant ce temps là, nous devions tourner alors nous avons fait appel à Martin (Axenrot) de Bloodbath qui joue avec nous et qui est là ce soir bien sûr. Nous allons continuer jusqu'à Noël et nous verrons ensuite. Mais j'espère qu'il va bien.

Et s'il n'est toujours pas apte à réintégrer le groupe, avez déjà pensés à une solution ?

Et bien évidemment il doit être en état de jouer dans le groupe et il doit aussi avoir envie de jouer. Je pense qu'il veut jouer, mais nous tournons beaucoup et je sais que ça le stresse un peu. Il a aussi très peu de voler, à chaque fois que nous allons dans un aéroport, il commence à stresser...

Ah il a peur de prendre l'avion ? C'est pourquoi il a peur des tournées ?

Pour beaucoup de gens, les concerts sont stressants tu sais. Alors tu deviens nerveux... Faire ces concerts chaque soir implique pas mal de travail psychologique sur soi-même…

Ok. Parlons un peu de "Ghost Reveries". A-t-il été plus facile de le produire comparé à l'expérience Deliverance/Damnation ?

Tu sais, ces deux albums furent une catastrophe en ce qui concerne l'enregistrement... (rires) parce que nous essayions d'enregistrer deux albums alors que nous n'avions que le temps pour un. Ca n'est pas un bon début mais nous avions aussi choisi un studio sur le déclin, le producteur était alcoolique tu sais… Il passait son temps au pub du coin pendant que nous étions au studio. Les choses se sont mal passées. Ce fut une situation stressante parce que n'allions pas avoir le temps d'enregistrer ces deux albums. Ca s'est bien terminé mais c'est quelque chose que nous ne recommencerons jamais. Nous nous sommes assurés que nous avions le temps de répéter et nous avons choisi un autre studio. Cette fois-ci, ça a été une promenade de santé en comparaison (rires). C'était facile.

Qu'aimes-tu dans ce nouvel album ?

J'aime le fait qu'il sonne professionnel parce qu'il y avait pas mal de petites faiblesses sur nos précédents albums, notamment le travail sur Deliverance/Damnation fut fait de façon si précipité que nous avons du « bâcler » certaines choses. Il y a des choses que nous voulions faire sur ces albums mais nous n'en avons pas eu le temps et cette fois si, nous nous sommes assuré d'avoir le temps pour presque tout. Cette fois, la plupart des choses que chacun devait réaliser a pu se faire. Pour nous, c'est aussi proche de l'album parfait que nous l'avions souhaités...

Vous n'avez pas pu travailler avec Steven Wilson cette fois-ci ?

Nous lui avons demandé s'il était disponible mais il était trop occupé avec Porcupine Tree. Nous avons essayé de concilier nos emplois du temps mais ce fut impossible. Je suis fan de son travail et c'est un excellent producteur. Ils sont toujours en tournée et il a beaucoup de travail en temps que producteur alors si nous pouvons concilier nos emplois du temps, peut-être que nous retravaillerons ensemble dans le futur.

Dans quelle mesure le résultat aurait été différent avec lui ?

Je pense que les compositions auraient été similaires. Il aurait certainement eu des idées en ce qui concerne le chant ou les solos alors certaines lignes de chant auraient été légèrement différentes. Il a aussi certains sons bien à lui... "Blackwater Park" en est un bon exemple : on ressent bien sa touche qu'on retrouve dans Porcupine Tree. Cet album sonne d'ailleurs plus comme un album de Porcupine Tree que ce à quoi il aurait du ressembler. Mais au final, je pense que l'album aurait été similaire.

Alors tu trouves que "Ghost Reveries" sonne plus Opeth ?

Bien sûr, "Blackwater Park" est aussi un album d'Opeth mais il a aussi une grosse influence de Steve Wilson. Si tu connais Porcupine Tree, tu peux voir ce qu'il y a apporté. En réalité, nous avons incorporé ce type de son dans notre musique mais c'est moins évident sur cet album. C'est plus proche d'un pur album d'Opeth... et moins de Steven (rires).

Quel est ton album d'Opeth préféré et pourquoi ?

A l'heure actuelle, c'est le dernier album...

Tout le monde dit ça ! (rires)

(rires) Oui mais je pense vraiment que c'est un bon album. Mais dans le passé, "My Arms Your Hearse" était un de mes albums favoris parce que c'est... (blanc) pour nous personnellement, ce fut un album où nous n'étions pas loin de tout arrêter et finalement le résultat fut plutôt bon. C'est aussi un tournant pour nous : nous avions fait "Orchid" et "Morningrise", des albums complètement différents et "My Arms Your Hearse" pourrait être vu comme le début du nouveau son d'Opeth. "Blackwater Park" aussi parce que je pense qu'il s'agit d'un de nos meilleurs albums et peut-être "Damnation" parce qu'il est très différent.

Nous allons maintenant parler de Roadrunner Records... (rires) Gros sujet… Gagnez-vous assez d'argent pour vivre d'Opeth ?

Oui, nous vivons du groupe. Ce n'est pas...

Depuis quand ?

Oh depuis... depuis 2003, ça fait deux ans et demi que l'on tourne à plein temps. C'est là où nous avons commencé à vivre du groupe. Mais ça ne veut pas dire qu'on gagne des sommes d'argent fabuleuses, c'est juste assez pour payer ses factures et avoir quelques extras lorsque tu rentres à la maison... N'importe qui dans n'importe quelle autre profession ferait plus d'argent comme ma femme en tant qu'infirmière mais je pense que c'est le choix que nous avons fait et nous ne faisons pas ça pour l'argent... Si l'argent était la priorité, nous aurions probablement essayé de faire de la pop (rires). Mais c'est cool maintenant parce que nous avons la possibilité de faire ce que nous voulons.

Tu sais que Roadrunner est le label de Slipknot, Machine Head... Ce fut une surprise qu'Opeth soit signé sur ce label. As tu senti un changement au niveau de votre public ?

Pas vraiment. Il y a peut être un peu plus de jeune public… Ce pourrait être des fans de Slipknot. Mais je pense que ça vient aussi du fait que nous tournons beaucoup et si les gens vont aux concerts et apprécient, ils en parlent à des amis et ça ramène plus de gens. Mais il y a plus de gamins, si on peut dire gamins. Ils doivent être... des fans de Slipknot (rires). Mais ils ne ramènent pas toute la paroisse de Slipknot, dieu merci (rires) (ndlr : Joli !)

Oui c'est complètement différent... Tu aimes Slipknot ?

Pas vraiment. J'apprécie ce qu'ils ont fait pour le metal en général... Je trouve que la nouvelle scène métal est terrible (ndlr: dans le mauvais sens du terme !) mais ça a ramené le métal dans les charts, ce qui veut dire qu'il y a beaucoup de gens qui achètent des albums de metal, comme dans les années 80 quand j'étais jeune. Et c'est une bonne chose car si disons... il y a des centaines de milliers de personnes qui écoutent du néo-metal, peut-être 20% d'entre eux se lasseront de ce genre de musique mais ils seront toujours intéressés par le métal alors ils iront chercher ailleurs et c'est le moyen de trouver des groupes différents. Donc je pense que le néo-metal est bon pour nous quelque part.

C'est aussi un grand sujet : nous avons tous les deux achetés "Ghost Reveries" et tu sais que Roadrunner va le rééditer en janvier avec 3 titres bonus...

Oui, je sais que Roadrunner fait tout le temps ça. Tu sais je ne suis pas du tout fan de ça... Si je suis fan d'un groupe et que j'achètes l'album à sa sortie je ne voudrais pas être surpris de la sorte. Mais ils le feront de toutes façons même si nous n'approuvons pas. Mais ce que nous allons faire c'est d'essayer d'en faire quelque chose qui en vaille la peine. On ne peut pas dire de ne pas l'acheter parce que nous ne voulons pas retourner notre label contre nous mais entre les lignes, nous pourrions dire que si tu n'es pas un collectionneur d'Opeth, ça n'est pas utile de l'acheter. Mais nous allons ajouter 3 titres enregistrés aux studios de la BBC il y a quelques semaines, il devrait y avoir un documentaire aussi si tout marche comme prévu, ainsi que la vidéo de "The Grand Conjuration". Peut-être d'autres choses encore, je ne sais pas vraiment. Nous essayons de rendre cette ressortie intéressante, mais si tu l'as déjà, ça n'est pas utile de le racheter.

Que penses-tu du clip de "The Grand Conjuration" ?

(rires) Tu sais, nous avions l'idée que la première vidéo que nous ferions, nous y mettrions le prix et ferions une vidéo de 10 minutes. Pendant l'année, nous avons réalisé que nous ne ferions jamais une vidéo de 10 minutes car ça ne sert à rien : personne ne la diffuserait et ça serait trop cher. Le choix est d'avoir avoir soit une chanson courte soit une version edit, et aucune des deux idées ne nous plait. Mais nous savions que Roadrunner voulait en faire une et nous l'avait demandé... Alors nous nous sommes dit qu'il valait mieux s'occuper de la version edit et le mec du studio nous a dit qu'il n'y avait de problème. Mais le problème est venu du fait que tout s'est fait dans la précipitation. Nous étions en tournée aux Etats-Unis et nous n'avions qu'un soir pour la filmer. Alors sans savoir ce qui allait se passer, nous sommes arrivés, nous avons joué le morceau... Tu sais nous avons vu la fille, le gros mec et le serpent et tout sans savoir ce qui allait se passer. Nous avons ensuite vu le résultat final et ça n'avait rien à voir avec les paroles ou quoique ce soit. Nous en étions au point ou on s'est dit merde, mais bon tant pis : c'est juste une vidéo... c'est une « rock vidéo » et ça n'a rien à voir avec notre morceau du tout...

Oui c'est très surprenant pour un fan que je suis ! (rires)

(rires) Mais qu'est ce que je peux dire ? Nous voulions en faire quelque chose de bien dont nous nous serions chargé mais il n'y avait pas d'argent et pas de temps. Je pense que c'est une bonne idée d'avoir une vidéo...


C'est mieux que rien !

Oui si tu veux, c'est mieux que rien et dans l'autre sens pas vraiment. Ca fait partie de ces choses que nous aurions de toutes façons probablement eu à faire un jour…

J'aimerais parler un peu de Mikael maintenant. J'ai lu qu'il fait des speeches entre les chansons en concert. C'est un peu nouveau pour les fans. Pourquoi ?

Nous faisons ça depuis que nous avons des concerts de 2 heures et une dizaine de titres je crois. Tu sais les morceaux font 10 minutes et tu as besoin d'une petite pause entre chaque titre, et au lieu de se ré-accorder et de rester debout sur scène, il a trouvé une sorte de formule... Il y a des choses qu'il souhaite dire pour introduire les morceaux : c'est un peu comme une distraction, c'est marrant de l'écouter. Parfois il se laisse aller et il parle longtemps (rires) et parfois non. Tu sais c'est suivant l'humeur du jour. Je trouve que c'est cool.

Tu apprécies alors !

Oui j'apprécie. C'est assez marrant de temps en temps. Parfois c'est drôle, parfois ce sont des choses plus personnelles, des private jokes… Ca nous permet de prendre une petite pause. C'est un peu différent de ces groupes de death metal qui ne font que crier le titre de la chanson et secouer leur tête ! (rires)

Est-il si amusant de tourner dans la vie de tous les jours ?

Non non non. Tu sais, faire des tournées peut-être aussi extrêmement ennuyeux... Le concert est toujours le meilleur moment de la journée… Mais ça représente seulement deux heures dans la journée et il y en a 22 autres à remplir... Des fois nous essayons d'aller nous balader un peu dans la ville... Mais nous avons aussi quelques interviews alors ce n'est pas toujours cool. Tu dois attendre pour manger aussi, c'est un peu ennuyeux. Au début quand tu commences à tourner, c'est génial, tu as accès à plein d'alcool… Mais c'est aussi un travail et comme dans tout travail, parfois c'est génial, parfois c'est ennuyeux. Il y a des hauts et des bas...

Une question très technique concernant Mikael : sais-tu s'il utilise sa voix death pour gronder Melinda (ndlr: sa fille) ?

(rires) Ah je ne sais pas. Il a aussi deux chats qui sont assez indisciplinés. Non je ne crois pas.. Il est adorable avec elle, mais peut être quand elle sera adolescence et qu'elle rentrera bourrée... (rires)

Il y a deux Martin dans le groupe. Ont-ils des surnoms pour les différentier ?

Nous avons Martin le bassiste, Martin Lopez et le nouveau Martin de Bloodbath est aussi un Martin alors ils sont 3 si tu veux. Martin Lopez et Martin Mendez sont "Lopez" et "Mendez". Martin Axenrot est "Axe" tout simplement. Comme ils ont tous le même prénom, on utilise leur nom de famille.

Ok alors il n'y a pas de surnom ?

Nous avons fait une tournée en 2001 avec Nevermore et vu que les Martin parlaient espagnol, nous avions des surnoms espagnols. J'étais... (ne se souviens pas ou avait honte de nous le dire haha) Martin Lopez était "Skinny Lopez" ou quelque chose comme ça. Nous utilisions ces surnoms de temps en temps, c'était marrant, mais on a arrêté depuis.

Tu joues au sein d'Opeth depuis plus de 10 ans maintenant. Combien de temps penses-tu que ça va durer ? Avez-vous des plans pour l'avenir ?

Non nous n'avons pas de plan. Nous allons faire un album à la fois. Il y a toujours l'enregistrement alors tu dois écrire et ensuite nous savons qu'il y aura une tournée. C'est un cercle. Nous avons enregistrés et sorti l'album alors nous sommes en tournée pour l'heure, je pense pour un an. Après ça il y aura une pause et ensuite, nous ne savons pas... Mais c'est une décision que nous prendrons plus tard. Je pense que notre label veux que nous le fassions et les fans aussi. Parfois tu en as vraiment marre mais si nous avons encore l'envie et si nous pensons avoir encore quelque chose à offrir, nous le ferons.

Et ressens-tu toujours le même plaisir à jouer ?

Jouer est la raison pour laquelle nous sommes en tournée. Si être dans un groupe se résumait à répéter, faire des interviews et voyager mais ne pas faire de concerts, nous ne le ferions probablement pas tu sais. La scène est la raison pour laquelle nous sommes ici : faire des concerts est cool, amusant... Tu peux rencontrer les fans aussi... La partie voyage n'est pas vraiment intéressante mais faire des concerts a été amusant depuis le premier jour. Nous prenons toujours du plaisir, bien plus qu'en studio je pense.

Te souviens tu de ton premier concert ?

Oui je me rappelle de mon premier concert avec Opeth. J'étais bassiste en 1991 et nous jouions à « Hortella » (???) près de Stockholm avec un groupe néerlandais qui s'appelait Asphyx et un groupe suisse appelé « The Soldier » (???). Hum c'était bien (rires). Totalement différent d'aujourd'hui. Nous n'étions pas vraiment un groupe professionnel. Tu sais nous avions un line-up différent à presque chaque concert mais c'était cool. J'avais aussi un groupe de thrash à côté et nous avons fait quelques concerts mais le plus gros concert était avec Asphyx. C'était bien. Tu prends le goût de jouer pour les gens.

Une dernière question pour nos lectrices : tu sembles avoir conservé ta silhouette depuis le début. Quel est ton secret ?

(surpris) (rires) En fait, je fais de l'exercice à la maison : je joue au foot, au floorball (?) ou je fais du jogging. J'essaie de manger équilibré. Mais tu sais, jouer au foot à la maison pendant un mois puis tourner pendant un mois et boire des bières, tu fais comme ça (fait des hauts et des bas avec son doigt). Je pense que tu dois réfléchir à ce que tu manges et bois. Après si certaines personnes sont chanceuse, d'autres le sont moins (rires)

Merci beaucoup !

Merci à vous.

Un grand merci à Peter pour sa gentillesse et sa franchise, ainsi qu'à Karine et Emilie de Roadrunner.

---
Traduction par Dead / Chris

DOSSIERS LIES

Opeth 2005
Opeth 2005
Décembre 2005
  

3 COMMENTAIRE(S)

Grimoald citer
Grimoald
21/12/2005 22:41
Excellente l'interview. Vous avez eu des bonnes idées de questions, et lui il est bien intéressant à écouter.
Evil_Nick citer
Evil_Nick
17/12/2005 11:07
C'est vrai qu'il a l'air plutôt franc et réfléchit. C'est intéressant à lire comme itw. Par contre, faut franchement que je me décide à écouter attentivement ce qu'ils font, depuis le temps.
Ander citer
Ander
16/12/2005 22:17
Intervieuw agréable à lire...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Opeth
Opeth
Metal progressif - 1990 - Suède
  

Lire aussi
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  

Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique