chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
119 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Old Grave IV - 1er Jour

Live report

Old Grave IV - 1er Jour Baphomet's Blood + Deathrattle + Deströyer 666 + Mörbid Carnage + Nekromantheon + Tyrant Goatgaldrakona + Void Moon
Le 09 Octobre 2015 à Bucarest, Roumanie (Club Fabrica)
Le Old Grave Fest me faisait de l'œil depuis un moment. Depuis que j'avais vu que DESTRÖYER 666 et DEAD CONGREGATION, deux de mes groupes préférés que je ne me lasse jamais de voir en live, faisaient partie de l'affiche, pour être précis. Mais avec tous les festivals enchaînés depuis la mi-août (Motocultor, Fall Of Summer, NRW Deathfest, No Compromise) plus ceux prévus avant la fin de l'année (Black Arts Ceremony, Black Thrash Attack, Eindhoven Metal Meeting) et l'argent dépensé ainsi que la fatigue accumulée que cela entraîne, j'avais fait une croix dessus, la mort dans l'âme. Mais à mesure que la date approchait, faire le déplacement jusqu'en Roumanie me titillait de plus en plus. Le line-up alléchant, me rendre dans un pays et une ville où je n'avais encore jamais mis les pieds, non, il fallait absolument que j'en sois! Comme pour le Brixia Deathfest, c'est ainsi au dernier moment que je me décidai à faire le voyage après avoir pu prendre mon vendredi au boulot (merci boss!) et choper une place dans le vol de 7h30. Direction donc Bucarest en ce vendredi 9 octobre pour la quatrième édition de ce Old Grave Fest, événement organisé par le Romanian Thrash Metal Club, dont je n'avais jamais entendu parlé jusqu'alors. C'est dans le secteur 4 de la capitale roumaine qu'a lieu le festival, dans un bâtiment en briques rouges appelé Club Fabrica qui ne paye pas de mine vu de l'extérieur mais qui s'avérera une très bonne salle fort pratique. On y trouve notamment un bar/restaurant avec terrasse en entrant par la cour. Ça tombe bien, je crève la dalle! L'occasion de goûter à la bière locale, la Ciuc (prononcez Tchouk me précisera une jolie serveuse) et à la nourriture du coin, qui me fait une bonne première impression. Déjà arrivée et attablée, je retrouve sur place la légion turque de Kadikoy composée de membres de Hellsodomy (avec lesquels j'avais sympathisé au Metal Magic au Danemark l'année dernière puis au NRW Deathfest en Allemagne le mois précédent) et de Sarinvomit, que je rencontre pour la première fois. Le temps de manger, de boire et de discuter, il est déjà l'heure de rentrer pour découvrir les lieux où se déroulera pendant 2 jours le Festival de la Vieille Tombe. La salle proprement dite se trouve à l'étage auquel on accède par des escaliers après avoir traversé un étroit couloir. Tout ce qu'il faut s'y trouve: bars, merch et chiottes. La scène trône à gauche en entrant après avoir descendu quelques marches.


DEATHRATTLE (18h00-18h30)

Le seul groupe roumain de l'affiche qui avait le privilège d'ouvrir les hostilités. On avait pu entendre des bribes du thrash/death pratiqué par la formation depuis la terrasse du restaurant et il fallait avouer que le chant arraché moderne qui ressortait ne donnait pas trop envie de se lever. Du coup, DEATHRATTLE a déjà fini son set quand j'arrive devant la scène où TYRANT GOATGALDRAKONA se prépare. Tant pis, direction le bar pour reprendre une Ciuc. A 6 lei la bouteille d'un demi-litre soit à peine 1,40€, je n'allais pas me priver, même s'il s'agit d'une Pils typique des pays de l'Est, donc de la merde. Les bières belges du No Compromise, c'était autre chose!




TYRANT GOATGALDRAKONA (18h50-19h25)

J'étais très content d'assister au show des Hongrois qui m'avaient mis une bonne petite claque avec leur premier full-length Horns In The Dark qui faisait suite à un EP prometteur Sign Of Moloch. D'autant que ce n'est pas un groupe que je pensais voir un jour! Alors profitons! Et c'est ce que l'on a fait pendant près de 4O minutes grâce au gros death metal de la formation. Le son est plutôt correct d'ailleurs, premiers doutes levés, même si la musique aurait gagné en puissance, profondeur et impact avec un deuxième guitariste, notamment pendant les solos chaotiques qui laissaient un petit vide. J'ai en tout cas pris du plaisir à retrouver l'aura brutale et blasphématoire de l'album, assez proche d'un Incantation, qui fait la part belle aux blast-beats nerveux, aux riffs evil et au chant bestial ultra guttural de l'impressionnant frontman. Le groupe alterne toutefois pas mal les passages bourrins avec des mid-tempos appuyés aussi simples qu'efficaces, surtout sur scène. C'est peut-être un peu répétitif, limite neuneu même, car la recette est toujours la même et les riffs très similaires, mais ça passe tout seul! TYRANT GOATGALDRAKONA n'oublie pas non plus son premier EP Sign Of Moloch, plus dans une veine à la Archgoat. Il est tôt mais la fosse est déjà pas mal remplie, je ne vais donc pas revivre le Brixia Deathfest et son public fantôme. Tout ça commence bien!




VOID MOON (19h40-20h20)

Changement radical de décor avec VOID MOON. Après le blackened death bourrinos de TYRANT GOATGALDRAKONA, la tension va en effet baisser de plusieurs crans avec le doom trad tranquille des Suédois, qui comptent dans leurs rangs une femme à la guitare, toujours un bon point pour moi tant les représentantes de la gente féminine se font rares sur les planches dans ce genre de festivals extrême old-school underground. La musique des Scandinaves n'est pas mauvaise, elle s'écoute même facilement. Le chant clair n'est pas non plus déplaisant, rien n'a redire sur le son à nouveau et les riffs mid-tempos langoureux poussent au headbanging ralenti. Mais j'avoue avoir trouvé le temps un peu long, pas vraiment transcendé par ce doom correct qui m'a toutefois semblé assez générique et manquant de génie malgré la bonne humeur communicative des musiciens. Le public semble lui aussi sceptique mais, respectueux, il applaudira entre chaque titre.

Setlist:

The Word And The Abyss
Where The Sleeper Lies Awake
Among The Dying
Hammer Of Eden
Assassin Of An Age
The Mourning Son




MÖRBID CARNAGE (20h40-21h15)

Retour en Hongrie pour MÖRBID CARNAGE qui partage son chanteur et l'un de ses guitaristes avec TYRANT GOATGALDRAKONA qui reviennent donc déjà sur la scène du Club Fabrica. Ce sera par contre le seul point commun entre les deux formations puisque MÖRBID CARNAGE ne fait pas dans le brutal blasphemous death metal, plutôt dans le thrash old-school d'obédience germanique. Le frontman prend d'ailleurs une voix plus arrachée que dans son autre groupe pour coller au style. Un style qui ne brille pas par sa personnalité mais dont il est difficile de nier l'efficacité en live. Cela dit, je n'ai pas été estomaqué par les compositions de la formation que j'ai trouvé assez banales, sans passage, riff ou mélodie qui me fasse dire "tiens là c'est vraiment bon"! Il faudrait toutefois que je réécoute sur album, ce que je n'ai jamais fait malgré quelques bonnes critiques lues ici ou là, notamment sur Thrasho. Rien de mémorable lors de ce set de MÖRBID CARNAGE donc, juste un moment sympathique à headbanger, faire de l'air guitar et prendre part aux pogos, premiers mouvements hostiles dans une fosse plutôt bien garnie mais relativement tranquille jusque-là.

Setlist:

Possessed By Metal
Slaughtering
Turn The Crosses Dawn
Beyond The Grace Of God
Die By The Sword (Slayer cover)
Warlust
Cursed Village
Night Assassins




BAPHOMET'S BLOOD (21h40-22h35)

Elle va s'exciter bien davantage pendant la tonitruante prestation de BAPHOMET'S BLOOD, sans doute la grosse surprise de la journée tant les Italiens ont retourné le Club Fabrica et les nombreux fans gonflés à bloc. Alors c'est sûr, le speed/thrash rock 'n roll 80s de BAPHOMET'S BLOOD ne fait pas dans l'originalité ou la complexité. C'est même un peu lassant à la longue car les morceaux se ressemblent beaucoup, toujours joués pied aux plancher en mode tchouka-tckouka. Mais putain que c'est efficace! Putain que c'est jouissif! Une musique taillée pour le live qui aura collé la banane à tout le monde. De toute façon, comment attendre autre chose d'un groupe qui balance des titres tels que "Satanic Beerdrinkers" et ses chœurs fédérateurs, "Satanic Metal Attack" ou encore "Whiskey Rocker"?! Grosse mandale pleine de bières, de sueurs, de Satan et de rock 'n roll qui se finira par une reprise du "meilleur groupe du monde" dixit le chanteur, "Overkill" de Mötorhead.

Setlist:

Metal Hunt
Metal Damnation
Baphomet's Blood
Baphometal
Whiskey Rocker
Satanic Metal Attack
Army Of The Night
Italian Steel
Burn In Hell
Satanic Beerdrinkers
Overkill (Motörhead cover)




NEKROMANTHEON (22h55-23h45)

Moins fun, plus bourrin, mais tout aussi jubilatoire! NEKROMANTHEON n'a pas fait baisser l'ambiance ce soir grâce à une prestation intense, véritable démonstration de thrash brutal à la Kreator et Sepultura des années 1980 avec une touche de Slayer sur les quelques séquences plus "ambiancées". Tchouka-tchouka en pagaille, riffs qui tranchent dans le vif, chant rageur à réverb', solos chaotico-mélodiques furieux, le style radical des Norvégiens emmenés par un Sindre Solem très en forme a foutu un sacré bordel dans le pit duquel on ressortira rincé mais joyeux. NEKROMANTHEON a bien alterné entre ses deux albums, le confidentiel Divinity Of Death (2010) et Rise, Vulcan Spectre (2012) qui les a révélés au grand jour. 50 minutes de thrash qui tartine après BAPHOMET'S BLOOD qui nous avait déjà bien mis la fessée, le Old Grave fait très fort sur cette deuxième partie de premier jour!


Setlist:

Cry Havoc
Blood Wisdom
The Coffin Awaits
Metal Vendetta
Coven Of The Minotaur
Devolutionary Storms
The Usurper Command
Gringo Death
Divinity Of Death
Rise, Vulcan Spectre
Twelve Depths Of Hades




DESTRÖYER 666 (0h10-1h15)

Et c'est pas fini! Car DESTRÖYER 666 devait clôturer ce vendredi. Et il l'a fait de fort belle manière, toujours avec ce côté bad ass ultra classe qui les caractérise, enfin surtout K.K. Warslut, le seul et unique leader d'un groupe qui n'a plus grand chose à voir avec sa grande époque. Je parle uniquement de membres parce que sinon, DESTRÖYER 666 dégomme toujours autant la tronche, que ce soit sur album (oui, Defiance est excellent et je ne me fais aucun souci pour le prochain à venir en février sur Season of Mist) ou sur les planches. Le show des "Australiens" au Fall Of Summer avait déjà été plaisant malgré un son moyen, le gig du Old Grave l'a surpassé en de nombreux points. Déjà au niveau sonore, de meilleure qualité avec des mélodies enfin audibles. Et aussi niveau setlist puisque, même si le quatuor a zappé "Satanic Speed Metal", on a eu le droit à la géniale reprise de "Black Magic" de Slayer ainsi qu'à un "Lone Wolf Winter" des plus prenants en rappel, suivi de la très punk "Australian And Antichrist", toujours un grand bonheur. Sans oublier les classiques de la formation tels "Predator" en ouverture habituelle, la belliqueuse "Raped", "Sons Of Perdition" ou encore "Black City - Black Fire". Bref, de quoi lever le poing et bomber le torse fièrement à l'écoute de ces tremolos épiques mémorables et cette violence boostante. S'il fallait râler sur quelque chose, je dirais juste que les pauses entre les morceaux étaient un peu trop longues, R.C. de Grave Miasma/Cruciamentum mettant souvent trois plombes pour s'accorder. Cela nous a toutefois permis de constater l'étonnante bonne humeur d'un Warslut limite blagueur sur certaines interventions. Le bonhomme, en état d'ébriété avancé, venait sans doute de goûter aux spécialités locales si vous voyez ce que je veux dire! Super show de DESTRÖYER 666 et il me tarde d'écouter le nouvel album! Salut les gars, on se revoit la semaine prochaine au Black Arts à Lyon!

Setlist:

Predator
A Breed Apart
Raped
I Am The Wargod
Satan's Hammer
Sons Of Perdition
Trialed By Fire
Black City - Black Fire
Black Magic (Slayer cover)
Lone Wolf Winter
Australian And Antichrist




Fin de la première journée de cette quatrième édition du Old Grave qui s'est terminée en coup de canon par le triptyque vainqueur BAPHOMET'S BLOOD, NEKROMANTHEON et DESTRÖYER 666 qui nous ont présenté chacun une face différente du thrash, rock 'n roll pour les premiers, brutal pour les seconds et blackened épico-mélodique pour les derniers. TYRANT GOATGALDRAKONA avait déjà bien chauffé la salle avec son blackened death Satan. VOID MOON a ensuite ramené le calme tout en restant sombre avant que MÖRBID CARNAGE lance la vague thrash, même si plus timidement que ceux qui suivront. Bref, un très bon premier jour et il est temps d'aller se coucher pour passer une bonne nuit et reprendre des forces. Programme du samedi: visite dans le centre de Bucarest le matin et en début d'après-midi puis il sera l'heure d'attaquer la seconde journée qui promettait encore davantage avec notamment PYRE, OBLITERATION, DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT, AGRESSOR et surtout DEAD CONGREGATION, nouveaux Dieux du death metal. Vivement demain!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Old Grave IV - 1er Jour
plus d'infos sur
Baphomet's Blood
Baphomet's Blood
2003 - Italie
  
Deathrattle
Deathrattle
Roumanie
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Black/Thrash - 1994 - Australie
  
Mörbid Carnage
Mörbid Carnage
Thrash Metal - Hongrie
  
Nekromantheon
Nekromantheon
Thrash Metal - 2005 - Norvège
  
Tyrant Goatgaldrakona
Tyrant Goatgaldrakona
Death Metal - 2009 - Hongrie
  
Void Moon
Void Moon
2009 - Suède
  

voir aussi
Old Grave IV - 2ème Jour
Old Grave IV - 2ème Jour
Le 10 Octobre 2015 à Bucarest, Roumanie (Club Fabrica)
  

Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique