chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

ghUSa + Sadistic Intent

Live report

ghUSa + Sadistic Intent Le 15 Août 2018 à Paris, France (Le Klub)
Cette date au Klub revêtait une importance particulière pour votre serviteur. Non seulement parce que j'adore le groupe qu'on ne voit pas tous les quatre matins, mais aussi car c'était l'occasion de prendre ma revanche. Une double revanche! SADISTIC INTENT avait déjà été programmé dans la petite salle parisienne de la rue Saint-Denis. C'était le 1er janvier 2017, un jour férié comme ce 15 août. Une gueule de bois carabinée m'avait empêché de m'y rendre... Je m'en veux encore! En mars dernier, au Netherlands Deathfest, les Californiens avaient dû annuler leur venue le jour même, coincé à l'aéroport à cause des mauvais conditions climatiques en Europe. Grosse déception pour un des groupes que j'attendais le plus à Tilburg. J'avais bien déjà vus sur scène la bande des frères Cortez mais ces deux désillusions m'avaient laissé un goût amer. Avoir la possibilité de les revoir si tôt, qui plus est dans le cadre intimiste du Klub, se révélait donc une sacrée aubaine que je n'aurais ratée pour rien au monde. Même si je les vois dès le samedi suivant au Metal Méan!

Les portes du Klub s'ouvrent comme prévu vers 19h. Ce n'est toutefois que vers 20h que commence le set du seul groupe de première partie, GHUSA. GHUSA pour God Hates US All. Le combo français n'a cependant pas attendu l'album de Slayer du même nom pour se lancer. La formation des Parisiens, même s'ils ne sont pas les plus connus, remonte en effet à 1989. Je n'avais pourtant jamais eu l'occasion ni de les voir en live ni d'écouter leur musique. Ce sera donc une découverte pour ma part. Malheureusement, je dois avouer que je n'ai pas accroché plus que ça au son du quintette ensanglanté. GHUSA joue un death metal old-school d'obédience suédoise, simple, majoritairement mid-tempo et plutôt mélodique. Je m'attendais à quelque chose de plus rétro, plus brutal, plus sombre et plus sale, en adéquation avec la tête d'affiche. Du coup, j'ai trouvé qu'il y avait un trop grand décalage entre les deux formations. Ça n'a pas aidé à mon appréciation du set de GHUSA mais même sans cela, les Français ne jouent pas mon type de death metal favori. Trop mid-tempo et pas assez Satan. La bonne nouvelle toutefois c'est que cela a plu à d'autres. On ainsi pu assister aux premiers pogos de la soirée dès le groupe d'ouverture, pas toujours le cas au Klub. Il est vrai que la musique simple, efficace et headbangante de la formation se prête à ce genre de rituel et que débuter par une reprise de Dismember ("Casket Garden") peut vous mettre un public dans la poche. Le frontman L. Chuck D, vieux briscard de la scène que l'on a pu croiser dans Carnal Lust, No Return et Yorblind, s'avère également un meneur de qualité. Outre un growl bien maîtrisé, il sait en effet tenir une scène et un public grâce à son charisme et sa bonhomie. Pas suffisant toutefois pour moi qui vais remonter à la surface après quelques morceaux.

Setlist:

Casket Garden (Dismember cover)
No God for the Living
Death Or Glory
Flying In A Dark Dream
Carve Up
Soulless (Grave cover)
H
In God We Fear
Genocide
Discipline (Slayer cover)


Il faudra attendre un petit moment avant de voir débarquer SADISTIC INTENT, pas vraiment pressé de monter sur scène. La salle s'est bien remplie entre-temps (pas de sold-out néanmoins comme la semaine dernière avec Diocletian) et la chaleur commence à être étouffante. On craint pour les musiciens, plus tout jeunes! Musiciens qui vont d'ailleurs jouer sans leur attirail spikes & leather habituel. Ça fait tout drôle de voir les Californiens aussi sobres, quasiment en simples t-shirts! Tout rentre dans l'ordre une fois le concert débuté sur "Death Is Coming" tiré du dernier split avec Pentacle. Avec ou sans bling bling satanique, c'est bien SADISTIC INTENT, nous voilà rassurés! Il ne s'agit toutefois pas du meilleur morceau des Américains, un peu trop plan-plan au début mais il s'améliore nettement quand ça accélère. Les premiers mouvements de foule commencent alors. La suite sera plus radicale avec "Asphyxiation", un des meilleurs morceaux du combo. Ça blaste sec! Le son est en plus très bon, toujours une de mes appréhensions au Klub. J'avais toutefois de bons espoirs car c'était tout à fait satisfaisant pendant GHUSA et la musique de SADISTIC INTENT bien que violente reste relativement audible et claire. On est dans le death metal qui a gardé ses influences thrash des années 1980 (coucou Possessed), joué souvent pied au plancher mais qui sait aussi lever le pied et plomber l'ambiance. Du coup on peut savourer comme il se doit la prestation de haute volée du groupe qui, bien qu'ayant très chaud sur scène, envoie le pâté blasphématoire avec bonne humeur. En particulier bien sûr le petit bassiste/chanteur Bay Cortez qui remercie la foule entre les morceaux, notamment les "maniacs in the front" qui mettent l'ambiance en pogotant souvent. Un peu n'importe comment d'ailleurs mais on a l'habitude au Klub de s'en prendre plein la gueule devant. Il en faut plus pour m'empêcher de prendre mon pied devant ces vétérans acharnés, maîtres d'un dark death metal à l'ancienne qui fait tellement plaisir. Même les morceaux plus récents se muent en tueries tels ce "Numbered With The Dead" bien sinistre ou ce "Malignant Spirits" punky des plus efficaces qui va rendre folle la foule déchaînée. Au rayon classiques joués ce mercredi soir, on a eu le droit à quasiment toute la panoplie. La discographie de SADISTIC INTENT n'est après tout pas si fournie, avec beaucoup de redites. Outre l'énorme "Asphyxiation" qui a fait un impie effet parmi les spectateurs, gros coup de cœur pour la tornade "Ancient Black Earth" qui nous offre à son tour son lot de blast-beats et de tremolos evil, "Condemned In Misery" et son groove diabolique qui fait remuer du popotin, "Funerals Obscure" et ce fameux riff d'intro néo metal qui me surprendra toujours avant de reprendre ses esprits, ou encore "A Mass For Tortured Souls", excellente interlude instrumentale histoire d'instaurer un peu plus une ambiance de cimetière hanté. Le groupe finira sur un "Morbid Faith" amputé de la guitare de Rick Cortez qui vient de casser une corde. Pendant que ses trois copains balancent une dernière fois la sauce pour le public parisien qui a une dernière chance de se laisser aller, le bougre range donc tranquillement son matos par terre dans sa valise, plutôt cocasse!

Setlist (plus ou moins dans l'ordre):

Death Is Coming
Asphyxiation
Malignant Spirits
Impending Doom
Eternal Darkness
Ancient Black Earth
Numbered With The Dead
Condemned In Misery
Funerals Obscure
A Mass For Tortured Souls
Untimely End
Morbid Faith


Je n'aurais pas dit non à une reprise pour terminer ("The Exorcist" ou "Fuck Off And Die", les deux sont excellentes) mais ne boudons pas notre plaisir. Ce fut exactement le concert que j'attendais. Intimiste et passionné. Malgré les conditions sur scène difficiles à supporter dues à la chaleur qui les a vite fatigués, les mecs ont livré sans se plaindre une leçon de pur death metal. Et le son s'est montré à la hauteur, on entendait parfaitement le riffing affûté à l'ancienne, les growls râpeux et même les solos. GHUSA a lui fait honneur à son rôle d'ouvreur en mettant l'ambiance et chauffant bien le public, même si leur death metal à la suédoise, trop propre et mollasson, ne m'a pas convaincu. Pas grave, j'étais là pour SADISTIC INTENT et j'ai pris un sacré panard. Les musiciens s'avèrent en plus très abordables à la fin du show malgré la fatigue et pas mal de monde leur prendra leurs t-shirts de la tournée à 10€ (avec Nancy à la place de Colmar pour la date de la veille au Grillen...) en signe de reconnaissance. Je tiens donc ma première revanche et putain que ce fut bon! Rendez-vous dès samedi pour la deuxième au Metal Méan, dans un contexte offrant certes moins de proximité mais qui ne devrait pas manquer de mettre lui aussi tout le monde d'accord.

1 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
20/08/2018 21:00
Je n'étais pas au Klub, mais j'ai pu voir Sadistic Intent hier au Motoc. ça doit être leur côté chicanos, mais ce groupe a quelque chose de vraiment bestial et sombre dans l'exécution dans leur Death qui thrashouille.
Ce fut le meilleur concert du fest avec Cannibal.

Et ils ont joué avec tout leur attirail hehe, mais le t-shirt de la tournée à 15€.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
ghUSa + Sadistic Intent
plus d'infos sur
ghUSa
ghUSa
1989 - France
  
Sadistic Intent
Sadistic Intent
Death Metal - 1987 - Etats-Unis
  

Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique
Born Of Osiris
The Simulation
Lire la chronique