chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
110 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dawn Ray'd + False

Live report

Dawn Ray'd + False Le 21 Novembre 2019 à Paris, France (Espace B)
Rhalala, en voilà une petite date qu’elle m’a fait du bien à mes esgourdes, hein ! Il y a moins d’une semaine, je subissais une légère déconvenue en sortant de la très chic Salle Pleyel après le concert de DEVIN TOWNSEND, mais tous les espoirs de plaisir live étaient de nouveau permis en revenant à l’Espace B, une salle certes modeste, mais où je me sens bien plus dans mon élément et surtout un lieu qui reste associé au souvenir impérissable du passage de FAUNA et de L’ACEPHALE en avril dernier.

La pénultième date de cette petite tournée européenne d'une quinzaine de jours, la seconde en France après Clermont-Ferrand la veille, n’a malheureusement pas fait le plein, avec une cinquantaine de personnes peut-être au plus fort de l’affluence, pour accueillir comme il se devait les Américains de FALSE et les Anglais de DAWN RAY’D, ces derniers étant ceux qu’il me tardait le plus de découvrir sur scène. Tant pis pour les absents, ils ont toujours tort de toute façon !

L’ambiance est calme et décontractée à mon arrivée à l’Espace B (qui est avant tout un bar restaurant), les groupes sont encore à table, le public sirote son verre et/ou discute tranquillement, sans se presser, à tel point que FALSE ne montera sur scène que vers 21h00, horaire plutôt inhabituel à Paris.

J’avais découvert FALSE à l’occasion de l’annonce de cette tournée, et la très chouette chronique dans nos colonnes de ma consœur Dysthymie sur leur dernier album Portent, sorti en juillet dernier chez Gilead Media, avait fini par me convaincre qu'il y aurait peut-être une bonne surprise avec eux aussi. Ça commence plutôt bien visuellement : il y a du cheveu, du poil, du muscle et un peu de cuir, mais perdue au milieu de ce concentré de testostérone, la chanteuse Rachel…Je n’aime pas dire du mal des gens, mais effectivement elle paraît gentille … ou plutôt complètement affolée d’être sur scène. Vous avez certainement le souvenir contrit de votre récitation de Maurice Carême complètement ratée en CE1, de votre première boom en sixième lorsque vous vous dandiniez gauchement en joignant vos talons ou du jour où mamie vous a surpris la main dans la bonbonnière. Eh bien, c’est exactement que ce semblait vivre douloureusement Rachel, le regard fuyant, les gestes maladroits et enfantins, la voix malheureusement peu assurée. Ses cinq camarades, un peu à l’étroit sur scène, ne font pas preuve d’une plus grande démonstration, mais semblent néanmoins beaucoup moins crispés. Musicalement, c’est malgré tout assez plaisant, avec un bon équilibre entre les guitares sauvages et mélodiques à la fois, l’investissement sans faille du batteur qui assure la rythmique effrénée des compositions et l’excellent travail de Kishel sur les ambiances au clavier, encore fallait-il savoir faire abstraction de ce persistant sentiment de malaise (j’avais mal pour elle) ou tout simplement fermer les yeux. Je mettrais bien volontiers ce demi-échec sur le compte d’un épouvantable trac et/ou d’un manque cruel d’expérience scénique et c’est bien dommage, vraiment dommage, car les trois titres interprétés ce soir, malgré leur très longue durée, avaient suffisamment d’atouts pour susciter durablement l’intérêt du public.

Quitte à rester dans la thématique du souvenir honteux, l’amorce de la performance de DAWN RAY’D m’a rappelé ma première rencontre avec l’océan Atlantique : tu trempes gentiment tes orteils dans quelques centimètres de flotte quand un rouleau sorti de nulle part te submerge et te traîne sur cinq mètres sous l’eau et remplit ton maillot de bain de sable ! La rage au ventre, la révolte dans le sang et le pied au plancher, les trois garçons dans la tempête de Liverpool sont venus présenter leur dernier album, Behold Sedition Plainsong, sorti il y a à peine un mois chez Prosthetic Records, et enchaînent belliqueusement Raise the Flails, The Smell of Ancient Dust, Like Smoke into Fog et To All, to All, to All ! Le combo de ces deux derniers titres m’a mise sur le flanc ! Que l’on adhère ou pas aux idéaux politiques des Anglais (m’est avis qu’il fallait éviter de se pointer avec un patch de DISMA ou un t-shirt d’ABSURD), il faut bien leur reconnaître un incroyable talent de transposition de leurs convictions révolutionnaires en un propos musical radical, emporté, virulent, mais aussi empreint de douceur avec ses breaks folkisants et apaisants lorsque Simon se saisit de son violon. Certes, ce n’est pas Rostropovitch, mais ce n’est pas ce qu’on exige de lui de toute façon : il a toutes les qualités requises pour être un grand front-man : charisme indéniable - le poing serré, le poing levé, la colère, sincère, déformant ses traits - aisance scénique, et cette voix impeccable, dont le rendu live est en tous points conformes à la version studio. Vous l’aurez compris, je suis tombée sous son charme ! Ceci étant dit, ses camarades ne sont pas en reste : Matthew, derrière son rideau de cheveux virevoltants matraque ses fûts avec la même rigueur que la police sur les manifestants à Hong-Kong, tandis que Fabian, l’unique gratteux (chapeau bas, Mister, to do this job alone !), mâchoires serrées, lèvres retroussées sur un sourire Ultra-Brite, articule silencieusement toutes les paroles (si vous avez regardé leurs vidéos officielles, ses mimiques ne vous ont certainement pas échappé). Alors que le set touche à sa fin - comment ça ? déjà ? - Simon prend la parole calmement et sans en faire des caisses avec un discours politique à rallonge, rappelle que le monde ne tourne pas rond, qu’il est dominé par les riches, les puissants et les gouvernants incapables d’agir, qu’il faut se battre contre toutes les formes du fascisme, qu’il nous revient de passer à l’action avant d’entamer Emptiness Beneath the Great Emptiness, incroyable titre de The Unlawful Assembly. L’apothéose. Un set mené tambour battant, d’une rare intensité, passé bien trop vite à mon goût, opinion que semble partager le public qui en redemande encore aux Anglais qui ne se feront pas prier bien longtemps puisqu’ils nous offriront Caudron of Rebirth en guise d’adieu.



Un grand merci aux groupes et plus particulièrement à DAWN RAY’D, à l’ingé derrière sa console pour le très bon son produit ce soir, mais aussi à KONGFUZI BOOKING et à l’Espace B pour avoir organisé cette date, de celles que l’on garde en mémoire longtemps. Dommage que le public parisien ne se soit pas déplacé en nombre, ça me fait toujours un peu mal de voir des groupes de cette qualité se produire devant un parterre clairsemé…

Setlist :
. Raise the Flails
. The Smell of Ancient Dust
. Like Smoke into Fog
. To All, to All, to All !
. Fire Sermon
. Until the Forge Goes Cold
. Soon Will Be the Age of Lessons Learnt
. Emptiness Beneath the Great Emptiness


Encore :
. Cauldron of Rebirth

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/11/2019 13:48
Sympa ce live-report, c'est sur que passer de la salle Pleyel à l'Espace B en si peu de temps ça fait un choc ! Mr Green

"Je n’aime pas dire du mal des gens, mais effectivement elle paraît gentille …" on voit pas du tout ce qui t'a inspiré cette phrase Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dawn Ray'd + False
plus d'infos sur
Dawn Ray'd
Dawn Ray'd
Black Metal/(Néo)Folk - 2015 - Royaume-Uni
  
False
False
Black Metal - 2010 - Etats-Unis
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique