chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
181 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Album Release « Of Grace and Gravity »

Live report

Album Release « Of Grace and Gravity » Merrimack + Morte Incandescente + Nubivagant
Le 30 Mars 2024 à Paris, France (Backstage)
La perspective de passer un samedi gris et terne à la terrasse de mon bistrot de quartier habituel m’a poussé à me remuer le derche et à acquérir un billet pour la release party du dernier album en date des Français de MERRIMACK : « Of Grace and Gravity ». Il faut dire que les Parisiens font partie des rares dont je suis avec intérêt chaque sortie, aussi la perspective de pouvoir enfin les apprécier live eut raison de ma fatigue chronique. De plus, le reste de l’affiche avait l’air plutôt attractif pour une soirée dédiée au black metal puisque l’on retrouvera également les Portugais de MORTE INCANDESCENTE, au registre on ne peut plus classique, ainsi que les Italiens de NUBIVAGANT, dont je suis a priori moins client sur le papier du fait de ce chant clair à la ISENGARD mais qui pourrait se révéler plaisant sur scène. Par conséquent, me voilà installé au bar du Backstage By the Mill (Paris), une salle que j’apprécie pour son accessibilité et la possibilité de bien y voir d’à peu près partout, à moins de rester coincé derrière un pylône.

Avec deux albums à son actif (« Roaring Eye » en 2020 ; « The Wheel and the Universe » en 2022), NUBIVAGANT a largement de quoi remplir son set d’ouverture. La formation se présente sous la forme d’un duo (batteur + guitariste – chanteur), le marteleur de futs est une masse, son instrument semble minuscule en comparaison ! Il me semble que le concert débute sur « Into Eternal Night » et je trouve le rendu bien meilleur que ce que je craignais : le chant est juste, assez beau finalement, par moment je me dis que si PLACEBO jouait du black cela pourrait sonner ainsi (non, je n’étais pas encore ivre, cette réflexion est née dans un cerveau lucide) et, sur les premiers titres, la magie opère sur moi. Un mec fait le signe de croix devant la scène, le public semble sortir du casting de Sons of Anarchy, je me laisse assez facilement emporter par la musique des Italiens, du moins sur le premier quart d’heure. En effet, au bout de quelques morceaux, tout finit par systématiquement se ressembler : les riffs sonnent à l’identique, les lignes de chant sont trop linéaires, il y a de bonnes idées et le style change un peu de d’habitude mais à force de répéter les sempiternels mêmes accords, sans variations d’intensité particulières, le temps s’étire jusqu’aux frontières de l’ennui. Quand la prestation se termine, j’ai mon compte bien qu’ayant globalement apprécié le spectacle, foncièrement atypique.


Concert filmé par Frankie Snow

MORTE INCANDESCENTE est également un duo. Là, ça n’a l’air de rien mais j’y reviendrai lorsque MERRIMACK investira la scène. Comme prévu, les Portugais proposent un black metal teinté de passages davantage black n’ roll mais c’est hélas du fond de troisième division et je peine à trouver un quelconque intérêt à ces éructations braillardes. La conviction est pourtant là, les moments les plus brutaux me tirent un peu de ma torpeur mais, pour moi, la prestation est globalement une tannée, trouvant les morceaux sans intérêt. Il n’y a finalement que le dernier titre, construit sur un rythme de batterie tribal, qui pose une véritable ambiance, m’incitant par la même occasion à me montrer plus clément envers le groupe. Mais ma vision d’ensemble est probablement fausse, les musiciens remportant un vif succès auprès des premiers rangs (dont je fais partie d’ailleurs, la salle n’étant pas bien garnie). Je ne peux dans tous les cas même pas dire que j’ai trouvé le moment distrayant, ma découverte de la discographie des Lisboètes s’arrêtera là, sans regret.


Concert filmé par Frankie Snow

Heureusement, les Parisiens, eux, n’ont pas failli. Le quintette débarque sur scène et une évidence me saute aux yeux : enfin un « vrai » groupe ce soir. Parce que les duos s’est bien gentil mais c’est finalement ça qui me fait chier : ce dépouillement. Il ne se passe rien sur scène, ni visuellement, ni musicalement. Les structures sont simplistes, les guitaristes ne sont pas des techniciens hors pair, par conséquent ils répètent leurs riffs jusqu’à faire exploser le seuil de pénibilité auditive. Alors que là… Bon sang dès le premier morceau j’ai compris que le show serait une pure branlée et, effectivement, je pense pouvoir mettre cette date sur le podium de l’année. Outre le fait que la qualité sonore soit indiscutable, parfait mélange de puissance et de précision, c’est d’abord le charisme inquiétant de Vestal qui me frappe. Il émane de ce mec une aura malsaine saisissante que son chant maladif ne fait que renforcer. Les autres musiciens ne sont pas en reste question prestance scénique, le jeu de lumières permettant une immersion absolue dans ce black metal d’où ne filtre nulle lumière.

La formation aura joué quatre titres de son dernier album et il est évident qu’ils se fondent à merveille au milieu de ceux issus d’« Ashes of Purification » ou d’« Of Entropy and Life Denial », l’impasse étant faite (il me semble) sur « Omegaphilia » et « Grey Rigorism ». Une heure incroyable, impitoyable, qui n’a fait que mettre en exergue les lacunes des premières parties. Que dire à part merci et confirmer que MERRIMACK domine de la tête et des épaules la scène black hexagonale ?


Concert filmé par Frankie Snow

Au retour, comme à l’aller, je me vois proposer de rentrer me rincer l’œil dans un bar à hôtesses. La première fois, j’ai décliné car j’avais soif, la seconde fois j’ai décliné car j’avais trop bu. La chic soirée !

1. The Birth of a Life’s Sacerdoce : of Nascency and Inelecutability
2. The Falsified Son
3. Sulphurean Synods
4. Subcutaneous Infection: of Flesh and its Decay
5. Beati Estis Cum Maledixerint Vobis
6. Dead and Distant Clamors
7. Horns Defeat Thorns
8. Under the Aimless Spheres
9. Descension from Life
10. Sublunar Despondency

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/04/2024 11:22
Excellent report' dont le ressenti a été confirmé dès le lendemain par un pote qui y était également. Pas fan de MERRIMACK mais en live ça a bien pété d'après lui et les extraits qu'il m'a montré ! Sourire
Lestat citer
Lestat
02/04/2024 10:52
Un peu vert de n'avoir pas pu y aller.
Peut-être en octobre au Tyrant Fest !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Album Release « Of Grace and Gravity »
plus d'infos sur
Merrimack
Merrimack
Black Metal - 1994 - France
  
Morte Incandescente
Morte Incandescente
Black Metal - 2001 - Portugal
  
Nubivagant
Nubivagant
2020 - Italie
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique