chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
168 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

European Tour 2024

Live report

European Tour 2024 Malepeste + Midnight Odyssey
Le 17 Mai 2024 à Paris, France (Backstage)
En général, lorsque je me présente aux portes du Backstage by the Mill, dans ce quartier bigarré qu’est Pigalle, il y a toujours plein de métalleux dehors, dedans… Là, mis à part quelques mecs qui ont tous des allures de musiciens ou de roadies, ça m’a l’air plutôt dépeuplé pour un vendredi soir. Il faut dire que la concurrence est rude : entre un lundi férié qui incite généralement les Parisiens à quitter la ville et le concert de SETH / KRONOS à Savigny-Le-Temple, je comprends que certains choix ont dû être fait. Cela et l’évidence que l’affiche de ce soir s’avère relativement confidentielle en termes de renommée, même pour du black metal. J’avais le numéro 112 en prenant mon billet la veille, j’imaginais bien que l’affluence ne serait pas dingue…

Les Lyonnais de MALEPESTE héritent de la première partie. Le groupe existe depuis 2011 mais il n’a que deux albums au compteur, le dernier en date « Deliquescent Exaltation » remontant déjà à 2015. Il y a cependant une actualité puisque la page Facebook annonçait que trois nouvelles compositions seraient jouées, issues du nouveau LP en cours d’enregistrement. C’est une bonne nouvelle pour ces musiciens discrets dont la discographie jouit d’une belle reconnaissance.

L’entrée est solennelle, ésotérique, les musiciens se tiennent dos au public… Esthétiquement, j’avoue être un peu déçu car les vidéos que j’avais regardées avant de venir, un live à Saint-Etienne notamment, montraient tout un décorum de bougies et de maquillages, cruellement absents ce soir. Vous me direz que j’attache trop d’importance à la forme mais je trouve justement que le black metal perd un peu de sa superbe lorsqu’on peut voir que les musiciens sont faits comme nous, de chair et de sang. Ce manque d’ambiance visuelle me paraît d’autant plus dommageable que le black pratiqué par MALEPESTE contient de nombreux passages « contemplatifs » si je puis dire, une dimension post que je retrouve également dans le chant davantage déclamé ou gueulé qu’hurlé. Sur ce plan-là également j’ai beaucoup de mal à m’y faire, j’ai l’impression qu’il y a parfois des petits problèmes de justesse lors de l’usage de voix claires et si les riffs vont souvent sur le terrain de la dissonance, les cinquante minutes me paraissent bien longues. La sonorisation n’aide pas la formation à exprimer son plein potentiel : trop brouillon, les basses résonnent fort dans mes oreilles. Très clairement, les meilleurs moments pour moi sont lorsque la troupe envoie du blast, ça me parle beaucoup plus même si je ne suis pas transcendé. La personnalité des Lyonnais semble donc résider dans cette approche incantatoire de la musique, c’est vrai que ces aspects-là ont une originalité supérieure aux purs passages black et, pour me faire une idée plus juste, j’irai réécouter les disques. Certainement à revoir, dans une salle de moindre taille, sur un créneau raccourci et si possible avec toute la panoplie ritualiste. Là, j’ai trouvé la prestation trop hermétique.


Concert de MALEPESTE filmé par FrankieSnow.

Les Australiens ont beau avoir huit full-lenght au compteur, je dois bien admettre que je ne connaissais pas du tout MIDNIGHT ODYSSEY avant l’annonce de cette date. Est-ce l’argument comme quoi c’était leur première fois en France qui m’a convaincu ? Peut-être aussi avais-je envie de faire quelque chose de mon vendredi soir… Le groupe avait eu la sympathique initiative de proposer une séance de dédicace à 18h, je ne sais pas si beaucoup de monde s’est présenté, j’avoue que je m’en tapais un peu, mais c’est la chic idée ! De toute façon, seul le concert m’intéressait, je suis sur le pont, avec un peu de vent dans les voiles lorsque les premières notes se font entendre.

Les choses se présentent bien : toges, capuches, bel éclairage, un son froid, des claviers, les premiers titres m’immergent dans une ambiance black atmosphérique aux sonorités 90’s, avec en prime un chant habité… Mais à aucun moment la magie n'opère. Avec ce nouvel article peu enthousiaste, je risque de finir dans le catalogue des vieux cons assez rapidement. Je n’arrive pas à pénétrer l’univers de MIDNIGHT ODYSSEY, je reste à la porte de la perception, le museau collé au carreau, je vois bien que le public s’enflamme et ovationne chaleureusement chaque fin de morceau mais je trouve qu’encore une fois les voix claires sonnent faux, que le jeu de guitare n’est pas toujours très propre, il y a trop de longueurs, de moments que je qualifierais de progressifs, les passages purement ambiants étant globalement assez mous du genou, chose que je n’avais pas du tout perçu sur album. Le succès est pourtant au rendez-vous, je dois une nouvelle fois être à la ramasse car le rendu me semble trop pompeux, voire ennuyeux à la fin de l’heure de spectacle pour être parfaitement honnête. Comme pour MALEPESTE, la musique des Australiens me happe totalement lorsqu’elle accentue la vitesse, c’est à mon goût dans ces moments-là que Dis Pater exprime la meilleure facette de son talent de compositeur. Les autres éléments me larguent, ils passent bien en studio mais manquent trop de punch en live.


Concert de MIDNIGHT ODYSSEY filmé par FrankieSnow.

Evidemment, je ne regrette pas mon billet, j’étais mieux là qu’à me cajoler le Kojak mais je ne peux m’enlever de l’esprit l’idée que les deux groupes que je viens de voir sont bien plus intéressants sur disque que sur scène. Une dernière chose avant d’en finir, de ce que j’ai vu, la place pour MIDNIGHT ODYSSEY et DEHA était à 14€ pour la date nantaise contre 24€ à Paris… J’entends bien que la location des salles de la capitale est onéreuse mais dix balles d’écart sur un billet, ça me semble aberrant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
European Tour 2024
plus d'infos sur
Malepeste
Malepeste
2010 - France
  
Midnight Odyssey
Midnight Odyssey
2007 - Australie
  

LADLO in Paris II
Aorlhac + Houle + Pénitence...
Lire le live report
Darkend
Viaticum
Lire la chronique
Prisonnier Du Temps
Comme Un Lion En Cage
Lire la chronique
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique