chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Centinex - The Pestilence

Chronique

Centinex The Pestilence (EP)
S’il y’a des groupes qui préfèrent arrêter en pleine gloire et laisser une tonne de regrets il y’en a d’autres au contraire qui s’obstinent à continuer, alors que leur inspiration est en déclin total et que les sorties qui en découlent ne cessent de s’enfoncer dans la médiocrité. Si l’on peut facilement citer des noms pour les deux antagonismes à ce petit jeu CENTINEX est hélas un des exemples les plus flagrants de purge généralisée, tant depuis des années chaque nouveau disque trouve le moyen d’être encore plus naze que le précédent. Car depuis son retour aux affaires en 2014 chacun de ses albums a été une bouse infâme que ce soit avec « Redeeming Filth » ou « Doomsday Rituals » qui montraient une perte d’attractivité définitive et une reformation à l’intérêt inexistant… malgré un très léger regain de forme sur « Death In Pieces » (qui coïncidait avec un renouvellement total des troupes autour du bassiste originel). Du coup même si on n’espérait rien ou presque du quatuor on était quand même un peu curieux de voir si cet Ep allait confirmer ce certain renouveau, ou si le retour à une réalité peu engageante était définitif. Et à l’instar de ce précédent enregistrement le ressenti est étonnement plutôt positif… même si tout cela est quand même à relativiser tant ça part de loin et que ça reste cependant en deçà de la moyenne des sorties du genre, qui se montrent bien plus inspirées et accrocheuses.

Néanmoins rapidement on va avoir l’impression d’avoir droit à la même compo répétée en boucle vu que trois des quatre morceaux ici présents sont foutus pratiquement de la même façon en permanence, car basés sur une rythmique et un riffing semblable et monolithique. En effet que ce soit sur « Armageddon » ou « Torture » cette sensation va être présente du début à la fin vu que l’ensemble se contente de jouer vite et fort sans jamais ralentir l’allure, le tout avec un côté Punk pas dégueu et frontal à l’énergie débordante mais dont le rendu minimaliste finir par être rapidement répétitif, et ce malgré la courte durée ici proposée. Si « Evil Is Evil » garde lui-aussi ce même schéma de primitivité menée à un train d’enfer il voit cependant l’ajout d’un passage central au mid-tempo remuant qui donne envie de secouer la tête, et qui fait du bien tant ça offre un peu de variété bienvenue vu que ça en manquait grandement. Car si jusqu’à présent tout cela défoulait et donner envie de pogoter dans la fosse ça restait quand même assez monotone vu la redondance qui en découlait, et même si ce court moment de headbanging passe trop rapidement de par une durée éphémère il a au moins le mérite d’exister et de densifier une musique qui en avait franchement besoin. D’ailleurs c’est quand le bande va lever le pied qu’elle va être la plus convaincante, via « Tremble In Fear » qui ne va montrer nulle trace d’explosivité et se contenter de garder le pied sur le frein en jouant sur une lourdeur massive et des relents Doom intenses. Montrant une ambiance plus inquiétante à la noirceur renforcée les Suédois réussissent ici à intéresser un peu plus en offrant une vision rampante et pénétrante de leur musique, qui sans atteindre des sommets est bien plus agréable même si là-encore une certaine répétition finit par apparaître, malgré la production organique parfaitement adaptée.

Du coup arrivé au bout de ce quart-d’heure même s’il y’a des moments sympathiques et intéressants c’est quand même trop limité pour en retenir quelque chose, tant c’est hermétique et trop peu varié pour être franchement mémorisable. Néanmoins ça reste au-dessus de ce que les gars ont pondu depuis leur reformation et c’est toujours ça de pris, même si ça ne fera pas avancer leur statut au sein de l’underground tant ils restent des seconds-couteaux motivés et courageux mais dont chaque nouveauté n’intéresse personne ou presque, et ça n’est pas encore là que ça va s’arranger. Bref malgré cet éphémère sursaut on passera à autre chose dès l’écoute terminée et l’on se dit qu’il serait sans doute temps pour Martin Schulman d’arrêter définitivement les frais et de ranger ce projet au placard, qui n’a plus rien à offrir hormis devenir un vaste sujet de moqueries regrettable après un début de carrière assez correct mais dont l’aura n’a cessé de décliner jusqu’à aujourd’hui. Devenu à l’heure actuelle assez pathétique et ridicule il montre en revanche encore quelques courts signes de vitalité, prouvant qu’il n’est pas encore totalement mort même s’il n’en est hélas plus très loin.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Centinex
Death Metal
2022 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Centinex
Centinex
Death Metal - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   Armageddon
02.   Evil Is Evil
03.   Tremble In Fear
04.   Torture

Durée : 18 minutes

line up
parution
1 Avril 2022

voir aussi
Centinex
Centinex
Decadence
(Prophecies Of Cosmic Chaos)

2004 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Malleus Maleficarum

1996 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Redeeming Filth

2014 - Agonia Records
  
Centinex
Centinex
Reflections

1997 - DieHard Music
  

Essayez plutôt
Stass
Stass
Songs Of Flesh And Decay

2021 - Emanzipation Productions
  
Vader
Vader
Reign Forever World (EP)

2001 - Metal Blade Records
  
Unleashed
Unleashed
Across The Open Sea

1993 - Century Media Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
...Of Frost And War

2008 - Metal Blade Records
  

Exocrine
The Hybrid Suns
Lire la chronique
Cailleach Calling
Dreams of Fragmentation
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique